Amour, la grande braderie !

36626_10151513581742526_1458918561_n.jpg

 

Il y a quelques temps, deux de mes amies m'ont convaincue -très attristées de m'imaginer finir mes jours avec comme seule compagnie mes chats- de m'inscrire sur des sites de rencontres, pour enfin trouver l'Homme, avec un grand H (mais pas que... hein?) qui pourrait m'envelopper dans son amour, sa tendresse, me sortir de ma solitude, m'offrir des fleurs à la St Valentin et à mon anniversaire, squatter mon canapé une chope de bière à la main – non ça, elle l'ont pas dit – et devenir enfin l'Homme de ma Vie - là il est temps quand même – Je me demande bien où il se cachait depuis toutes ces années...

Alors, j'ai pris mon courage et mon clavier à deux mains, cliqué sur divers sites, et rempli le questionnaire très complet (du commissariat?) pour alimenter mon profil.

Je n'ai pas voulu tricher. J'ai donné mon âge, le vrai, ma couleur de cheveux après la séance chez le coiffeur, détaillé la couleur magnifique de mes vertes prunelles.

J'ai indiqué mon poids (moins un petit kilo, que voulez-vous, on se refait pas) ma taille (plus un centimètre – je ne veux pas d'un petit homme, au cas où il s'appellerait Nicolas, je ne sais pas trop pourquoi) ce que je mange, comment je dors, quand je pars en vacances et où, le nombre de chats (j'en ai ajouté un – quand y en a pour huit, y en a pour neuf). Ouf ! Après huit pages, c'est un peu répétitif.

Est arrivée ensuite l’Épreuve. J'ai pris un caddie fictif, et me suis promenée dans les rayons. Surchargés les rayons. De tout : des blonds, des bruns, des chauves, des rasés, des pas rasés aussi... Des jeunes des années 30 (vu les photos) d'autres des années 70 (vu aussi les photos) Des beaux, des moches, des très moches... Pas vraiment des très beaux. Clooney par exemple était en rupture de stock.

 George-Clooney-photo-78.jpg

Mais avant de m'arrêter à un choix, il a fallu que je trie : âge, études, photo, revenus (très important ça les revenus pour la sélection)

Je suis parvenue à un certain compromis ; je recherchais l'Homme de ma Vie dans les 55/68 ans, partout en France, de type Européen, ayant fait des études -ou pas- divorcé ou veuf (très important pour le choix – parce que certaines marchandises sont juste en prêt, vu qu'elles sont déjà mariées ou tout juste séparées)

Puis j'ai cliqué pour discuter avec mes choisis. A qui je n'ai pu parler que deux fois. Parce que dans ces supermarchés-là, faut payer avant d'avoir sélectionné l'article. Et que c'est quand même pas donné, même si en ce moment, il y a une énorme braderie, vantée par les slogans de type «  pas cher, bonne marchandise, seulement xxx euros par mois » Oui parce qu'il faut aussi payer pour plusieurs mois, on ne trouve pas l'Homme de sa Vie qui était resté caché tout ce temps en un mois seulement ! Il faut un certain temps, comme pour le fût du canon.

J'ai aussi été sélectionnée, le supermarché fonctionnant dans les deux sens. Pendant que je recherchais l'Homme de ma Vie, la marchandise proposée recherchait aussi la Femme de sa Vie. Si bien que dans ce jeu, nous sommes tous clients et marchandises. C'est un peu curieux, comme sensation, mais on s'y fait. 

Plusieurs Hommes m'ont donc envoyé des messages. Fait curieux, cinq messages différents, de différentes marchandises, m'ont envoyé une même photo, avec des descriptions un peu similaires ; il s'agissait tout d'abord d'un veuf de 60 ans ayant perdu épouse et enfant dans un accident de la circulation ; le même ensuite (vu la photo) avait 59 ans et était veuf avec un enfant à la maison ; puis veuf sans enfants... Un curieux personnage. J'ai bien compris que je ne pouvais pas être la Femme de sa Vie, puisqu'il aurait fallu que je me partage en cinq, ce que je ne sais pas faire.

J'ai été assez sollicitée. Ils exigeaient ma photo, ce que je ne pouvais pas faire, n'étant pas membre VIP ( ? Je n'ai pas bien compris comment en payant je pouvais devenir Very Important Person)

J'avais aussi des curieux messages, très copains/copains :

- « tu as reçu un flash de nice06 »

- « tu as un flirt de machin13 »

- « veux-tu toi aussi envoyer un flirt ? »

Bizarre... Ils ne pouvait pas y avoir dans ce lot-là l'Homme de ma Vie... Ils étaient tous nés il y a pas longtemps... Un bug certainement ?

D'autres voulaient adopter mes enfants, comme ça, d'un coup, au premier regard virtuel... C'est là que j'ai eu peur. Trop de réponses, trop d'annonces, trop de choix, trop de tristesse. J'ai quitté sans regret tous ces supermarchés de la Rencontre.

Non, je ne veux pas, ni ne peux pas le trouver comme ça l'Homme de ma Vie. S'il existe, le pauvre, il a laissé passer le temps imparti. C'est dommage pour lui, et pour moi peut-être.

Pour finir, j'ai vu une telle tristesse, une telle peur de la solitude dans ces lieux, que je souhaite à tous ceux qui y croient de trouver leur âme sœur.

Gratuits ou payants, ces endroits sont trop tristes pour y rester longtemps.  

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.