Municipales : le pouvoir aux citoyens

l'échéance des élections municipales approchent à grands pas. À Montluçon, beaucoup de listes sont maintenant déclarées, et même si seules les têtes de listes sont pour le moment connues, on peut être certains que les tractations pour l'attribution des places suivantes vont débuter, et ce pour la plupart, à l'abri de l'arbitrage citoyen. Décryptage avec Paul Crespin...

Objectif les municipales : Pour un mode de gestion social-écologique Donner le pouvoir aux citoyens …

paulcrespinv3
Ainsi donc après avoir navigué d’un bord à l’autre du panel des formations se situant à gauche, après avoir discuté sa ou ses places auprès du collectif citoyen « Tournons la page » le PCF montluçonnais vient officiellement de choisir de rallier une liste déjà annoncée depuis pas mal de temps, celle de F. Kott élu socialiste de longue date et de P. Mothet élu communiste sortant. Les chemins de la clarté électorale sont décidément difficiles dans cette frange de militants dont on sait les ambitions. La pratique des ententes de sommet dont on nous disait, qu’elle était mise au rencard , se trouve ici bien renouvelée.

On remarquera par ailleurs que les « chicaneries » entre élus de la majorité sortante, n’ont rien à envier ces ambitions qui s’affirment recoupant en de nombreux points des intentions assez peu cachées de prendre en mains, coûte que coûte, les postes de maires et d’adjoints. Et sans rien abdiquer du contrôle par présidence interposée de la Communauté d’Agglomération. Puisque c’est par là que passe désormais les choix de financement des projets structurants de la vie économique culturelle et sociale large du bassin urbanisé l La coopération intercommunale et ses pouvoirs délégués est captée, monopolisée par les élus de la ville centre et de sa couronne proche.

Telle qu’elle se déroule dans un tel contexte politicien au possible, la campagne électorale pour Mars 2020 ne mobilise pas les foules ! Et notons-le, de manière inverse au mouvement de rejet de la contre-réforme des retraites Macron /Philippe. D’un côté un enjeu local d’importance en regard du déclin inexorable de notre région, de l’autre un enjeu civilisationnel de société énorme. La dimension des postulats à résoudre explique les niveaux différents d’intérêt du monde salarial actifs et non actifs et au-delà de beaucoup de nos concitoyens.

Alors, peut-on se contenter de situer ces différents niveaux de situation et s’en satisfaire en attendant mieux d’ici le lendemain des municipales … Je ne suis pas de ceux-là ! Je prends position !

Tout simplement parce que ce qui alimente la désagrégation organisée des communes, la mal-vie généralisée , la casse des emplois locaux, la disparition des services sociaux, la dégradation des logements, des transports etc. prend effet à partir d’une même cause fondamentale, celle de la politique ultra libérale autoritaire des gouvernements qui se succèdent. La démocratie, les libertés sont maltraitées, les fonctions de l’état républicain dénaturées, mises aux ordres des nantis, serviteurs et profiteurs, de la finance transnationale.

Parmi les listes annoncées, , les têtes de listes et suivants immédiats sont pour l’essentiel des participants des anciennes consultations municipales ou d’autres consultations, départementales, régionales, députation... Est-ce que tout-ça mérite admiration, non, car tout ça s’inscrit en faux des attentes de renouvellement des formes et des pratiques d’une démocratie à réactiver dans le cadre d’un retour dynamique et créatif d’une souveraineté du peuple…

Notre situation locale fait réfléchir en regard des anomalies de gestions produites et des scandales touchant l’environnement direct de messieurs Dugléry-Laporte et de leur gestion. Une gestion dont la Chambre Régionale des Comptes relevait encore récemment les erreurs et les fautes pendant le temps ou le chômage et la pauvreté s’étendent d’année en année… Tout ça et le reste quand leur collègue Monsieur Roudillon après plusieurs mandats partagés dans la majorité de droite, soit mis à l’index et ne se dissocie pour raison de lèse-majesté de succession. Comment ne pas comprendre la lassitude du corps électoral dans une telle situation de coups fourrés, de petits arrangements entre prétendant se sentant investis de mission…Avec certaines des équipes qui s’avancent souvent masquées c’est du délire obsessionnel.

Notons alors les différences de choix et de participation qui peuvent s’exprimer à partir d’un champs large du mouvement du possible existant dans les esprits et dans les cœurs. Ceux d’un tryptique de propositions comprenant : la Justice sociale, le redressement environnemental et la citoyenneté vivante, qui se devraient d’être abordés du même pas, de la même volonté politique dans toutes les circonstances des luttes pour une vie digne et porteuse d’avenir de toutes et tous. C’est la visée et le mode d’existence de la France Insoumise dans ses combats d’aujourd’hui et de demain.

La France Insoumise qui sans doute étonne en ne présentant pas de liste aux municipales en son nom, mais qui ne renonce pas à jouer son rôle, initiant des mobilisations dans les quartiers populaires et mettant en exergue les dangers de l’abstention. Une abstention favorisant le maintien des politiques de recul social tel que prônée depuis des décennies par les dirigeants de droite comme de gauche, se relayant au gouvernement sans que cela n’ait rebuté, la gauche dite socialiste, pluraliste ou non !

Du terrain local s’annoncent des expériences qu’il faut regarder sans idées préconçues, certes en tenant compte des expériences mais sans négliger les capacités de force d’entrainement inhérentes aux volonté d’aller de l’avant sur le chemin de la multitude sociale et écologique disponible. Et il apparait que sur le secteur montluçonnais certaines démarches se retrouvent sur les initiatives des groupes France Insoumise et sur celles du collectif « Tournons la page en 2020 ». C’est ce que certains des insoumis peuvent constater par leur présence de terrain. Voir, à participer au travail de réflexion de leur collectif dont la vocation sociale/écologique d’un futur programme, le recours ouvert à la participation citoyenne peut rejoindre ce que nous souhaitons et faisons en tant qu’actifs insoumis.

Notre questionnaire témoigne d’un intérêt bien compris à nous inscrire de manière autonome et en quelque sorte parallèle à cet engagement d’intérêt général. Face au vieux monde enfermé dans ses vieilles méthodes, le nouveau frappe à la porte pour cette municipale montluçonnaise peu ordinaire. La multitude dans ses volontés transformatrices est une force à rassembler pour changer la vie enfin !

Paul Crespin .Montluçon le 21/01/20.

Notre questionnaire disponible auprès des militants FI

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.