Billet de blog 4 juil. 2014

La planète football, c’est le Tout-monde

« Comme l’art et la littérature, le football-rhizome est la résultante de la créolisation, c’est l’opacité inextricable de la rencontre des cultures et des politiques. » L'écrivain Aliocha Wald Lasowski nous livre une lecture des équipes américaines à travers la pensée philosophique d’Édouard Glissant.

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« Comme l’art et la littérature, le football-rhizome est la résultante de la créolisation, c’est l’opacité inextricable de la rencontre des cultures et des politiques. » L'écrivain Aliocha Wald Lasowski nous livre une lecture des équipes américaines à travers la pensée philosophique d’Édouard Glissant.


Le philosophe et écrivain Edouard Glissant, penseur de la mondialité et de la créolisation, avait-il pressenti le succès des sélections d’Amérique du Nord, d’Amérique du Sud et d’Amérique Centrale dans cette coupe du monde 2014 ?

Disparu en 2011, Edouard Glissant était lui-même un grand sportif. Amateur de basketball, il aimait défier sur le playground ses étudiants de la Louisiana State University, où il enseigna pendant plusieurs années. Comme en écho à l’unité-diversité des huit équipes des Amériques présentes en huitième de finale le 28 juin dernier (Brésil, Argentine, Mexique, Colombie, Uruguay, Costa Rica, Chili et Etats-Unis), l’œuvre de Glissant, grand admirateur de l’écrivain des plantations du Sud et du Mississippi, William Faulkner, auquel il consacra un livre en 1998 (grande année du football), manifeste une passion latino-américaine et inscrit la relation transatlantique au cœur du Tout-monde.

Des Sierras mexicaines aux plaines d’Argentine, où, pendant longtemps, rappelle Glissant, se sont effectués le débarquement, le partage et la distribution des esclaves par les puissances européennes du Vieux Continent, ces archipels de l’hispanité que sont les pays d’Amérique incarnent les audaces de la modernité, le bouillonnement volcanique d’un football du Tout-monde, comme un chaos-monde incertain de lui-même, dans ses convulsions et ses dérélictions.

Nations férocement rivales, mais fondatrices de beautés nouvelles, les pays des Amériques déploient un football marqué par la ferveur du peuple et la passion des supporters. Par-dessus le silence où se terrèrent les cultures et les langues andines, mayas, taïnos ou arawaks, se soulève aujourd’hui la clameur qui chante les exploits des Sud-Américains, dans toutes les rues de Rio de Janeiro, Belo Horizonte, Recife ou Brasilia, ces villes-monde où se jouent les matchs de la compétition. Quelle excitation pour l’imaginaire ! Dans les stades de football, véritables places avancées de la néo-America, s’expérimente la multiplicité, l’étincellement créole ou caraïbe, d’après les mots de Glissant, où se mêle l’art baroque et infini de la relation, où se croisent latinité, négritude et africanité. Comme l’art et la littérature, le football-rhizome est la résultante de la créolisation, c’est l’opacité inextricable de la rencontre des cultures et des politiques.

Face au voisin étasunien, ou devant la déroute de l’Italie, de l’Espagne, du Portugal et de l’Angleterre, comment ne pas saluer la « Garra Charma », ce « fighting spirit » mobilisateur et créateur : même s’il verse dans l’excès à travers l’Uruguayen Luis Suarez, suspendu neuf matches pour avoir mordu l’Italien Giorgio Chiellini, ce style de jeu offensif, tourné vers l’avant, explose comme un volcan fou, avec une moyenne de presque trois buts par match, ce qui fait de ce Brésil 2014 le plus prolifique depuis Mexique 1970. C’est que le football devient lui-même le mouvement tempétueux et tremblant qui traverse, du nord au sud, le continent américain. Il est sa diversité, son errance et son unité. Il tisse des lianes et des trames de la relation. En un mot, la force du football, c’est qu’il s’archipélise et s’accorde parfaitement au mot du poète argentin Borges : « Il excellait dans l’art sagace auquel ne parvint pas l’impatient Ulysse : passer d’un pays à d’autres pays et rester tout entier dans chacun d’eux. »

Aliocha Wald Lasowski, philosophe, auteur d'une trilogie chez Pocket : Jean-Paul Sartre, une introduction, Philippe Sollers, l'art du sublime et Édouard Glissant, penseur des archipels

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Condamné par la justice, le ministre Alain Griset quitte le gouvernement
Le ministre délégué chargé des PME a démissionné, mercredi, après avoir été condamné à six mois de prison avec sursis et trois ans d’inéligibilité avec sursis pour avoir menti dans sa déclaration de patrimoine et d’intérêts. Emmanuel Macron lui avait maintenu sa confiance, malgré des éléments accablants. Alain Griset a fait appel de cette décision.
par Sarah Brethes et Ellen Salvi
Journal — Économie
Marchandisation du virtuel : la fuite en avant du système économique
Les NFT, ces jetons non-fongibles qui garantissent la propriété exclusive d’un objet numérique, et le métavers, sorte d’univers parallèle virtuel, sont les deux grandes tendances technologiques de 2021. Mais ce sont surtout les symptômes d’un capitalisme crépusculaire.
par Romaric Godin
Journal
Le fonds américain Carlyle émet (beaucoup) plus de CO2 qu’il ne le prétend
La société de capital-investissement, membre d’une coalition contre le changement climatique lancée par Emmanuel Macron, affiche un bilan carbone neutre. Et pour cause : il ne prend pas en compte ses actifs dans les énergies fossiles. Exemple avec l’une de ses compagnies pétrolières, implantée au Gabon, Assala Energy.
par Michael Pauron
Journal — Santé
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux
Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en erea, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi
Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille