Billet de blog 21 août 2020

Consultation sur la charte de participation : débattre sans se battre

Dernier sujet de consultation sur la nouvelle charte de participation : comment débattre sans se battre ?

Ana Ferrer
Equipe Modération
Journaliste à Mediapart

Dans le cadre de la consultation pour repenser la charte de participation ensemble, nous vous proposons de réfléchir à des solutions pour débattre sans se battre.


Parmi les réponses à l’enquête sur la charte actuelle, plusieurs d’entre vous redoutent la violence des propos, la grossièreté et les attaques ad hominem.
Face à ce constat nous avons appliqué une modération plus sévère envers les attaques personnelles et les commentaires grossiers afin de réduire la violence qui peut se dégager d’un message. Les “fils de pute”, “enculés”, “trous du cul” (pas la peine de mettre des astérisques à la place des lettres, la modération s’effectue à la main et nous faisons vite le lien entre “fils de p*** et l’insulte complète…) n’apportent strictement rien à une conversation et n’ont pas leur place sur Mediapart.
Mais au delà de cet aspect “punitif”, il existe sans doute des nouvelles façons de penser la participation en ligne, pour que chacun puisse contribuer sans se faire insulter. 
Raciste, une insulte ?
Au delà des noms d'oiseau, les participants à un débat ont vite fait de se traiter de raciste. "Raciste" n'est pas une insulte. Ce mot peut qualifier des idées, un propos, au même titre qu'homophobe ou sexiste. Certes il fuse bien vite dans nos espaces de participation mais il n'en constitue pas pour autant une invective comme "connard" ou "pouffiasse". 
S'il n'y a rien de contraire à la charte à utiliser le mot "raciste", il faut garder en tête que l'employer à mauvais escient, uniquement pour discréditer son adversaire, est aussi contre-productif que l'utilisation systématique du point Godwin. Dans tous les cas il est plus judicieux de qualifier un commentaire de raciste que son auteur. Cela permet d'éviter de tomber dans la manoeuvre malhonnête pour faire taire l'autre mais aussi de l'essentialiser en l'enfermant dans la case "raciste" sur la base d'un commentaire. Cela s'applique aussi aux "sexiste", "homophobe", etc.
Une remarque sur la tendance dans les commentaires : "fasciste" is the new "raciste". Utilisé à tort et à travers il perd de sa pertinence et de sa force.
Le Collection CAMédia
Celles et ceux qui arpentent ces pages depuis des années ont peut être lu les réflexions du collectif CAMédia sur la participatif “pour un clavier bien tempéré”.
La démarche “Pour un clavier bien tempéré” annonce deux objectifs :

-Promouvoir des débats respectueux et constructifs où l’on puisse inventer une pensée collective.

-Proposer un cadre dans lequel pourront s'exprimer des avis divers et / ou divergents.

Et part de ce constat : il est parfois fort difficile de mener, dans le Club de Médiapart et dans bien d'autres espaces publics, un débat contradictoire, à la fois précis, argumenté et sans agressivité : bien souvent, se constituent des effets de « camp », et les prises de position sont implicitement sous-tendues par l'idée que l'autre a tort, et qu'il s'agit d'avoir le dernier mot.

Trois problématiques :

  • comment préserver sa propre face sans égratigner celle de l’interlocuteur ?
  • comment accepter le conflit sans qu’il ne verse dans la violence verbale destructrice, sans que l’émotion ne tue la raison, ou que la raison ne tue l’émotion ?
  • comment, du fait de sa dématérialisation, organiser, animer un débat, afin qu’il soit autre chose qu’une aimable tribune où la joute verbale ne sert que de cosmétique à la face des participants ?

 
Des suggestions

Une proposition émanant de CAMédia :

Un auteur rédige un article initial, qui lance la discussion. L’auteur peut être un individu ou une équipe. Il doit à la fois suivre ce qui s'écrit, réguler si nécessaire et solliciter tel ou tel commentateur afin qu'il développe son idée dans un article suivant : la préférence irait donc plutôt à des réponses sous forme d'articles argumentés.

Nous pourrions mettre en place un code avec un commentaire posté par la Modération pour rappeler à chacun de garder son calme, un drapeau blanc par exemple, comme le fait Guillaume Chaudet-Foglia.
Certains abonnés pourraient jouer le rôle de médiateur quand le ton monte.

 Qu’en pensez vous ? Des idées à partager ?

Quelques règles pour faciliter la participation à cette consultation :

1 commentaire = 1 idée
1 vote = 1 recommandé
Il n’y a pas de mauvaise idée
Respect de la parole de l’autre : pas d’insulte, d’invective
Pour faciliter la consultation des idées, les commentaires qui ne traitent pas du sujet seront dépubliés.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Nouvelle-Calédonie : la faute d’Emmanuel Macron
En maintenant le troisième référendum d’autodétermination le 12 décembre, malgré la crise sanitaire et politique qui frappe l’archipel, le président de la République déchire un contrat signé il y a trente ans. Le processus de décolonisation va se conclure en l’absence du peuple colonisé. Une aberration politique aux lendemains dangereux.
par Ellen Salvi
Journal — France
Affaire Tapie : radiographie d’une escroquerie au cœur de l’État
Mediapart publie l’intégralité de l'arrêt de la cour d’appel de Paris qui décrypte la mécanique de l’escroquerie ayant permis à Bernard Tapie d’empocher frauduleusement 403 millions d’euros. Les magistrats résument le scandale d’une formule choc : « Les intérêts de M. Tapie étaient pris en considération au plus haut niveau de l’État. »
par Laurent Mauduit
Journal — International
Paris et Rome s’accordent a minima pour peser dans l’après-Merkel européen
Emmanuel Macron et Mario Draghi ont conclu un traité pour tourner la page des années de tensions entre la France et l’Italie. Une façon aussi, pour le président de la République, de se rapprocher d’un homme bien plus influent que lui sur la scène européenne.
par Ludovic Lamant et Ellen Salvi
Journal — France
Dans la Manche, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila