Billet de blog 16 mai 2015

Pour un institut culturel européen des Rroms

Il y a 71 ans, le 16 mai 1944 à Auschwitz-Birkenau, l'insurrection de 6 000 prisonniers tsiganes a fait reculer la soixantaine de SS venus les «liquider». Contre l'effacement de la mémoire et pour « rendre (sa) place dans la société » à « la plus importante minorité ethnique d’Europe », Marcel Courthiade (Inalco), Saimir Mile (La Voix des Rroms), Nara Ritz (Centre européen des formations aux diversités) et Francine Schutt Jacob (Union française des associations tsiganes) soutiennent le projet d’Institut culturel européen des Rroms.

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il y a 71 ans, le 16 mai 1944 à Auschwitz-Birkenau, l'insurrection de 6 000 prisonniers tsiganes a fait reculer la soixantaine de SS venus les «liquider». Contre l'effacement de la mémoire et pour « rendre (sa) place dans la société » à « la plus importante minorité ethnique d’Europe »Marcel Courthiade (Inalco), Saimir Mile (La Voix des Rroms), Nara Ritz (Centre européen des formations aux diversités) et Francine Schutt Jacob (Union française des associations tsiganes) soutiennent le projet d’Institut culturel européen des Rroms.


La nuit du 16 mai 1944, une soixantaine de SS armés de mitrailleuses encadrent le « camp des familles tsiganes » à Auschwitz-Birkenau et ordonnent aux prisonniers de sortir des baraques. Ceux-ci refusent d’obéir : ils avaient été prévenus la veille par le réseau de résistance interne que les nazis avaient pris la décision de « liquider » le camp, c’est-à-dire de tous les envoyer dans les chambres à gaz, hommes, femmes et enfants. Armés de bêches, de pioches et de planches cloutées et comptant bien se saisir des mitrailleuses des SS quand ils pénètreront dans les baraques, les six mille prisonniers sont prêts à tenir tête aux Allemands. Face à l’insurrection, les SS abandonnent. Les Rroms ont gagné la bataille.

Le fait que ce récit ne soit pas passé à la postérité – il n’est pas dans les livres d’histoire, il n’a inspiré ni films ni romans – et que la date du 16 mai 1944 soit tombée dans l’oubli est révélateur de l’amnésie collective sur l’histoire des Rroms en Europe et des perceptions figées de ces hommes et de ces femmes, toujours vues comme des victimes, jamais comme des résistants.

Pourtant, les Rroms sont des survivants. La plus importante minorité ethnique d’Europe – entre dix et douze millions d’individus – maintient son existence au cœur d’un continent qui lui a fait subir le pire et qui continue à doucement œuvrer à son effacement : calomnies, ignorance entêtée, accusations absurdes, expulsions, pogroms, déportations, génocide – notamment le Samudaripen des nazis, stérilisations forcées, ségrégation rurale puis urbaine, « bus spéciaux » et « écoles pratiques », corruption programmée...

Les Rroms sont des survivants, mais rares sont ceux qui se considèrent ainsi. Résultat de siècles d’humiliation, les Rroms ont parfois intériorisé les stigmatisations qui les visent. Le racisme anti-Rroms n’est plus seulement dans le regard des « autres », mais souvent dans celui des Rroms eux-mêmes. Influencés par des siècles de propagande faisant d’eux des êtres indignes de respect et de confiance, beaucoup de Rroms préfèrent, lorsqu'ils ont le choix, cacher leur identité rromani pour trouver du travail ou simplement éviter les regards et les mots qui humilient. Ce phénomène d’autodénigrement, loin d'être le propre des Rroms, est commun à tous les peuples opprimés pendant des siècles et traités comme des gens de moindre qualité par le seul fait de leur naissance.

Pour changer la façon dont la société regarde les Rroms, nous sommes convaincus qu’il nous faut investir les terrains non seulement scientifiques et juridiques mais aussi artistiques et culturels. Il est temps de rendre leur place dans la société aux Rroms. Il s’agit de réparer l'injustice d'une identité niée ou combattue à travers les siècles par un travail de reconnaissance de son apport aux sociétés européennes. En effet, les efforts juridiques et institutionnels visant à combattre les discriminations envers les Rroms ne peuvent se passer d’un mouvement plus large de valorisation des identités, des cultures, de l'histoire, de la langue et de la création artistique des Rroms.

Pour cela, nous soutenons le projet d’Institut culturel européen des Rroms, porté par des organisations rroms de plusieurs pays d’Europe et soutenu par le Conseil de l’Europe et Open Society. Cette maison de culture, d’art et de mémoire pour toutes les communautés rroms, sinti/manouches, gitanes/kalés, d’Europe, fonctionnera sur le modèle des Alliances françaises, des Instituts Goethe ou Cervantès et des autres centres culturels européens. Elle réunira les artistes, intellectuels, universitaires, linguistes, historiens, cinéastes et journalistes désirant déconstruire les préjugés anti-Rroms et la tsiganophobie pour produire un discours alternatif, innovant et créatif et ainsi remplacer les représentations figées et mensongères par la réalité d’une culture riche, ancienne, plurielle, ouverte et féconde. L’institut sera également un lieu de recherche et d’apprentissage sur la langue rromani ainsi que sur l’histoire et la culture si diversifiée des Rroms en Europe et dans le monde.

Tout ce trésor, par essence paneuropéen, doit trouver sa place dans le récit de construction des nations et d'une Europe de paix. Nous pensons que l’Institut culturel européen des Rroms permettra de combler cet espace aujourd’hui occupé par l’oubli, le malentendu et l’ignorance.  

Marcel Courthiade, titulaire de la chaire de langue et civilisation rromani à l’Inalco
Saimir Mile, président de La Voix des Rroms
Nara Ritz, directeur du Centre européen des formations aux diversités, expert et point de contact national pour le programme Romed (Conseil de l'Europe)
Francine Schutt Jacob, vice-présidente de l’Union française des associations tsiganes

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, le calvaire des exilés
Dans notre émission, reportage aux portes de l’Union européenne, où des migrants et des migrantes sont toujours retenus dans des conditions inhumaines. En plateau : Anaïs Vogel, qui a fait cinq semaines de grève de la faim pour dénoncer le traitement des exilés à Calais, et Catherine Wihtol de Wenden, directrice de recherche émérite au CNRS. 
par à l’air libre
Journal — France
La candidature de Zemmour prend une mauvaise tournure
L’ancien éditorialiste de CNews et du Figaro a officialisé, mardi, sa candidature à l’élection présidentielle dans un clip reprenant toutes ses obsessions identitaires. Sur le terrain, sa campagne est devenue particulièrement compliquée.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Pour Pécresse et Bertrand, une campagne aux airs de pénitence
Après avoir claqué la porte du parti Les Républicains, ils ont repris leur carte pour obtenir l’investiture présidentielle. Pendant des mois, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand ont remis les mains dans le cambouis partisan et arpenté les routes de France pour convaincre.
par Ilyes Ramdani
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl
Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI
Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de »,ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85
Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/11)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss