Décapage

Plus qu’un titre, Décapage est le principe esthétique, l’art poétique de cette revue littéraire (désormais) semestrielle, publiée aux Editions de La Table Ronde. 40 numéros depuis 2001.

Plus qu’un titre, Décapage est le principe esthétique, l’art poétique de cette revue littéraire (désormais) semestrielle, publiée aux Editions de La Table Ronde. 40 numéros depuis 2001.

Aucun esprit de sérieux, mais l’amour ludique des mots et des lettres, des auteurs et de leurs textes. Près de 150 auteurs, français et étrangers, ont déjà participé à Décapage, d’Agnès Desarthe à Yi Sang, puisque l’ordre alphabétique de présentation suit celui des prénoms.

Le charme de Décapage est d’abord dans son format et sa mise en page, inventive, décalée. Chaque numéro est un superbe objet. Prenons le dernier numéro paru, le 40. A la couverture, vous croiriez un pastiche du magazine Ikea.

 

 

Mais il s’agit d’ouvrir les tiroirs, pas de monter des étagères. D’ailleurs, comme le dit ironiquement le bulletin d’abonnement (20 auteurs par numéro, 2 numéros annuels, 20 €), « cher lecteur, poussez l’audace jusqu’à l’abonnement ! D’autant que d’après une récente étude, les abonnés de Décapage se révèlent des gens perspicaces ».

96 pages de bonheur à grappiller, de second degré et de décalage. 96 pages et non plus dix, comme à l’origine du titre :

Décapage, n, m. – 2001 ; de déca- du gr. deka « dix » et de page du lat. pagina « feuille de papier ».

Le sommaire de la revue est le seul élément stable, avec le format, carré. La maquette, elle, évolue de numéro en numéro. Dans chaque numéro, on retrouve l’ambiance de la rédaction (« les pieds dans l’eau, un homme en slip de bain accoste une femme qui barbote à quelques mètres de lui »), des courriers et SMS reçus puis des chroniques, des textes, des inédits, et une section thématique. Pour le numéro 40, il s’agit de « conseils à un jeune écrivain ». Analyse de la « notion complexe » de « jeune écrivain » par Serge Joncour, présentation du milieu littéraire par un spécialiste, Eric Neuhoff, de A comme Alcool à Z comme Zombies, la recette imparable pour « devenir un grand écrivain » par Philippe Jaenada et « Douze conseils selon l’humeur » par le délicieux et caustique Dominique Noguez. Des strips, dessins et instantanés complètent chaque volume.

Un terrain d’exploration, une invitation aux livres…

 

 

La littérature sous le signe de l’inattendu, du cocasse et de l’inventif : c’est dans Décapage. Une revue insolente en son sens premier : rompre avec les habitudes, faire événement. Et, comme l’indiquait un bandeau sur plusieurs de ses anciens numéros, il s’agit d’une « revue littéraire reconnue d’inutilité publique ». C’est plutôt bon signe.

Le prochain numéro, qui sortira en mars (on en reparlera, donc) annonce Jean Echenoz, Pierre Michon, Stéphane Héaume, Eric Chevillard, Jean-Jacques Schulh.

Pour vous faire une idée du ton décalé et décapant de la revue, vous pouvez feuilleter en ligne son numéro 39.

CM

Décapage, numéro 40 (8€50), sommaire :

Chroniques

Alexis Barthet Les objets trouvés
Alain Bertrand
La vie des choses
Vincent Delecroix
La vie secrète des philosophesYves Leclair Et moi, et moi, et moi
Alban Perinet La Pause
Grégoire Polet De la volière
Ludovic Roubaudi De qui se moque-t-on ?Gavin's Clémente-Ruiz Les Petits gestes
Laurent Sagalovitsch Fanfaronnades

Patrick de Sinety
et Marianne Paul-Boncour Le héros de votre prochain roman
Guillaume Tavard
La fuite des galaxies
Pierre Vinclair De l'existence des villesChroniques Tournantes
David Boratav Le journal littéraire

Véronique Ovaldé
À vos idoles
Iegor Gran Et moi, je vous en pose des questions ?
Thématique
Conseils à un jeune écrivain
avec Emmanuel Adely, Philippe Jaenada, Serge Joncour, Gabriel Matzneff, Éric Neuhoff, Dominique Noguez, Bernard Quiriny
Littérature étrangère
Bahmanyar, Traduit du persan tadjik par Stéphane A. Dudoignon
Chad Taylor, Traduit de l’anglais par Isabelle Chapman
Littérature françaiseChristine AvelCyrille Fleischman
Jean-Marie Blas de Roblès
Christophe Esnault
Gaël BrunetThomas Vinau


Et des illustrations de Bobi+Bobi, Olivier Lerouge, Alexandre Orvane,Patrick Pouillaude, Stéphane Massa-Bidal, Fougougou.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.