Billet de blog 2 juil. 2014

Prolongeons les prolongations

Michaël Hajdenberg
Journaliste à Mediapart
Journaliste à Mediapart

Il y a 14 ans jour pour jour, le 2 juillet 2000, on célébrait le but en or lors d’un France-Italie mythique en finale de l’Euro. Ce jour-là, les Italiens avaient dû apprendre à reboucher les bouteilles de champagne. David Trezeguet, ce binational franco-argentin que nous avions convaincu de revêtir le maillot bleu alors qu’il parlait à peine notre langue, avait inscrit comme Bierhoff avant lui en finale de l’Euro 1996 et Laurent Blanc face au Paraguay lors de la Coupe du monde 1998, un but qui selon la règle de la mort subite, mettait fin immédiatement au match. En 2080, quand la moitié de la France sera atteinte d’Alzheimer, on en parlera encore.

© le10sport

Le but en or est pourtant mort (1996-2002). Et c’est une très bonne nouvelle que cette parenthèse, enchantée pour les Bleus, se soit vite refermée. Les huitièmes de finales de cette Coupe du monde 2014 sont là pour le rappeler.

Quoi de mieux que des prolongations à rebondissement dans un match à élimination directe ? Songez que si cette règle était encore en vigueur, l’Allemagne-Algérie se serait arrêté dès la 92e minute, lors du but de Schürle. Pas de 2e but allemand, pas de course-poursuite finale héroïque des Algériens. Rien.

Même chose pour le Belgique-Etats-Unis d’hier. Le sursaut inespéré des Américains, leur énergie du désespoir qui les conduisit au bord de l’égalisation serait resté lettre morte.

Et que dire du France-RFA de 1982 dont on nous rebat les oreilles depuis 48 heures ? Oui, la France se serait qualifiée pour la finale grâce à la volée de Marius Trésor. Mais quid du but de Giresse, de la folle remontée allemande, etc, etc ?

© 

Avec la mort subite, c’était au moment où le match pouvait devenir fou, avec une équipe obligée de refaire son retard, qu’on disait : « Arrêtez tout, il risque d’y avoir du spectacle ».

A tel point que les prolongations de ces derniers jours, on les prolongerait bien. C’est vrai qu’avec des matchs à 22h, certains regardent leur montre au bout du temps règlementaire, quand ils réalisent qu’ils vont devoir rester 30 minutes de plus. Mais pour commencer, on devrait retarder l’heure du dernier métro pendant la compétition - Madame Hidalgo, quand on porte un nom pareil, on ne peut pas être indifférent aux Coupes du monde.

Un autre Hidalgo, qui se trouve être un autre Michel © 

Ensuite, un tel changement n’aurait pas forcément les conséquences imaginées. Je m’explique. Le but en or, pourquoi pas, mais à l’issue des prolongations. Il faudrait alors supprimer les tirs au buts, et en écrivant cette phrase, je me rends bien compte que la VIe République sera née avant - De Gaulle et Panenka sont passés par là.

Cela dissuaderait pourtant des équipes comme le Costa-Rica de se recroqueviller devant leur but en attendant les penaltys-loterie. Les Etats-Unis ont découvert qu’ils avaient encore des ressources à 10 minutes de la fin. S’ils avaient su que de toute façon ils devaient marquer pour se qualifier,  ils auraient joué - et peut-être marqué – avant. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
La crise climatique attise les tensions au Kenya
Les questions d’écologie sont absentes des discours des candidats aux élections générales du mardi 9 août. Pourtant, avec un régime de pluies devenu « imprévisible », le pays subit fortement les conséquences du dérèglement climatique, qui aggrave des tensions existantes.
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Afrique
Le pays suspendu à un scrutin à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Écologie
Petits canaux contre « idéologie du tuyau », une guerre de l’irrigation
Très ancrés dans les territoires montagneux du sud de la France, prisés par les habitants, les béals sont encore vitaux pour de nombreux agriculteurs. Mais cette gestion collective et traditionnelle de l’eau se heurte à la logique de rationalisation de la ressource des services de l’État.
par Mathieu Périsse (We Report)
Journal
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Loi pouvoir d'achat : Macron & Borne veulent prolonger notre ébriété énergétique
[REDIFFUSION] 42°C en Gironde. 40°C en Bretagne. 20 000 hectares partis en fumée. Lacs, rivières et sols s'assèchent. Les glaciers fondent. Que fait-on à l'Elysée ? On reçoit le président des Emirats Arabes Unis pour importer plus de gazole. A Matignon ? On défend un projet de loi « Pouvoir d'achat » qui vise à importer plus de gaz du Qatar et des Etats-Unis. Où est la sobriété ?
par Maxime Combes
Billet de blog
La grosse entourloupe de l'AAH
Alors qu'on parle de la victoire de la déconjugalisation de l'AAH, alors qu'on cite les augmentations de ce minima social comme une exception du macronisme, personne ne parle d'une des plus grandes entourloupes des dernières années : la suppression du complément de ressources de 180 euros pour les nouveaux admis dans le système.
par Béatrice Turpin
Billet de blog
Pour la rentrée, préparons la riposte !
Bientôt, les vacances seront terminées. Et beaucoup se demandent maintenant de quoi sera fait leur avenir avec un gouvernement qui n’a concédé presque rien aux salariés, aux retraités et aux chômeurs en termes de pouvoir d’achat.
par Philippe Soulié
Billet de blog
Le pouvoir d'achat des fonctionnaires vampirisé par quarante ans de néolibéralisme
Lorsque la spoliation du pouvoir d'achat des fonctionnaires devient une institution sous la Cinquième République...
par Yves Besançon