Billet de blog 24 nov. 2010

La contribution climat-énergie pour sauver les retraites

«Pénalisant la pollution plutôt que le travail, la CCE apporterait une partie des recettes nécessaires et serait le levier d'une stratégie assumée de développement "écologique et social", riche de sens et d'emplois», expliquent Emmanuel Combet, Baptiste Perrissin Fabert et Philippe Quirion, économistes, chercheurs au Cired.

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

«Pénalisant la pollution plutôt que le travail, la CCE apporterait une partie des recettes nécessaires et serait le levier d'une stratégie assumée de développement "écologique et social", riche de sens et d'emplois», expliquent Emmanuel Combet, Baptiste Perrissin Fabert et Philippe Quirion, économistes, chercheurs au Cired.

--------------

Le point commun entre financement des retraites et lutte contre le changement climatique? «Ça chauffe!» risquent de répondre à nouveau et d'une même voix les cortèges de la grogne sociale. Bien vu, mais la bonne réponse est que dans les deux cas une partie de la solution peut venir d'une contribution climat-énergie (CCE). N'en déplaise aux détracteurs de cette lubie d'«écolos», il n'est pas si facile de décapiter une bonne idée.

Expliquons-nous. L'augmentation légale de la durée de cotisation, qui se trouve au cœur des réformes Fillon 2003 et Woerth 2010, ne peut garantir l'équilibre comptable des retraites que si la croissance et la hausse de l'emploi sont effectivement au rendez-vous. Sinon, ces réformes n'empêcheront pas une hausse des charges sociales pour équilibrer les régimes. Pour éviter ce scénario qui dégraderait l'emploi, il faut mobiliser de nouvelles sources de financement. Pénalisant la pollution plutôt que le travail, la CCE apporterait une partie des recettes nécessaires et serait le levier d'une stratégie assumée de développement «écologique et social», riche de sens et d'emplois.

Même si l'effet des réformes sur la durée de cotisation est effectif (soit une hausse de 2 ans), les simulations du Conseil d'orientation des retraites indiquent qu'il sera de toute façon insuffisant pour maintenir le niveau de nos pensions après 2018. Le déficit annuel continuera de croître pour atteindre dans le meilleur des cas 12 milliards en 2035 avant de se réduire. Au pire, il progressera jusqu'à 24 milliards en 2050, la fourchette reflétant l'incertitude sur la croissance et l'emploi.

On comprend alors tout l'enjeu du nouveau rendez-vous fixé par la réforme en 2013 pour renégocier le financement de long terme des retraites. Pour équilibrer alors les comptes sociaux, il faudra en outre anticiper une progression similaire des dépenses de santé, puisque le paroxysme de la dépendance de la génération des baby boomers se situera aux alentours de 2040.

Même horizon temporel pour le défi climatique, puisque limiter la hausse de la température moyenne du globe à 2°C requiert une division par deux des émissions mondiales de CO2 en 2050. Parallèlement à l'objectif français volontariste du « facteur 4 » (c'est-à-dire émettre en 2050 seulement le quart de ce que nous émettions en 1990), l'application d'une CCE conforme au rapport Rocard de 2009 (32 € par tonne de CO2 aujourd'hui et 200 € en 2050) permettrait de collecter 16 milliards dès 2018 et 22 milliards en 2050.

La CCE produirait ainsi des recettes stables et non négligeables au vu des déficits estimés des comptes sociaux et porte surtout en elle des possibilités de synergies emploi-environnement favorables à l'équilibre durable de notre protection sociale comme du climat.

Or depuis 1960, le coût relatif du travail par rapport à l'énergie n'a cessé de croître, en partie à cause de la hausse des charges sociales. L'amélioration de l'efficacité des moteurs a réduit de 46 % le coût du carburant nécessaire pour parcourir 100 km tandis que les cotisations par salarié ont été multipliées par 6 et le nombre de chômeurs par 7. Ces signaux-prix ont profondément guidé l'innovation et les choix d'investissements, les prélèvements sur le travail favorisant la substitution du capital au travail et la délocalisation des secteurs intensifs en emploi. Quant au maintien de l'énergie à un prix inférieur à son coût social, il a freiné l'amélioration de l'efficacité énergétique et entretenu notre dépendance aux énergies fossiles, surtout celle des plus modestes.

Contrairement aux idées reçues largement répandues l'hiver dernier, une contribution climat-énergie n'est ni inéquitable ni un obstacle à la sortie de crise. L'analyse fine (1) montre au contraire que taxer la pollution et détaxer le travail encourage la production en élargissant l'assiette des prélèvements aux revenus des rentes (pétrolière, financière, immobilière) et permet d'enclencher un cercle vertueux pour la compétitivité et l'emploi.

(1) Économie d'une fiscalité carbone en France, Cired 2010.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Corruption en Afrique : le protocole Bolloré
Mediapart révèle de nouveaux éléments qui pointent l’implication personnelle de Vincent Bolloré dans l’affaire de corruption présumée de deux chefs d’État pour obtenir la gestion de ports africains. Après l’échec de son plaider-coupable, le milliardaire est présumé innocent en attendant son futur procès.
par Yann Philippin
Journal — Politique économique
Taxation de l’héritage : une lignée de fractures entre candidats à la présidentielle
La rationalité économique plaide pour un durcissement de l’impôt sur les successions, mais la droite se laisse aller à la démagogie en plaidant contre une hausse forcément impopulaire, dénonçant parfois un « impôt sur la mort ». La gauche cherche un équilibre entre justice et acceptabilité.
par Romaric Godin
Journal — Libertés publiques
Covid-19 : « Le gouvernement réglemente par protocoles et foires aux questions, une menace pour l’État de droit »
Stéphanie Renard, maîtresse de conférences en droit public, fait le bilan de deux années de crise. Cette spécialiste de l’ordre public sanitaire s’inquiète de la diffusion d’un « droit souple » qui « menace l’avenir de l’État de droit et le principe de légalité », et dénonce un « retour en arrière, vers une vision hygiéniste de la société ».
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Nucléaire
Hugo, lanceur d’alerte du nucléaire : « J’accuse EDF de dissimulations »
« Avec ce type d’attitude, nos centrales ne sont pas sûres » : le témoignage choc d’un membre de la direction de la centrale nucléaire du Tricastin, inquiet que la culture de la sûreté nucléaire passe en arrière-plan des impératifs financiers au sein du groupe EDF.
par Youmni Kezzouf et Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Présidentielles: penser législatives
La ficelle est grosse et d'autant plus visible qu'elle est utilisée à chaque élection. Mais rien n'y fait, presque tout-le-monde tombe dans le panneau : les médias aux ordres, bien sûr, mais aussi parfois ceux qui ne le sont pas, ainsi que les citoyens, de tous bords. Jusqu'aux dirigeants politiques qui présidentialisent les élections, y compris ceux qui auraient intérêt à ne pas le faire.
par Liliane Baie
Billet de blog
Quand l’archaïsme du système des parrainages s’ajoute à celui du présidentialisme
La question de la pertinence du système des 500 parrainages revient régulièrement au moment de l’élection présidentielle. Plutôt que de revenir au système de l’anonymat des signatures, il serait préférable d’élargir le champ de la responsabilité de la sélection aux citoyens.
par Martine Chantecaille
Billet de blog
Élection présidentielle : une campagne électorale de plus en plus insupportable !
Qu’il est lassant d’écouter ces candidats qui attendent des citoyens d'être uniquement les spectateurs des ébats de leurs egos, de s'enivrer de leurs mots, de leurs invectives, et de retenir comme vainqueur celle ou celui qui aura le plus efficacement anéanti son adversaire !
par paul report
Billet de blog
Lettre aux candidats : vous êtes la honte de la France
Course à la punchline, postillonnage de slogans... vous n'avez plus grand chose de politiques. Vous êtes les enfants de bonne famille de la communication. Vous postulez à un rôle de gestionnaire dans l’habit de Grand Sauveur. Mais je suis désolée de vous apprendre que nous ne voulons plus d’homme providentiel. Vous avez trois trains et quelques générations de retard.
par sarah roubato