Billet de blog 23 oct. 2014

Blois : nous sommes las de ceux qui "nous" pensent

Laurence De Cock
Professeure d'histoire-géographie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Rédactrice : Anne Jollet

Tribune initialement parue dans l'Humanité

Les Rendez-vous de l’histoire de Blois sont un rassemblement plutôt sympathique, d’historien/nes de statuts et de spécialités divers et d’un public lui aussi divers. Les professionnels de la recherche, de l’édition, de l’enseignement y côtoient beaucoup d’amateurs, de lecteurs, lectrices de l’histoire.

On peut penser que cela fait partie du charme –et du succès- de Blois que ce mélange de « personnalités », bien médiatisées, et de beaucoup d’anonymes déambulant ensemble, un peu pressées mais contents d’être là, dans les couloirs des locaux mis dans toute la ville à la disposition des Rendez-vous.

Chacun sait cependant que la parole, à Blois, est distribuée selon des critères plus ou moins subtils qui distinguent les officiels, les invités des Rendez-vous, et celles et ceux qui s’invitent eux-mêmes à travers les « cartes blanches ». Les lieux, les horaires, les temps de parole, le coût, la diffusion médiatique ne sont pas les mêmes. Et parmi les hôtes remarquables, chacun sait que l’auteur/e de la conférence inaugurale est celle ou celui à qui l’on demande une mise en forme globale des attendus de la question posée aux historien/nes pour chaque Rendez-vous, qui propose un éclairage de surplomb sur le thème de l’année.

Sans doute pour dire l’enjeu des questions historiques au-delà du cercle des spécialistes d’histoire… et pour attirer un public large, cette conférence est souvent confiée à une personnalité un peu à côté du champ. Ce fut la géographe, Sylvie Brunel, à propos des paysans en 2012, l’ancien ambassadeur d’Israël en France, Elie Barnavi, à propos de la guerre en 2013.

On peut alors se demander pourquoi l’invitation faite cette année à Marcel Gauchet, philosophe et historien comme il se dit lui-même, de prononcer ladite conférence inaugurale a suscité une mobilisation publique vive, alors qu’au sujet du penchant bien pensant du Blois officiel les propos s’échangeaient plutôt dans les couloirs sur le ton de l’ironie. Marcel Gauchet paie-t-il le fait de venir trop tard ? De venir après bien d’autres ? Dans un contexte où les conservatismes se portent de plus en plus fièrement ? Oui et non. 

Comme dans toutes les « rebellions », il y a certainement dans la fronde lancée dès cet été par un appel au boycott de Blois, puis relayée par une pétition de protestation contre le choix de l’orateur, un faisceau de causes ! Le rejet a été à la hauteur de l’espoir suscité par le choix du thème. « Les rebelles ». Enfin, va-t-on pouvoir parler de pouvoir, de résistances aux pouvoirs, enfin va-t-on pouvoir faire de l’histoire sociale, celle qui revient dans l’histoire académique, après les relectures d’Hobsbawm, la richesse des recherches en histoire des colonisations, le renouveau de l’histoire du travail pour ne prendre que quelques champs (bien chers aux Cahiers d’histoire, mais pas seulement à eux) ! Il allait y avoir du grain à moudre ! Et voilà que patatras ! Histoire de bien refroidir ce petit monde, on nous annonce la leçon d’un grand desenchanté ! Notre monde intellectuel n’en manque pas, et la pensée de Marcel Gauchet, devenue de moins en moins historienne et plus en plus essayiste, de plus en plus présente dans les débats de société, est de celles qui, depuis des années, nous assènent des analyses sociologiques hors sol et de l’histoire qui vole d’un siècle à l’autre, d’une guerre à l’autre, d’un totalitarisme à l’autre, débarrassée du lourd arsenal documentaire de l’histoire sociale,

Oui, l’on peut dire que ce n’est pas neuf. Mais aussi, on peut dire que la patience de beaucoup d’historien/nes est usée. Oui, nous sommes las de ces regards de surplomb arrogants de ceux qui « nous » pensent. Et, comme pour nous renforcer dans le bien fondé de notre démarche de rebelles qui savent s’unir en collectif, sans avoir à revenir sur les attendus conservateurs que M. Gauchet présentent comme des évidences de l’intelligence bien comprise du monde, notre homme donne lui-même une des clés de la sortie de la soumission dans les propos tenus hier dans le quotidien du soir, « La seule attitude, c’est le mépris… ». Il y a déjà un certain temps que nous l’avions compris. Or, ce mépris, au nom de nos sciences elles-mêmes, nous ne pouvons, nous ne devons pas l’accepter. 

 Anne Jollet

Historienne, Coordonnatrice de la rédaction des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Emmanuel Macron remanie dans le déni
La composition du nouveau gouvernement d’Élisabeth Borne donne à voir toutes les faiblesses du second quinquennat Macron. Deux semaines après une défaite électorale cuisante, et à rebours des promesses d’ouverture, le chef de l’État a étoffé sans élargir. Visé par une enquête pour tentative de viol, Damien Abad est débarqué.
par Ilyes Ramdani
Journal
Les nouveaux visages du gouvernement Borne II
Seize nouvelles personnes, n’ayant jamais occupé de fonction ministérielle jusqu’ici, font leur entrée au gouvernement. Aucune ne constitue une surprise ou un ralliement politique.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Violences sexuelles
Une nouvelle femme met en cause Damien Abad
Une nouvelle femme a raconté à BFMTV avoir eu des « vertiges » après avoir pris un verre avec l’élu en 2013, puis s’être réveillée « complètement dévêtue ». Fraîchement débarqué du gouvernement, le député dénonce des « calomnies ignobles ».
par Antton Rouget
Journal — Société
Maltraitances en crèche : le bras de fer d’une lanceuse d’alerte avec la Ville de Paris 
Eugénie a récemment raconté à un juge d’instruction le « harcèlement moral » qu’elle estime avoir subi, pendant des années, quand elle était directrice de crèche municipale et qu’elle rapportait, auprès de sa hiérarchie, des négligences ou maltraitances subies par les tout-petits.
par Fanny Marlier

La sélection du Club

Billet d’édition
La révolution, le martyr et l’avenir
Comme toute chose périssable, une Révolution peut-elle vieillir ? Au rendez-vous des célébrations décennales, elle est convoquée au gré des humeurs présentes. La Révolution se met à la table des incertitudes du moment, quand elle n’est pas mobilisée en morphine mémorielle afin d’endormir les espérances d’émancipation encore vivaces.
par Amine K.
Billet d’édition
60 ans d’indépendance : nécessité d’un devoir d’inventaire avec la France
L’année 2022 marque les 60 ans de l’indépendance de l’Algérie. Soixante ans d’indépendance, un bail ! « Lorsqu'on voit ce que l'occupation allemande a fait comme ravage en quatre ans dans l'esprit français, on peut deviner ce que l'occupation française a pu faire en cent trente ans.» Jean Daniel  Le temps qui reste, éditions Plon, 1973.
par Semcheddine
Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
[Rediffusion] Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison
Billet d’édition
Le purgatoire de grand-père
Dès les premiers instants au camp de Saint-Maurice-l’ardoise, grand-père s’isola. Près des barbelés, les yeux rivés vers l’horizon. Il se rappelait l’enfer. La barbarie dont il avait été témoin. Il avait vu le pire grand-père. La mort qui l’avait frôlé de si peu. Ils avaient tous survécu. Ses enfants, son épouse et lui étaient vivants. Ils étaient ensemble, réunis. C’était déjà un miracle.
par Sophia petite-fille de Harkis