Jean-François Bayart

Professeur au Graduate Institute (Genève), titulaire de la chaire Yves Oltramare «Religion et politique dans le monde contemporain».

Son blog
430 abonnés Le blog de Jean-François Bayart
Ses éditions
Voir tous
  • Voter ou ne pas voter, telle est la question

    Par
    Je serais disposé à prêter – pas à donner – mon suffrage à Emmanuel Macron en dépit de la répugnance politique qu’il m’inspire, parce que j’aurais alors le sentiment que mon vote serait utile pour préserver une part de l’essentiel. Mais le premier tour de la présidentielle a fait office de primaire des législatives. L’accord entre les forces de gauche doit s’effectuer dans le cadre de l’Union populaire qui de facto s’est imposée comme sa composante la plus fiable dans l’adversité. 
  • Mémorandum relatif  à la dégradation des conditions de vie dans le Marais

    Par
    Rédigé par des habitants du Haut Marais à l’attention de M. Ariel Weil, maire de Paris Centre, et des pouvoirs publics, ce mémorandum ne prétend pas à être représentatif de sa population, mais exprime les préoccupations, les inquiétudes, l’exaspération parfois d’une partie notable de celle-ci. Il n’a d’autre ambition que d’essayer de faire entendre la voix de résidents désorientés par la multiplication de mesures ou d’évolutions qui les pénalisent gravement. 
  • La diversion de Recep Tayyip Erdoğan

    Par
    En déclarant persona non grata les dix ambassadeurs occidentaux qui ont réclamé la libération du philanthrope Osman Kavala – détenu arbitrairement depuis quatre ans – Recep Tayyip Erdoğan se lance dans une périlleuse nouvelle fuite en avant. Encore faut-il bien voir que le risque pris est mesuré.  
  • A l’heure où les taliban reprennent Kaboul, relisons les recherches de Fariba Adelkhah !

    Par
    À l'heure où les taliban reprennent le pouvoir à Kaboul, retournons aux travaux précurseurs que Fariba Adelkhah avait consacrés à l'Afghanistan sur la base d'enquêtes de terrain rigoureuses dans les quartiers ouest de la capitale, dans la ville d'Herat et dans la région de Bamyan.
  • « Vie de merde pour les non-vaccinés »

    Par
    La division, le président de la République l’organise en recourant aux amalgames et caricatures qui lui servent de méthode de gouvernement après que, candidat, il nous eut promis une République apaisée. Une division de plus au prix de l’infantilisation de tout esprit critique. Ce parti pris donc de punir, et surtout de ne pas écouter pour ne pas à avoir à entendre.
Voir tous
Voir tous