Billet de blog 24 juin 2014

Lloris, le maillon faible

La défense tient, le milieu galope, l’attaque rayonne. La France présente-t-elle une équipe complète? Non, car il manque un grand gardien. Lloris est un bon gardien, un honnête gardien, « un bon joueur de club » (certes, j’ai longtemps dit ça de Valbuena). Mais désolé, ce n’est pas la classe internationale, contrairement à ce qu’on nous claironne dans tous les medias français.

Michaël Hajdenberg
Journaliste à Mediapart
Journaliste à Mediapart

La défense tient, le milieu galope, l’attaque rayonne. La France présente-t-elle une équipe complète? Non, car il manque un grand gardien. Lloris est un bon gardien, un honnête gardien, « un bon joueur de club » (certes, j’ai longtemps dit ça de Valbuena). Mais désolé, ce n’est pas la classe internationale, contrairement à ce qu’on nous claironne dans tous les medias français.

Oui, vous trouverez toujours des vidéos pour montrer les quelques penaltys qu’il a sortis au cours de sa carrière. Et oui, j’aurai l’air fin s’il nous sort un match d’enfer en quart contre l’Allemagne et nous qualifie. Tant pis. J’assume. Quitte à me faire huer. Je brise l'omerta. Avec un brin de mauvaise foi.

Car les preuves ne manquent pas. Les best of de ses meilleurs plongeons? Je me les suis farcis sur Youtube: et franchement quand on a grandi avec Joël Bats, qu’on s’est épanoui sous Bernard Lama, qu’on a triomphé sous Fabien Barthez, Hugo Lloris c’est fade, c’est triste, c’est insuffisant. Lloris ne s’inscrit pas dans la lignée des grands gardiens niçois chers à notre confrère Michel Dalloni. Mais plutôt dans celle des des honnêtes remplaçants de l’équipe de France: Letizi (lui-même niçois), Rust, Rousset, Charbonnier. A la limite un Martini extra-dry. Et si on en reste aux Niçois, le gardien actuel, David Ospina, est autrement plus sûr et talentueux .

Avec le maillot bleu, qu’il  porte jaune ou vert, Lloris n’a jamais rien fait de grand. Au mieux le job. Au pire des bourdes. C’est à cause de lui, un soir de France-Biélorussie, qu’on a failli rater la Coupe du monde.

© 90minutes

A tout moment, mais généralement une fois par match, ses mains peuvent trembler, ses pieds s’emmêler. Le seul endroit où il est sûr de ne pas fauter, c’est dans la salle de presse: sa langue est faite d’un bois plus dur que ses poteaux. 

Et quand l'entraîneur des gardiens de l'Equipe de France explique que ce n'est pas lui qui a encaissé 58 buts en 45 matchs cette saison, mais son équipe de Tottenham, on se demande s'il s'est souvent déplacé au stade.

© Mark Jerry

Comment peut-il dès lors être capitaine de l'équipe de France? Son profil de gendre idéal silencieux rassure : fils d’un banquier monégasque et d’une avocate, il n’insultera pas les journalistes, ravis de le voir consacré joueur préféré des « Français ».

Deux L à son nom ne lui suffisent pourtant pas à s'envoler.

© aminereggae

Et en termes d'expériencen son palmarès fait sourire malgré une victoire en Coupe contre Quevilly.

© 

Dans les grands rendez-vous, Lloris prend une part décisive dans le résultat final. (ici contre Nancy en finale de la coupe). 

© INA

Le manque d'enjeu ne le paralyse cependant pas. Ici, en match amical face au Brésil, il se met en tête de dribbler Neymar. Sans conséquence pour une fois.

© Football Gangster

Assurément, s’il jouait dans le championnat de France, Lloris ne ferait pas partie des 5 meilleurs gardiens. Rien qu’à cette coupe du monde, l'Italien Sirigu, le Mexicain Ochoa, le Colombien Ospina, le Nigérian Enyeama sont nettement au-dessus. Ruffier est plus sûr. Même Landreau - si si, attendez - même Landreau a plus de panache dans ses ratés.

© mensquare

Ceux qui ne viennent pas de se désabonner de Mediapart suite à ce « point Landreau » admettront sans mal que lors de ce mondial, le Belge Courtois, l'Anglais Joe Hart sont plus jeunes. Mais déjà bien plus forts. Et on pourrait ainsi continuer longtemps à parcourir le monde: Buffon, Neuer, Cech, Itandje... Tous meilleurs. (si si, Itandje, restez abonnés). En Angleterre, on reconnaît que Lloris fait parfois de bons arrêts. Mais qu’il se troue régulièrement. Pas un commentateur ne le classe parmi les meilleurs gardiens de la Premier League. Comment pourrait-il en être autrement avec des matchs de ce type?

© Honex_Futball

De simples boulettes comme cela peut arriver à tout gardien? Consultons les stats alors. 

Lloris ne fait pas partie des 10 gardiens qui arrêtent le plus de tirs en Angleterre © 

Quand il est parti de Lyon, Lloris n’a d’ailleurs trouvé comme club que Tottenham, bien loin des grosses cylindrées européennes. Où il a mis du temps à devenir titulaire. Pourquoi?

Ses sorties dans le pieds laissent à désirer.

© loulou Bui

Ses mains manquent de fermeté

© AS MONACO

Ses placements laissent à désirer

© elyna33

Son jeu de tête se résume à son nez

© HugoLlorisTV

Des boulettes, d'autres gardiens de l'équipe de France en ont faites. Mais elles n'étaient pas aussi nombreuses. Et surtout, elles s'accompagnaient d'arrêts de légende.

© f65

Dans 10 ans, qui se souviendra de Hugo Lloris? Et pour quel arrêt? Allez Hugo, tu as 5 matchs pour me faire mentir. Et m'humilier.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
Zemmour, un infernal piège médiatique
Émaillé de violences, le premier meeting de campagne d’Éric Zemmour lui a permis de se poser en cible de la « meute » médiatique. Le candidat de l’ultradroite utilise la victimisation et des méthodes d’agit-prop qui ont déjà égaré les médias états-uniens lorsque Donald Trump a émergé. Il est urgent que les médias français prennent la mesure du piège immense auquel ils sont confrontés.  
par Mathieu Magnaudeix
Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Social
Les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Fonderies : un secteur en plein marasme
L’usine SAM, dans l’Aveyron, dont la cessation d’activité vient d’être prononcée, rejoint une longue liste de fonderies, sous-traitantes de l’automobile, fermées ou en sursis. Pour les acteurs de la filière, la crise économique et l’essor des moteurs électriques ont bon dos. Ils pointent la responsabilité des constructeurs.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B