Une odeur de moitié.

235691_YDLITYIPND4VEOOVMFLY2CE8LVJRDP_rencontre_H143739_L.jpgSi vous aviez imaginé que trouver votre âme sœur, votre amoureux, votre amoureuse, votre double, votre trésor, était simple comme un tee-shirt porté, je suis certaine que vous auriez abandonné dès la première connexion les sites de rencontre ringards où les photos sont truquées et les profils menteurs.

Vous auriez délaissé la salle de bal et le blondinet boutonneux qui vous marche sur les pieds, dans un slow interminable et tellement soporifique que vous vous accrochez à son cou seulement pour ne pas sombrer dans le sommeil.

Vous auriez renoncé au regard lubrique du nouvel informaticien croisé à la photocopieuse, même s'il s'appelle Rocco. D'ailleurs, vous n'avez même pas souri. Il a fait tomber tous vos papiers, et vous avez passé un temps fou à le maudire, quand vous n'avez pas réussi à ouvrir la page des courriels. Avec tout ce que vous aviez à faire...

Vous ne vous seriez pas tordu la cheville, avec vos stilettos de 12 centimètres, comme Il les aime, pour servir Son café avant qu'une autre le fasse, à Julien, Paul ou Christophe, Chef-plus-que-chef. Puis de toute façon il est déjà marié, et le café est renversé sur les dossiers de la réunion marketing du jour...

 Non. Georges, celui de la compta, pas du café, n'aurait pas eu à vous envoyer des mails enflammés auxquels vous ne répondez que par gentillesse.

 Vous n'auriez pas accepté l'invitation à diner du copain du copain de votre frère, célibataire endurci, qui vous a parlé toute la soirée de foot et de politique. Vous n'aimez ni le foot ni la politique. Mais vous ne lui avez rien dit. Aussi, il a cru qu'il pouvait vous accompagner jusqu'à votre appartement. Heureusement, il s'est avéré allergique à Gastounet, votre chat siamois, qui lui a craché dessus. Les pompiers ont été rapides, mais votre soirée un peu perturbée. Sans parler du pauvre Gaston...

 Donc vous en avez conclu qu'il est difficile, presque impossible de trouver l'Amour de sa vie. Sauf que quelque part, quelqu'un a trouvé le truc infaillible. L'être unique se reconnaît à l'odeur. 

Et c'est tout bête. Un simple tee-shirt porté trois nuits, enfermé dans un sac plastique, et hop ! Au congélateur... Le tee-shirt seulement.

Ensuite si vous êtes candidate à l'Amour avec un grand A, vous plongerez votre petit nez fin, sans le froncer - c'est mal vu - dans le sac, et le tour est joué. L'odeur qui vous fera chavirer, et non tomber en syncope, c'est celle de l'Unique, Lui - Elle, enfin - Vous.

 Et voilà. Même si vous craquiez pour un beau brun en Fahrenheit ou Eau Sauvage, c'est l'odeur des ses aisselles et de son torse poilu que vous adorerez...

 Enfin vous, parce que moi... C'est juste l'Autre.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.