À Montluçon, les insoumis ne présenteront pas de liste aux municipales

Alors que plusieurs acteurs de la vie politique locale ont déjà fait savoir qu'ils constituaient des listes en vue des prochaines municipales, les insoumis ne veulent pas entrer dans cette logique et préfèrent aller à la rencontre des montluçonnais pour recueillir leurs attentes. C'est ce qu'ils ont expliqué lors d'une conférence de presse.

bandeau3

 

Les Insoumis ne procèdent décidément pas comme les professionnels de la politique. Alors que les uns restent figés dans une démarche classique consistant à présenter un programme "clé en main", mettant le plus souvent en avant des candidats potentiels pour les porter, les Insoumis, eux,  veulent aller à la rencontre des habitants dans les quartiers et recueillir les demandes qui ressortent en priorité des échanges.

Déjà, ces derniers ont commencé ce travail de terrain, et déjà des demandes fortes émergent des discussions, tels par exemple le logement, la santé, la distribution de l'eau, les transports, ou encore les solidarités intergénérationnelles.

pour faciliter l'animation de ce travail et conformément à ce qui a été décidé lors des rencontres nationales de la FI, les insoumis ont désigné "deux chefs de file" de la France insoumise, Christian Foucaux et Fathia Taïar, même si à ce stade, il n'est pas question pour eux de parler de liste ou de candidatures. Cette question sera en effet examinée lors d'une étape ultérieure.

En tout état de cause, les insoumis ne présenteront pas leur propre liste. D'ailleurs ils affirment « Nous ne cherchons pas pour nous-même à postuler pour des places, ni à concrétiser en soi une liste France Insoumise. Notre démarche est celle d'une volonté d'action avec nos concitoyens. Nous sommes ouverts pour échanger sur une programmation sociale avancée avec d'autres groupes et collectifs présents sur notre territoire local »

Il n'est donc pas exclu qu'ils puissent participer à la création d'une liste, ou soutenir une liste existante, pour peu qu'il y ait adéquation entre les remontées de leurs consultations et le programme de telle ou telle liste.

On le voit, la démarche des groupes d'action de la FI de Montluçon va à rebours des bonnes vieilles habitudes des partis politiques traditionnels, d'autant qu'ils sont favorables au principe de consultation en cours de mandat, notamment pour les grands projets structurants (ce qu'ils auraient souhaité pour le boulodrome, la médiathèque ou le cinéma multiplex, et ce que n'a pas fait l'équipe municipale sortante). En bref, les animateurs de la FI s'opposent aux pratiques du fait accompli.

Parmi les sujets qui ont déjà été abordés lors des rencontres avec les habitants, ou qui feront l'objet de débats dans les prochaines rencontres on peut citer :

l'isolation thermique et phonique des logements sociaux (sans augmentation de loyers).

La pénurie de médecins, et donc la création de Centres de Santé.

La défense de l'hôpital public.

La restauration collective en favorisant l'agriculture paysanne, les produits locaux, et les circuits courts.

Le bilan des syndicats intercommunaux (services rendus, tarification aux usagers et coût pour la collectivité) avec la volonté de rendre gratuit  les premiers mètres cubes d’eau, la gratuité des transports en signe de solidarité et de justice sociale.

Cette nouvelle façon de faire de la politique sera-t-elle bien perçue par les montluçonnais ? Après les premières rencontres, les insoumis affirment que les retours sont positifs, ce qui les encourage à persévérer dans cette voie. Il y aura donc d'autres initiatives pour échanger sur les questions de société, de l'organisation de la cité, des priorités à mettre en œuvre, et du vivre ensemble.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.