1975-2015 : Saint-John Perse, 40 ans plus tard

Pour l'actualisation de septembre de Sjperse.org, un nouveau dossier, au lendemain du 20 septembre 2015, qui marque les quarante ans de la mort de Saint-John Perse sur la presqu'île de Giens. Un dossier en trois parties ("Transmettre Saint-John Perse" ; "Enseignements d'une détestation" ; "Les persistances d'une postérité"), mis en ligne conjointement avec le site de l'Institut du tout-Monde (rubrique "Les Dossiers de l'ITM").

0246c210-04b4-4dc6-9fa0-103fe2f8bb9a.jpg

Pour l'actualisation de septembre de Sjperse.org, un nouveau dossier, au lendemain du 20 septembre 2015, qui marque les quarante ans de la mort de Saint-John Perse sur la presqu'île de Giens. Un dossier en trois parties ("Transmettre Saint-John Perse" ; "Enseignements d'une détestation" ; "Les persistances d'une postérité"), mis en ligne conjointement avec le site de l'Institut du tout-Monde (rubrique "Les Dossiers de l'ITM"). Le repère de ces quatre décennies qui nous séparent de la mort de Saint-John Perse nous fournit l'occasion de nous interroger sur la place qu'occupe aujourd'hui à nos horizons ce poète que l'on dit d'accès difficile.

Quinze ans après l'attribution du Prix Nobel de Littérature en 1960, Saint-John Perse mourait à l'âge de 88 ans, laissant derrière lui une œuvre définitivement à part, à l'écart de toutes les modes et de toutes les écoles. Ses nombreux admirateurs allaient assister dans les années qui suivirent, à un réel aggiornamento de son appréhension critique, délaissant la seule révérence pour une quête d'élucidation patiente qui jamais n'abolira son mystère. Et de fait, les mutations quant à l'approche de cette poésie allaient être nombreuses, dessinant des mouvements de balanciers divers, et des controverses aussi. Aujourd'hui, qu'en est-il du rapport à Perse, monument intimidant de la poésie, mais surtout notre contemporain capital, à en juger par la fatale puissance de l'emprise qu'il continue d'exercer sur ceux qui, un jour faste, auront eu la chance d'ouvrir ÉlogesAnabase ou Exil ?

 Naguère un poète s'était écrié, devant l'essoufflement momentané du souffle poétique : "Rendez-nous l'anabase !" Puissions-nous être à nouveau en chemin vers cette œuvre considérable.

Le 20 septembre 1975, mourait Saint-John Perse à Giens. Le 21 septembre 1928, naissait Édouard Glissant à Bezaudin, Martinique. Ainsi va la mort et la vie des poètes, gravant dans le temps de symboliques passages de flambeaux.

Accéder au dossier, sur Sjperse.org : http://sjperse.org/nouveautes.html

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.