Soldes fins de séries

L'imposante revue Soldes fins de séries joint le geste à la parole mardi 21, à 19 h, au Centre Wallonie-Bruxelles (Paris). L'almanach 2010 de ce magazine franco-belge «pop et intello», heureusement ressuscité des années 80, y sera «joué» en la présence du philosophe iranien Majid Rahmena, en musique par le guitariste Hugh Coltman et au trait levé par les dessinateurs de la revue.

L'imposante revue Soldes fins de séries joint le geste à la parole mardi 21, à 19 h, au Centre Wallonie-Bruxelles (Paris). L'almanach 2010 de ce magazine franco-belge «pop et intello», heureusement ressuscité des années 80, y sera «joué» en la présence du philosophe iranien Majid Rahmena, en musique par le guitariste Hugh Coltman et au trait levé par les dessinateurs de la revue.

Car cette revue qui sait s'afficher n'en est pas à un coup d'essai et ne redoute rien tant, à l'instar du graphisme de son principal instigateur Marc Borgers, que de ne pas être dérangée. C'est donc dans une ambiance aussi débridée que pénétrée, d'une justesse toute festive, que l'on retrouvera l'auteur de La Puissance des pauvres, Majid Rahnema, pour un débat en soirée, réunissant les contributeurs à la revue.

Au sommaire de l'almanach 2010 proprement dit, «à l'ère où la grande solderie est dans les esprits», on peut renouer certaines «valeurs de solidarité humaine» avec, entre autres, en ces pages les poètes Jean-Pierre Verheggen et Edouard Glissant; le philosophe Daniel Innerarity; une virulente «Rhapsodie du Congo» pour les 50 ans de son indépendance vus de Bruxelles et de Kisangani; un dossier Captain Beefheart par Dali de Clair, Pacôme Thiellement; des interviews d'Henri Laborit et Majid Rahnema («La pauvreté est une sagesse; la misère, une souffrance»).

 © Soldes fins de séries © Soldes fins de séries

Le tout bardé des dessins de Delphine Duprat, Philippe Lardy, Martès Batory, Julien Kedryna, Damien MacDonald (superbe BD sur Aleister Crowley)...

Ne pas manquer donc d'y fuir les lazzis «du capitalisme et de la modernité» avec plus de persévérance qu'Andy Warhol, lequel n'en avait pas moins confié à propos des premiers opus de Soldes fins de séries: «C'est le plus beau magazine du monde, je suis jaloux, c'est ça que je voulais faire ave Interview

Et céder à l'invite, pour voir...

Soldes fins de séries, almanach, 150 p., 19,90€.

Rendez-vous du mardi 21 septembre à 19h, au Centre Wallonie-Bruxelles, au 46 de la rue Quincampoix, Paris IVe.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.