Billet de blog 24 janv. 2012

Printemps arabes: mythe et fictions

Jean-François Bayart
Professeur au Graduate Institute (Genève), titulaire de la chaire Yves Oltramare «Religion et politique dans le monde contemporain».
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La vague de contestations qui a balayé les pays dits arabes dans le sillage du renversement de Ben Ali, en Tunisie, s’est immédiatement révélée être une formidable expérience de laboratoire pour la sociologie historique comparée du politique. Ce banc d’essai a confirmé l’inanité de quelques-unes des écoles de pensée les plus en cour dans les milieux universitaires et médiatiques. L’explication culturaliste, l’importance accordée à l’islam, la rêverie « transitologique » n’ont été d’aucun secours pour comprendre les événements. En revanche, la comparaison implicite et intuitive de cette vaste mobilisation avec le Printemps des peuples européens, en 1848, a été bien inspirée, car elle mettait d’emblée le doigt sur quelques éléments clefs : la combinatoire entre les logiques, trop souvent tenues pour contradictoires, de l’expansion mondiale du capitalisme, en l’occurrence sous sa forme néolibérale, et de l’affirmation du périmètre national ; les connexions entre les différents Etats-nations dans une aire géographique donnée, et leur écho à l’échelle du monde, bien au-delà de leur « aire culturelle » ; l’historicité irréductible de chacune des situations considérées. Le Printemps arabe est un mythe. Il s’est conjugué au pluriel et ne se laisse enfermer dans aucune catégorie générique, ni celle de l’arabité ni celle de l’islam. Il se cherche par les armes comme dans les urnes. Et c’est bel et bien par la singularité de ses épisodes qu’il accède à l’universalité et qu’il parle aux Indignés européens ou qu’il effarouche les autorités chinoises, qu’il montre les apories de la chirurgie militaro-démocratique et qu’il dissipe le trompe l’œil de la raison électorale, qu’il réhabilite cette vieille idée de la révolution que d’aucuns pensaient soluble dans la « démocratie de marché » et fait resurgir en pleine lumière la figure, tenue pour désuète, du militant, syndicaliste ou avocat de la cause des droits de l’Homme, sans laquelle Facebook n’aurait produit aucun miracle.

Au-delà des fictions auxquelles ils ont donné lieu et qui enchantent, les Printemps arabes nous rappellent que le politique est d’abord un rapport à l’inégalité sociale, voire la production de celle-ci, notamment dans le domaine économique. De ce point de vue aussi, la comparaison avec 1848 est riche d’enseignements. Ensuite, la politique est un art de la contingence : les mobilisations sociales et démocratiques ont contraint les acteurs à inventer des processus et des institutions provisoires pour définir les nouveaux rapports de force constitutifs de la cité future. La question se pose alors de savoir si le partage de l’espace public au gré des manifestations et la coexistence, ou la collaboration, dans les instances provisoires qui ont été mises en place pour accompagner, assurer ou limiter le changement, ont favorisé des recompositions, dont la plus décisive pourrait être l’émergence d’une offre islamique d’Etat séculier.

Un an après leur éclosion, les Printemps arabes sont loin d’avoir donné tous leurs fruits. Sans anticiper sur les récoltes futures, la V° Rencontre européenne d’analyse des sociétés politiques  goûtera les premiers d’entre eux, en partant, à tout seigneur tout honneur, des situations différenciées du Maghreb et en confrontant celles-ci aux contrepoints du Machrek, du Golfe et de la Turquie.

Les lecteurs de Mediapart sont cordialement invités à suivre ses ateliers, dans la limite des 150 places disponibles : http://www.fasopo.org/agenda/02_03022012.pdf

Vendredi 3 février 2012

9h45 – 19h

CERI-SciencesPo

56, rue Jacob

75006 - Paris

9h30 : Accueil des participants

9h45 : Ouverture

       10h – 10h30

Projection d’un court-métrage sur le conflit dans le Bassin minier de Gafsa (2008)

10h30 – 13h

Atelier I :

La question sociale : le révélateur tunisien

Présidente : Béatrice Hibou (Paris)

avec Ridha Raddaoui (Gafsa & Tunis), Adnan Hajji (Redeyef) et Slim Tissaoui (Jendouba)

Contrepoint : Irene Bono (Turin & Rabat),Boris Samuel (Paris),

Marc Valeri (Exeter) et Kamal Lahbib (Casablanca)

13h – 14h15 : Collation

14h30 – 15h45

Atelier II : L’ingénierie du provisoire : les institutions ad hoc Président : Michal Kozlowski (Varsovie) avec Mohamed Tozy (Casablanca & Aix-en-Provence), Ridha Raddaoui (Gafsa & Tunis) et Samir Rebhi (Kasserine) Contrepoint : Jean-Pierre Filiu (Paris) 15h45 – 16h : Pause

16h – 18h

Atelier III :

Vers une offre islamique d’Etat séculier ?

Président : Mohamed Tozy (Casablanca & Aix-en-Provence)

avec  Omar Iharchane (Casablanca), Bilal Tlaidi (Rabat), Merieme Yafout (Casablanca)

etAjmi Lourimi (Tunis)

Contrepoint : Ahmet Insel (Istanbul), Mohamed Kerrou (Tunis),

Stéphane Lacroix (Paris)et Zekeria Ahmed Salem (Nouakchott)

18h15 – 19h

Clôture D’un jasmin à l’autre?Les Printemps arabes vus de Chine avec Antoine Kernen (Lausanne), Françoise Mengin (Paris) et Jean-Louis Rocca (Paris)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
« La harraga ne s’arrêtera jamais » : un passeur algérien raconte son « business » florissant
En 2021, de nombreuses personnes ont tenté de quitter l’Algérie et rejoindre l’Europe par la mer, débarquant à Almeria, Carthagène ou aux Baléares. Dans le sud de l’Espagne, Mediapart s’est s’entretenu longuement avec un de ces « guides » qui déposent les « harraga » (exilés) en un aller-retour. 
par Nejma Brahim
Journal — Logement
À Lyon, une école occupée pour aider une famille sans logement
Le collectif citoyen « Jamais sans toit » a commencé l’occupation de l’école Michel-Servet, dans le 1er arrondissement, pour témoigner son soutien à deux enfants scolarisés ici sans logement avec leurs parents. À l’heure actuelle, dans la métropole lyonnaise,  110 enfants et leurs familles sont à la rue.
par Faïza Zerouala
Journal — Énergies
Régulation de l’énergie : la politique du pire
En excluant la période de spéculation débridée fin décembre sur le marché de gros de l’électricité, la commission de régulation de l’énergie aurait pu limiter la hausse des tarifs régulés à 20 % au lieu de 44 %. Elle a préféré faire les poches d’EDF et transférer l’addition aux consommateurs après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
L’action des policiers a causé la mort de Cédric Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Stratégies de désinformation et de diversion de Pékin sur la question ouïghoure
[Rediffusion] Alors que de nombreux universitaires sonnent l’alarme quant au risque génocidaire en cours dans la région ouïghoure, Pékin s’évertue à disqualifier tout discours alternatif et n’hésite pas à mobiliser ses réseaux informels en Europe pour diviser les opinions et couper court à tout débat sur la question ouïghoure. Une stratégie de diversion négationniste bien familière. Par Vanessa Frangville.
par Carta Academica
Billet de blog
Agir pour faire reconnaître le génocide ouïghour. Interview d'Alim Omer
[Rediffusion] l’Assemblée Nationale pourrait voter la reconnaissance du caractère génocidaire des violences exercées sur les ouïghour.es par la Chine. Alim Omer, président de l’Association des Ouïghours de France, réfugié en France, revient sur les aspects industriels, sanitaires, culturels et environnementaux de ce génocide.
par Jeanne Guien
Billet de blog
« Violences génocidaires » et « risque sérieux de génocide »
La reconnaissance des violences génocidaires contre les populations ouïghoures a fait l’objet d’une résolution parlementaire historique ce 20 janvier. C'était un très grand moment. Or, il n'y a pas une mais deux résolutions condamnant les crimes perpétrés par l’État chinois. Derrière des objets relativement similaires, se trouve une certaine dissemblance juridique. Explications.
par Cloé Drieu
Billet de blog
La cynique et dangereuse instrumentalisation du mot « génocide »
La répression des Ouïghours existe au Xinjiang. Elle relève très probablement de la qualification juridique de « crimes contre l’Humanité ». Mais ce sont les chercheurs et les juristes qui doivent déterminer et les faits et leurs qualifications juridiques, et ce le plus indépendamment possible, c’est à dire à l’écart des pressions américaines ou chinoises.
par Bringuenarilles