L'APAJH dans la tourmente

À Montluçon, les salariés de l'APAJH craignent pour leur avenir et celui des résidents. Depuis plusieurs mois, les problèmes de gestion, les dénonciations anonymes et la couverture médiatique ont largement entamé la confiance des salariés envers leurs dirigeants. Explication...

La situation a rarement été aussi tendue à l'Apajh (association pour adultes et jeunes handicapés). Depuis plusieurs mois la guerre entre dirigeants fait rage avec en toile de fond des accusations de surfacturations mettant en cause le Gecac, principal prestataire de l'association.

Pour l'heure, Regardactu ne dispose d'aucune information permettant de confirmer ou d'infirmer de telles allégations. D'ailleurs la justice a été saisie et dira si elle donne suite après avoir examiné les éléments mis à sa disposition. Aussi, n'est-il pas question ici de faire à priori le procès de quiconque, d'autant que pour ce qui concerne le Gecac, beaucoup savent que ce groupement d'employeurs créé par Abdou Diallo a objectivement permis à de nombreux jeunes de se remettre en selle et d'accéder à des formations qualifiantes qui très souvent ont pu déboucher sur des emplois stables. Cette institution a donc joué ,et joue toujours un rôle non négligeable dans l'accompagnement des personnes en difficulté.

bandeau8
Les accusations portées, certes de manière anonymes, sont cependant suffisamment graves  pour que les élus du personnel demandent à la justice de faire toute la lumière sur cette affaire. Car selon eux, la situation au sein de l'association de l'Apajh ne cesse de se détériorer en termes de conditions de travail et de prise en charge des résidents. Or les salariés ne veulent pas faire les frais d'une mauvaise gestion et ils le font savoir avec force et détermination.

bandeau4
Alors que le conflit entre dirigeants de l'Apajh s'étale au grand jour dans la presse après un rebondissement suite à l'élection d'un nouveau président, et de son annulation pour vice de forme, le personnel  a le sentiment que cette guerre d'égos au sein du Conseil d'administration de l'association met de côté l'intérêt des résidents et leurs conditions de travail. Or, comme dans les hôpitaux et les Epahd, ce phénomène prend une ampleur inquiétante.

Le 17 décembre dernier, après avoir manifesté contre la contre-réforme des retraites de la Place jean Dormoy jusqu'à la sous-préfecture, le personnel a donc préparé un comité d'accueil devant le siège de l'Apajh, allée jean Nègre à Bien Assis, car l'après midi avait lieu un nouveau Conseil d'administration pour procéder à nouveau à l'élection d'un Président. Enième rebondissement dans une saga qui n'en finit pas, et dont le résultat aboutit à faire passer les vrais problèmes au second plan.

Comité d'accueil pour les membres du Conseil d'administration de l'Apajh Comité d'accueil pour les membres du Conseil d'administration de l'Apajh

Lorsque les membres du Conseil d'administration de l'Apajh se sont donc présentés au siège, une cinquantaine de personnes les attendaient de pied ferme. De nombreuses pancartes avaient été disposées sur le trajet entre le portail d'entrée et les différents accès au bâtiment. Une fois tous les membres du Conseil d'administration rassemblés dans la salle, celle-ci fut envahie par le personnel, les élus CGT et SUD, et une motion fut lue  devant les membre du Conseil, voir plus bas.

Des pancartes sur le trajet menant à la salle de réunion du CA Des pancartes sur le trajet menant à la salle de réunion du CA

Des slogans qui rappellent ceux vus dans les défilés contre la réforme des retraites Des slogans qui rappellent ceux vus dans les défilés contre la réforme des retraites

Le message est clair. Les dirigeants sont avertis ! Le message est clair. Les dirigeants sont avertis !

Les élus dans le local syndical attribué à la CGT et à SUD Les élus dans le local syndical attribué à la CGT et à SUD

Les élus lisent la motion devant le CA Les élus lisent la motion devant le CA

Ci-dessous la motion lu par les élus CGT-Sud devant lee CA :

Motion de défiance :

Les élus ont pris connaissance de la tenue de l’assemblée générale le 17 décembre 2019 à 14h00, en vue d’élire le nouveau conseil d’administration de notre association qui désignera le futur président.

Au vu des évènements passés, les élus, au nom de la majorité des salariés veulent faire savoir leurs craintes face au devenir de l’association et par là même des établissements.

Les représentants du personnel n’ont cessé de dénoncer les pratiques des administrateurs successifs.

À ce jour, aucune garantie de changement ni de compétence en terme de gestion d’une association soumise aux enjeux majeurs qui nous lient à nos financeurs (CPOM, Séraphin PH…)

Force est de constater que depuis un an l’association fonctionne sans président et que les conseils et recommandations fait par les ARS, le conseil départemental ainsi que la volonté des salariés pour améliorer nos finances ont porté leurs fruits. Pour preuve, à ce jour, les budgets des établissements sont à l’équilibre.

La balle est maintenant dans le camp du nouveau Président qui sera élu de fait lors de la prochaine réunion du bureau qui suivra le CA et de la justice qui devra statuer sur la gestion de l'ancienne équipe.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.