Des manifs et des prunes

Les policiers sont mis à contribution les jours de manifestation, à Montluçon notamment. Des manifestants le sont aussi…mais parfois un peu plus tard, et sous des formes assez différentes...

On a suivi ces dernières semaines plusieurs épisodes du formidable mouvement social contre la retraite à points, rejetée par une forte majorité du Peuple de France. De grosses manifestations, de fortes grèves, particulièrement dans les transports. A Montluçon, les manifs se passent bien, elles sont très bien encadrées par les responsables syndicaux. Cela n’a pas l’air de convenir aux autorités puisque la Secrétaire Générale de l’UL CGT a été convoquée au commissariat à propos d’une manifestation soit-disant non-déclarée, celle du 12 décembre. On sait que cette initiative était à l’appel de CGT, FO, FSU, Solidaires, qu’elle s’est très bien déroulée, mais bon, le Pouvoir essaye par tous les moyens de freiner le mouvement social, et tenter d’effrayer les responsables syndicaux en est un. Peine perdue, car ces militants sont solides et confortés, s’il en était besoin, par le soutien massif des gens en lutte, à l’image du rassemblement solidaire du 24 décembre devant le commissariat.

Un nouvel épisode de cet acharnement politico-judiciaire aura lieu au tribunal le 14 janvier lors de la comparution du Secrétaire Général de l’UD CGT pour le même type de grief. On sait à l’avance que là aussi le soutien des militants et plus largement de toutes celles et tous ceux qui ont  à cœur la vraie justice sera massif.

A côté de ces tentatives tout de même graves au droit du Peuple de faire valoir ses légitimes revendications, il y a des « tracasseries » bien énervantes. Ainsi, à l’occasion de la manifestation du 17 décembre à Montluçon, j’ai garé ma voiture, tant bien que mal, rue Benoît Frachon (près de Norauto), sur le trottoir sablonneux, en me serrant bien afin de permettre aux piétons de passer. En effet, tous les parkings du secteur étaient déjà bien remplis du fait du monde arrivé pour  manifester. Je n’étais pas le seul. Les policiers qui n’étaient pas occupés à « sécuriser » la manifestation, qui l’était d’ailleurs par les militants syndicaux comme d’habitude, ont cru bon de faire un petit tour vers les parkings et ont vu mon véhicule garé pas à leur goût : résultat 135€ d’amende!

 

135 euros : Le prix pour manifester ? 135 euros : Le prix pour manifester ?

 

J’ai reçu ce présent ce 27 décembre, me confirmant ainsi que le Père Noël est bien rouge et blanc et non pas bleu…Bah, je vais payer l’amende, me disant que cela sera peut-être un petit bout de consolation pour les policiers qui n’auront pas la chance de bénéficier de la retraite à points. Oui, oui, vous savez, le mouvement social a eu comme « effet colatéral » de priver les policiers des bénéfices  de la merveilleuse réforme, et de conserver leur régime spécial. Peut-être est-ce pour cela qu’ils dégainent le carnet de contraventions avec plus de conviction, pendant que des gens manifestent paisiblement…

Je me dis que peut-être une partie de l’amende que j’ai reçue va servir à payer les pensions des policiers. Tiens, ça me fait penser : à la suite de la machination qui a été bâtie pour flétrir les dirigeants de La France Insoumise avec les piteuses perquisitions, Jean-Luc Mélenchon et ses camarades dirigeants ont écopé de 31 000 €  d’amende, d’une part, et à verser plus de 20 000 € aux policiers qui avaient « subi » la voix un peu forte du président du Groupe FI à l’Assemblée Nationale. C’est vrai que ces fonctionnaires, dont certains sont appelés à réagir avec sang-froid à des agressions de grands truands et autres terroristes, ont pu être quelque peu « choqués ». On espère qu’ils seront remis quand ils auront besoin d’affronter de vrais grands bandits…

Quant aux sommes qu’ils vont recevoir, dont on peut penser qu’une partie (certes relative) provient des dons qu’effectuent chaque année des Insoumis comme moi, peut-être  viendront-elles aussi en dédommagement suite au préjudice subi par le maintien du régime spécial des policiers.

Bah, ce qui m’est arrivé (et aux autres personnes qui ont  eu une contravention le 17 décembre à l’occasion de la manifestation) n’est pas bien grave quand on songe aux 25 yeux perdus par les Gilets Jaunes suite aux tirs de LBD, aux centaines de blessés par LBD, matraques, grenades diverses. Quand j’écris ces lignes, je pense à elles et eux qui souffrent dans leur chair et dans leur âme, comme au millier de condamnés à des peines de prison et aux 2 000 autres gardés à vue, pour avoir protesté et manifesté contre un régime qui sert les plus nantis et laisse une grande partie du Peuple dans la précarité et la difficulté.

Tiens, un truc me revient : le 11 mai 2016, rassemblement devant le Tribunal de Montluçon en soutien au secrétaire Général de l’UD CGT dans l’affaire Environnement Recycling (il a finalement gagné). Je me suis garé sur l’ancien parking de La Gironde, qui était à l’époque un terrain vague bourré d’ornières, en essayant de le faire de la meilleure façon (c’est vrai que je ne conduis que depuis 45 ans). Paf, une contravention de 35€, toute aussi injuste que celle de cette année. A croire qu’il y en a qui n’aiment pas la même marque d’automobile que moi…ou peut-être les manifestations…va savoir.

Pour finir, il me faut dire que notre Pays comme les autres a besoin d’une Police républicaine, au service de la population, pour assurer la Paix et la Sécurité. Je ne suis pas sûr du tout que la manière dont elle est dirigée au plus haut niveau concourt à une bonne cohésion citoyenne et je suis même inquiet pour l’avenir.

Michel Beaune

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.