mot de passe oublié
11 euros par mois

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Souscrivez à notre offre d'abonnement à 11€/mois et découvrez notre application mobile disponible sur Android et iOS.

Je m'abonne
Le Club de Mediapart lun. 30 mai 2016 30/5/2016 Dernière édition

Comme par Maggie

Margaret Thatcher a donné à la pop anglaise quelques-unes de ses plus belles chansons. Pas comme auteure, évidemment, mais comme sujet.

Margaret Thatcher a donné à la pop anglaise quelques-unes de ses plus belles chansons. Pas comme auteure, évidemment, mais comme sujet.

Au moment où un film, La Dame de fer (de Phyllidia Lloyd, avec Meryl Streep dans le rôle-titre), tente d'humaniser le personnage, il n'est pas inutile de réentendre ce qu'en disaient ses contemporains.

 

 

Cliquez sur ce bouton pour accéder à la vidéo suivante.

 

1. Elvis Costello, Tramp the dirt down

On aurait pu choisir Shipbuilding du même Elvis Costello, qui critiquait la politique du gouvernement Thatcher en concluant «Diving for dear life when we could be diving for pearls», mais rien ne vaut le slogan de Tramp the dirt down, «When England was the whore of the world, Margeret was her madam», «Quand l'Angleterre était la putain du monde, Margeret était sa mère-maquerelle».

2. Morissey, Margaret on the guillotine

Le chanteur des Smiths est un conservateur notoire, ce qui ne l'empêche pas de ne pas être un fan de la so-called «Iron Lady» et de le dire assez simplement: «Les gentilles personnes ont un rêve merveilleux: Margaret sur la guillotine»...

3. The Beat, Stand down Margaret

Le ska a beaucoup donné contre Thatcher: la reprise de Maggie's farm de Dylan par les Specials ou l'assez médiocre Blue Skinned Beast de Madness mais tout cela était bien trop «malin» et aucun de ces morceaux n'a le charme franc et direct de Stand down Margaret — peut-être Ghost Town des Specials qui dit comment Thatcher a brisé la solidarité dans la société britannique: «I sometimes wonder if I'll ever get the chance just to sit with my children in a holiday jam. Our lives seems so petty in your gold grey hands», «Je me demande parfois si j'aurai un jour la chance d'être coincé dans les bouchons pour les vacances. Nos vies semblent si mesquines entre vos mains d'or gris.»

4. Billy Bragg, A miner's life

Pas très difficile avec Billy Bragg de trouver une chanson anti-Thatcher; ce fut longtemps son fonds de commerce. Thatcherite, Between the wars, Which side are you on... c'est une sorte de Ken Loach du folk-rock. Mais la plus émouvante, ou la moins didactique (enfin... il chante quand même «worker's strength cannot be broken when unions be combined»), de ces chansons est A miner's life chantée pour les grandes grèves de mineurs en 1984 et 1985, lorsque le National Coal Board, soutenu par le gouvernement Thatcher, décida de fermer 20 mines de charbon déficitaires.

5. The Clash, London Calling

Evidemment, impossible de ne pas rappeler ce morceau qui marque l'arrivée de Thatcher au pouvoir en reprenant l'appel de la BBC au soulèvement dans les pays occupés par les nazis: «London calling to the faraway towns, Now war is declared - and battle come down», «L'appel de Londres aux villes lointaines, désormais la guerre est déclarée et la bataille approche.»

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires
Je n'hésite pas à une seconde à parler de vous, chacun de vos sujet est passionnant ! Pourquoi ne pas en rédiger plus ?