Billet de blog 27 oct. 2014

11 octobre, bourse du travail à Blois, un Compte-rendu

Laurence De Cock
Professeure d'histoire-géographie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Rédactrices : Fanny Gallot, Servane Marzin

Une réunion « par en bas »

Tandis que les discussions autour de « la pétition » alimentent nombre de discussions informelles et formelles durant ces rendez-vous de l’histoire édition 2014, c’est à une cinquantaine que nous nous réunissons à la bourse du travail, le samedi 11 octobre. L’assistance est plurielle : aux enseignant-e-s du secondaire et du supérieur s’ajoutent des responsables d’éditions, des formateurs, des étudiant-e-s en histoire, mais aussi des passionnés d’histoire qui forment le public de Blois. L’objet de cette réunion n’est pas que les iniatiateurs-trices portent la bonne parole, mais bien que, en partant de mini-introductions autour des propos de Gauchet et de la controverse en cours, nous lancions collectivement un débat et des perspectives que tous les présent-e-s pourraient s’approprier.

Le tour de table initial nous permet de partir des attentes des un-e-s et des autres. Reviennent la curiosité, l’impression qu’il se passe quelque chose, l’attachement aux rendez-vous de Blois comme un espace de rencontre entre le secondaire et le supérieur, les limites et les formes d’un entre-soi cloisonné, les mécanismes de réseaux qui structurent la profession historienne. Une série de rappels plus structurés permettent à tous de situer Marcel Gauchet, porte-drapeau  d’une démarche a-critique dominante, mais aussi d’éclairer le processus de disqualification alors à l’œuvre, visant en premier lieu les initiateurs-trices de la pétition, mais plus largement toute la démarche critique. Plusieurs interventions s’émeuvent des attaques lancées contre les initiateurs-trices de la pétition. « Fatwa », « ayatollah », « gardes rouges », « stalinien », « goulag »: la violence de propos dont les auteurs ne peuvent ignorer ni le poids ni la gravité,  surprend. Quant à l’appel à la démission lancé par Marcel Gauchet lui-même, il paraît hors de proportion et scandaleux. Toutes et tous, en revanche, exprimons notre envie de sortir de l’affaire Gauchet pour penser les mécanismes qu’elle révèle, et les potentialités qu’elle ouvre, et défendre le projet d’une histoire critique.

 « Dé-gauchetiser » ?

 Car si c’est le fait que Marcel Gauchet inaugure des rendez-vous Blois placés sous le signe des Rebelles qui a conduit à cette réunion, c’est bien l’idée de « dé-gauchetisation » qui est à l’ordre du jour de ce off. Que ce soit parce qu’il n’est au fond que le symbole/symptôme d’un système que nous condamnons, parce qu’il nous semble essentiel d’aller plus loin dans l’élaboration d’une histoire critique ou parce que nous aimerions promouvoir d’autres échanges entre des militant-e-s, des enseignant-e-s du premier et du second degré et du supérieur, il nous semble essentiel de faire émerger une autre voix et une réflexion plus large.  

 Construire un off

Se pose la question d’écrire un livre collectif autour de la controverse en cours et ce qu’elle ouvre comme brèche pour l’élaboration d’une histoire critique. Si cette proposition doit encore être précisée, c’est finalement l’idée de construire un off durant les rendez-vous de Blois de 2015 qui émerge. Organisés sous forme d’ateliers, l’enjeu est d’y mettre en œuvre une autre forme de débat avec davantage d’allers-retours entre les participant-e-s, le public et les intervenant-e-s. Se discute aussi la volonté de construire d’autres liens entre le secondaire et le supérieur ou les premiers ne viendraient pas « consommer » les résultats des recherches des seconds mais où la rencontre serait pensée dans l’interaction,  en relation avec la façon d’enseigner l’histoire dans le secondaire. Il est aussi question de dénationaliser les interventions en invitant des collègues étrangers et de décloisonner d’un point de vue disciplinaire en associant à nos réflexions d’autres sciences humaines et sociales.

© 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
La véritable histoire d’Omar Elkhouli, tué par la police à la frontière italienne
Cet Égyptien est mort mi-juin pendant une course-poursuite entre la police aux frontières et la camionnette où il se trouvait avec d’autres sans-papiers. Présenté comme un « migrant », il vivait en fait en France depuis 13 ans, et s’était rendu en Italie pour tenter d’obtenir une carte de séjour.
par Nejma Brahim
Journal — Éducation
Au Burundi, un proviseur français accusé de harcèlement reste en poste
Accusé de harcèlement, de sexisme et de recours à la prostitution, le proviseur de l’école française de Bujumbura est toujours en poste, malgré de nombreuses alertes à l’ambassade de France et au ministère des affaires étrangères.
par Justine Brabant
Journal — Europe
L’Ukraine profite de la guerre pour accélérer les réformes ultralibérales
Quatre mois après le début de l’invasion, l’économie ukrainienne est en ruine. Ce qui n’empêche pas le gouvernement de procéder à une destruction méthodique du code du travail.
par Laurent Geslin
Journal
Comment combattre l’enracinement du Rassemblement national
Guillaume Ancelet et Marine Tondelier, candidats malheureux de l’union de la gauche dans des terres où l’extrême droite prospère, racontent leur expérience du terrain. Avec l’historien Roger Martelli, ils esquissent les conditions pour reconquérir l’électorat perdu par le camp de l’égalité. 
par Fabien Escalona et Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
L’aquaculture, une promesse à ne surtout pas tenir
« D’ici 2050, il nous faudra augmenter la production mondiale de nourriture de 70% ». Sur son site web, le géant de l’élevage de saumons SalMar nous met en garde : il y a de plus en plus de bouches à nourrir sur la planète, et la production agricole « terrestre » a atteint ses limites. L'aquaculture représente-elle le seul avenir possible pour notre système alimentaire ?
par eliottwithonel
Billet de blog
Cochon qui s’en dédit
Dans le cochon, tout est bon, même son intelligence, dixit des chercheurs qui ont fait jouer le suidé du joystick. Ses conditions violentes et concentrationnaires d’élevage sont d’autant plus intolérables et son bannissement de la loi sur le bien-être animal d’autant plus incompréhensible.
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Face aux risques, une histoire qui n'en finit pas ?
[Rediffusion] Les aliments se classent de plus en plus en termes binaires, les bons étant forcément bio, les autres appelés à montrer leur vraie composition. Ainsi est-on parvenu en quelques décennies à être les procureurs d’une nourriture industrielle qui prend sa racine dans la crise climatique actuelle.
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Faux aliments : en finir avec la fraude alimentaire
Nous mangeons toutes et tous du faux pour de vrai. En France, la fraude alimentaire est un tabou. Il y a de faux aliments comme il y a de fausses clopes. Ces faux aliments, issus de petits trafics ou de la grande criminalité organisée, pénètrent nos commerces, nos placards, nos estomacs dans l’opacité la plus totale.
par foodwatch