Billet de blog 7 juin 2012

Tunisie: journalistes et blogueurs en grève de la faim pour la liberté d'informer

Le journaliste tunisien Ramzi Bettaieb, contributeur du site d'information Nawaat sous le pseudonyme Winston Smith, a entamé une grève de la faim le 28 mai dernier pour protester contre la confiscation de ses caméras par la police militaire, lors des plaidoiries du procès des martyrs de Thala et Kasserine devant un tribunal militaire. Début juin, plusieurs blogueurs et journalistes tunisiens l’ont rejoint dans sa lutte pour une information libre et transparente en Tunisie. Voici leur appel.

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le journaliste tunisien Ramzi Bettaieb, contributeur du site d'information Nawaat sous le pseudonyme Winston Smith, a entamé une grève de la faim le 28 mai dernier pour protester contre la confiscation de ses caméras par la police militaire, lors des plaidoiries du procès des martyrs de Thala et Kasserine devant un tribunal militaire. Début juin, plusieurs blogueurs et journalistes tunisiens l’ont rejoint dans sa lutte pour une information libre et transparente en Tunisie. Voici leur appel.


   
 
Nous n'avons pas demandé à ériger les potences ... 
Nous n'avons pas demandé des boucs émissaires ... 
Nous n'avons pas demandé des procès politiques ... 
Tout ce que nous avons demandé, et continuons de le faire : c'est une justice qui marche, qui donne son droit à l'opprimé et qui punit les criminels ... 

Depuis quelques mois, la Tunisie vit les procès les plus importants et les plus insolites de son histoire moderne.  
 
Importants, vu les espoirs qui ont y ont été placés pour tourner une page sombre de l'histoire tunisienne, marquée par la tyrannie, l'injustice et la dictature. 
 
Insolites car ils se déroulent dans l'opacité, à la fois loin du regard du peuple qui les a provoqués, et qui les a longtemps attendus, et loin des objectifs de la révolution.
 
Ils nous ont dit que nous n'avions pas le droit de filmer plus de 3 minutes. Comment cette étape cruciale de l'histoire de la Tunisie peut-elle se résumer en seulement 3 minutes, alors que l'enjeu est le destin de tout un pays? 
 
Outre cette interdiction d'archiver cette étape historique, quelques mois après que la justice militaire s'est saisie des procès des martyrs de la révolution, les observateurs et les avocats des familles des victimes ont relevé plusieurs violations:
  - le refus de la demande de la saisie des registres des munitions et des armes alors que ce sont des documents qui sont issus de l'imprimerie officielle de la sécurité nationale 
- le refus de la demande de l'exploitation de la base de données de Tunisie Télécom pour obtenir un relevé des appels émis et reçus avec les téléphones portables des officiers de l'appareil sécuritaire et l'affirmation que ces données ont été détruites. 
- les assises qui se déroulent à huis clos et la présence des accusés suite à leur convocation sans qu'ils soient entendus par la suite
- des accusés laissés en liberté et maintenus dans les postes influents qu'ils occupent, ce qui leur permet de détruite les preuves des crimes commis et d'exercer des pressions sur les témoins
- le procureur militaire est sous la tutelle du ministère de la défense selon le code des procédures pénales militaires tunisien, ce qui remet en cause l'indépendance des tribunaux martiaux parce qu'ils constituent une forme de tribunaux d'exception qui ne vérifient pas les critères d'un procès juste. 
 
Dans une situation caractérisée aussi par l'accumulation d'éléments et de preuves qui montrent l'implication de certaines divisions de l'armée dans la répression des manifestants pendant la révolution, l'équipe Nawaat annonce que ses deux journalistes, Ramzi Bettibi et Houssem Hajlaoui, ont entamé une grève de la faim ouverte depuis lundi 28 mai 2012 pour : 
- protester contre la privation des journalistes de leur droit à couvrir intégralement ces procès historiques  
- appeler au retrait de ces procès de la justice militaire qui a prouvé qu'elle était une justice d'exception, non indépendante et défaillante. 
- appeler à la formation d'un organe judiciaire spécial, spécialisé et indépendant à qui on confie les procès des martyrs et des blessés de la révolution ainsi que les procès de corruption financière sous le règne de Ben Ali. 
 
D'autres part, le mercredi 30 mai, le journaliste Ramzi Bettibi a adressé une lettre à l'Assemblée Nationale Constituante y expliquant les raisons et les revendications de son action. Cette lettre a été lue pendant la séance plénière et a suscité des réactions positives de la part de la majorité des députés. 
 
En nous soutenant, et en accueillant les grévistes, Nawaat ne vise pas à évaluer intégralement l'institution militaire. Notre motivation et cele de Nawaat pour l'intérêt suprême du pays nous pousse à montrer ses défaillances. Dans ce cadre, nous rappelons que nous étions parmi les premiers à saluer le rôle majeur de plusieurs officiers de l'armée opérant sur le terrain et qui ont participé au succès de la révolution.

Azyz Ammami, Yassine Ayari, Emine Mtiraoui et Imen Ben Gozzi, grévistes de la faim.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Énergies
Pétrole, gaz : un rideau de fer s’abat sur le secteur de l’énergie
Depuis quatre mois, les fragiles équilibres d’un marché déjà tendu sont rompus. L’énergie est devenue un terrain d’affrontement entre les États-Unis et la Russie. En juin, pour la première fois de son histoire, l’Europe a plus importé de gaz américain que russe.
par Martine Orange
Journal — Moyen-Orient
Paris abandonne en Syrie trois orphelins de parents djihadistes
Depuis novembre 2019, trois enfants français sont placés dans un orphelinat de la capitale syrienne. Leurs parents, membres de l’État islamique, sont morts sur place. Après plusieurs mois d’enquête, nous avons réussi à retracer le parcours unique de ces orphelins.
par Céline Martelet
Journal — Asie
Inde : le sombre avenir des habitants de l’Assam après une mousson précoce
Des millions d’habitants de la vallée du Brahmapoutre ont été jetés sur les routes par des pluies torrentielles. Ils survivent dans des conditions catastrophiques. Au-delà de l’urgence, c’est l’habitabilité de cette région d’Asie du Sud qui est désormais mise en question.
par Côme Bastin
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef
Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida
Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof