Vincent Truffy
Journaliste à Mediapart

Billet publié dans

Édition

Silence

Suivi par 56 abonnés

Billet de blog 26 oct. 2010

Gregory Isaacs éteint son spliff

Gregory Isaacs vient de mourir à 59 ans d'un cancer des poumons, à Londres, les dents rongées par le crack. Fin de vie bien peu glamour pour le suave parrain du lovers rock

Vincent Truffy
Journaliste à Mediapart

Gregory Isaacs vient de mourir à 59 ans d'un cancer des poumons, à Londres, les dents rongées par le crack. Fin de vie bien peu glamour pour le suave parrain du lovers rock, manière de reggae soul, avec des accents de Marvin Gaye dans cette grande voix langoureuse.

En 1973, après de débuts en duo avec Upton Sinclair, il crée le prototype de ce genre, My Only Lover. Comme Bob Marley qui va très vite s'autoproduire pour maîtriser ses chansons, il lance son label African Museum avec Errol Dunkley.

My Only Lover

Loin de l'imagerie rasta, il apparaît aussi dans le film culte du reggae, Rockers de Ted Bafalouko (1978), chantant Slave Master. C'est l'explosion du reggae hors de Jamaïque. Il joue avec Sly Dunbar et Robbie Shakespeare. Richard Branson l'embauche chez Front Line, un label de Virgin, chez qui il signera un album qui fixera son surnom de Cool ruler, de maître du cool.

Slave Master (in Rockers) © 

Son plus gros succès, en 1982, Night Nurse, sera lui publié par Island Records, le même que Bob Marley.

Slave Master (in Rockers) © 

Les années 1980 seront plus compliquées pour le Cool ruler. Cocaïne, prison pour port d'arme illégal, voix qui s'éteint. A sauver de cette époque, Rumours, qui montre comment il a su adapter son reggae au dub plus électronique qui a suivi.

My Only Lover

Sa dernière apparition aura été dans le film de Jérôme Laperrousaz Made in Jamaica (2007) au côté de Bunny Wailer, Capleton, Elephant Man, Bounty Killer, Lady Shaw, Robbie Shakespeare, etc.

© 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viols, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan
Billet de blog
Rapport Meadows 11 : est-il encore temps ?
Est-il encore temps, ou a-t-on déjà dépassé les limites ? C'est la question qui s'impose à la suite des lourds bilans dressés dans les précédents épisodes. Écoutons ce qu'a à nous dire sur le sujet le spécialiste en sciences et génie de l'environnement Aurélien Boutaud,
par Pierre Sassier
Billet de blog
Greenwashing et politique : le bilan environnemental d'Emmanuel Macron
[Rediffusion] Talonné dans les sondages par Marine Le Pen, le président-candidat Macron a multiplié dans l'entre-deux-tours des appels du pied à l’électorat de gauche. En particulier, il tente de mettre en avant son bilan en matière d’environnement. Or, il a peu de chances de convaincre : ses actions en la matière peuvent en effet se résumer à un greenwashing assumé.
par collectif Chronik
Billet de blog
Villages morts, villes vivantes
Nouvelle édition de « Printemps silencieux » (Wildproject). La biologiste américaine Rachel Carson avait raison bien avant tout le monde. Dans de nombreux villages de France, les oiseaux sont morts. Carson nous dessille les yeux au moment où une nouvelle équipe ministérielle veut accélérer la transition écologique. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement