Les luttes sont le chemin de l’espérance concrète

En moins de quinze mois le président Macron, président des riches s’il en est, a réussi à faire se lever contre lui et sa politique de larges parties de la population du pays...

bandeau3

Une frange importante des laissés pour compte des concentrations urbaines, privés des services publics de proximité, a dès novembre 2018 fermement réagi. Les gilets jaunes ont fait retentir un coup de tonnerre révélateur de l’état du pays à l’heure de la mondialisation capitaliste. Posés au grand jour les besoins de démocratie et les termes d’un retour de la souveraineté du peuple.

Et durant ce temps de la colère sociale trop longtemps contenue et maltraitée en haut lieux, d’autres effets de mal vie, de mal au travail, se sont manifestés avec esprit de responsabilité hélas méprisé tout pareillement. La crise hospitalière ne s’est pas démentie un instant. Les services d’urgences en grève répétée ont fait rejaillir sur les politiques gouvernementales un acte d’accusation terrible celui de vouloir détruire notre système de santé public, que pourtant le monde entier nous envie.

Et comme  la mission historique des forces du libéralisme financier, au pouvoir par «macronisme » interposé  n’en n’a pas fini de sa mission « thatchérienne » de destruction de l’Etat social républicain, les réformes de recul sociétal s’additionnent…Après le code du travail ce serait donc le tour de la retraite des travailleurs…Mais rien n’est joué, la lutte est là !

La France, pays des droits de l’homme et du citoyen, vit des heures agitées et l’on assiste au retour des moments glorieux de la résistance aux dictats des grands possédants.  Le peuple producteur de richesses en  défendant  ses acquis sociaux défend  les droits au bonheur des générations futures. Les militants de la  transformation sociale et institutionnelle de notre société sont présents dans les initiatives de convergence de luttes  qui se développent. Avec ses députés, ses militants, la France Insoumise en est !

Comment en serait-il  autrement quand des attaques gouvernementales tous azimuts s’en prennent aux conquêtes du monde du travail en matière de droits universels. Des droits humains tels  ceux de travailler et d’être justement rémunéré, ceux de se loger dans des conditions saines et abordables, ceux de se soigner et  de bénéficier de la sécurité sociale pour tous, ceux d’accéder à une retraite décente en bonne équilibre de santé physique et morale…

Un peuple travaillé par  les impacts incessants des inégalités, des scandales financiers, des crises économiques et environnementales, qui retrouve sa mémoire face à  cette formidable opération de recul civilisationnel se doit d’être maté. Et dès lors quoi de plus efficace que les injonctions policières et de la justice téléguidées par le pouvoir? En même temps, effacer des mémoires le programme national de la résistance  de 1945, ses actes de justice sociale et de renouvellement  est aujourd’hui « le fait et cause » d’un retour en force  des campagnes idéologiques pro-macronistes, et ou  pro-Lepéniste, comme double rempart d’une possible transformation sociétale en germination avancée.

La presse écrite et audiovisuelle offre la similitude affligeante des gens en mission. Autant de médias issus du secteur nationalisé,  devenus propriétés directes (par capitalisation) ou indirectes  (publicité oblige) des  supers groupes cotés en bourse. Une volonté clairement établie afin d’endiguer les regroupements salutaires des catégories sociales dites populaires et des catégories intermédiaires dites « couches moyennes ». On le sait diviser pour mieux régner est une devise qui vient de loin dans la pratique du pouvoir de droit divin.

 Et cette question prend d’autant plus d’importance que les conséquences de la crise climatique et environnementale frappent les consciences de nombreux jeunes, faisant leur, un mot d’ordre d’une évidence grandissante : «  Crise sociale et crise écologique, une même cause, une même solution… sortir du capitalisme destructeur de vie sur terre ».

bandeau1

Paul Crespin, animateur du groupe d’action FI  de Montluçon Ouest.

Montluçon le 28/12/2019

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.