Billet de blog 22 juil. 2009

Socialisme hors-les-murs: édition mode d'emploi

Dans un texte publié le 21 juillet (« PS. “La nature a horreur du vide” »), je proposais que Mediapart puisse « accueillir des contributions, qu’on imaginerait limitées à une et une seule par auteur, et qui émanerait non seulement de dirigeants, d’élus, d’intellectuels mais aussi de militants, de sympathisants, d’électeurs ou de futurs électeurs, bref des Assises du socialisme hors-les-murs.

Vincent Duclert
Historien
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans un texte publié le 21 juillet (« PS. “La nature a horreur du vide” »), je proposais que Mediapart puisse « accueillir des contributions, qu’on imaginerait limitées à une et une seule par auteur, et qui émanerait non seulement de dirigeants, d’élus, d’intellectuels mais aussi de militants, de sympathisants, d’électeurs ou de futurs électeurs, bref des Assises du socialisme hors-les-murs. Le temps de l’été est propice à la réflexion, à l’écriture, à la lecture, au partage.C’est la meilleure façon je crois de conjurer le vide, la peur qu’il inspire et les erreurs auxquels il mène. »

Le projet a été repris le jour même, à la fois par des journalistes de Mediapart qui vont solliciter des signatures et par des lecteurs du journal prêts à participer à l’aventure, l’idée étant d’aller à la « recherche de la base et du sommet » - pour paraphraser le titre d’un recueil de poèmes de René Char (1955), de la théorie à la pratique, des connus aux inconnus, des lieux proche au vaste monde, du temps perdu au temps retrouvé. Une édition a été immédiatement ouverte par Vincent Truffy sur Mediapart, à l'adresse http://www.mediapart.frhttp://blogs.mediapart.fr/edition/socialisme-hors-les-murs, et un autre journaliste, Stéphane Alliès, s’est chargé de coordonner avec moi la publication des textes qui doit intervenir durant tout le mois d’août (et pourquoi pas en septembre si le succès est au rendez-vous), à raison d’une contribution par jour.

La liberté d’écriture et de pensée est bien sûr de règle. Les contraintes sont légères. Que les textes ne soient pas trop longs (maximum 20 000 signes, c'est déjà bien), qu’ils soient accessibles, sincères, graves, bien écrits. Qu’on puisse, longtemps après, revendiquer cette écriture et la fierté de ce moment estival. Il faut imaginer que ces textes vont durer, qu’on les retrouvera peut-être en libraire dès cet automne, qu’ils deviendront des références pour l’action et la réflexion futures.Les textes peuvent bien sûr se répondre, et ils le feront certainement. Mais ils doivent aussi se suffire à eux-mêmes et pouvoir être compris sans nécessairement revenir à la contribution initiale.

Pour ceux qui craignent de signer avec leur propre nom (tout le monde n'est pas protégé dans sa profession ou dans sa vie personnelle), merci de vous décrire en quelques mots simples. Il est conseillé en revanche de ne pas se faire le porte-parole de tel ou telle responsable du parti. C’est souvent contre-productif pour le leader qui est ainsi soutenu, et de toute manière « Socialisme hors-les-murs » n’est pas une réunion politique ou une séance de congrès. Le but est bien davantage de réfléchir à l’avenir du socialisme et de la gauche (qui ne se confondent pas, nous en sommes conscients), et d’abord en France mais sans que la question européenne, la question de l’étranger et du monde ne soient écartées : elles appartiennent pleinement au débat, à la réflexion sur l’identité de la gauche.

L’édition ouvrira officiellement le 1er août. D’ici cette date, adressez-nous votre texte (avec son titre) ou informez-nous de votre intention d’écrire (en donnant une date d’envoi de votre contribution) à Stéphane Alliès et Vincent Duclert : stephane.allies@mediapart.fr et vincent.duclert@wanadoo.fr Après cette date, continuez bien sûr.

Toutes proportions gardées, il existe un précédent à cette expérience aussi bien intellectuelle que journalistique lorsqu’à l’été 1898 Jean Jaurès publia dans La Petite République, à raison d’un article ou presque par jour, les chapitres qui allaient former quelques semaines plus tard l’ouvrage Les Preuves par lequel il démontra à la fois la conspiration ayant visé le capitaine Dreyfus et le devoir de solidarité des socialistes. Ce faisant, il faisait du socialisme un principe décisif de démocratisation de la République.

Pour redonner du sens à la gauche (et/ou "sauver le soldat PS" pour ceux et celles plus attaché-e-s que d'autres au parti), le temps de l’été est compté.

Vincent Duclert

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À l’Assemblée, le RN s’installe et LFI perd la partie
Les députés ont voté mercredi la répartition des postes de gouvernance de l’Assemblée nationale, offrant deux vice-présidences au parti de Marine Le Pen. Privée de la questure qu’elle convoitait, La France insoumise a dénoncé les « magouilles » de la majorité, qu’elle accuse d’avoir pactisé avec la droite et l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
Les contradictions de la défense de Damien Abad
Damien Abad est visé par une enquête pour « tentative de viol », ouverte ce mercredi par le parquet de Paris. Questionné par BFMTV sur le témoignage de la plaignante, l’avocat du ministre a affirmé que son client ne la connaissait « absolument pas », ne sachant pas de « qui il s’agit ». Ce que contredisent plusieurs éléments obtenus par Mediapart. Contacté, Me Benoît Chabert revient sur ses propos.
par Marine Turchi
Journal — Santé
Gynécologues accusés de viols : le dialogue est rompu entre médecins et patientes
La secrétaire d’État et gynécologue Chrysoula Zacharopoulou est accusée de « viol » et de « violences » par des patientes, à la suite du professeur Daraï, qui fut son chef de service. Les gynécologues rejettent le terme de viol en cas d’examen gynécologique. Les militantes fustigent un déni des violences.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Inflation : en France, grèves partout, augmentations nulle part
Depuis des semaines, des arrêts de travail éclatent dans toute la France, et dans tous les secteurs. Le mot d’ordre est toujours le même : « Tout augmente sauf nos salaires. » Après des négociations décevantes, les travailleurs se mobilisent pour obtenir des augmentations à la hauteur de l’inflation.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
« Very bad trips » à l’Organisation mondiale du commerce
20 mois et 6 jours de négociations à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) pour finalement acter, une nouvelle fois, que le commerce prime sur la santé. L’OMC et l’Union européenne (UE) se gargarisent aujourd’hui d’un accord sur la levée temporaire des brevets (TRIPS) sur les vaccins anti-COVID.
par Action Santé Mondiale
Billet de blog
Innovation et Covid : demain, rebelote ?
La quiétude retrouvée dans nos pays n’est pas de bon augure. S’il y a résurgence du Covid, tout est en place pour revivre ce qui a été si cruellement vécu: l’injustice dans l’accès aux vaccins à l’échelon mondial et le formatage de la gestion de la pandémie au gré des priorités économiques des pays riches et intérêts financiers des firmes pharmaceutiques ... Par Els Torreele et Daniel de Beer
par Carta Academica
Billet de blog
Pour un service public de santé territorial 3/3
Publié sur le site ReSPUBLICA et écrit avec Julien Vernaudon, le premier volet de cet article donnait le contexte historique, le second une analyse de la situation actuelle des professionnels de santé de premier recours et de leur évolution. Ce troisième et dernier volet propose la création d'un vaste et nouveau service public se santé territorial.
par Frédérick Stambach
Billet d’édition
Covid-19, 7ème vague : l'État se rend encore « fautif »
Une septième vague de contaminations au COVID-19 frappe la France. Alors que le tribunal administratif de Paris a reconnu l'État « fautif » pour son impréparation lors de la première vague, le gouvernement ne semble pas tenir compte des remarques passées ni des alertes de la société civile.
par Mérôme Jardin