Billet de blog 19 janv. 2011

Un combat juste et indispensable

Le député (UMP, villepiniste) Daniel Garrigue était présent place du Panthéon, à Paris, mardi 18 janvier, en soutien aux militants poursuivis pour leur engagement en faveur du boycott des produits israéliens. Voici son intervention.

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le député (UMP, villepiniste) Daniel Garrigue était présent place du Panthéon, à Paris, mardi 18 janvier, en soutien aux militants poursuivis pour leur engagement en faveur du boycott des produits israéliens. Voici son intervention.

----------

Depuis plus de quarante ans, nous étions fiers de la politique conduite par laFrance au Moyen-Orient, parce qu'elle nous engageait dans la recherche de la paix,parce qu'elle voulait reconnaître les droits de tous, ceux des Israéliens, mais aussi ceuxdes plus faibles, les Palestiniens.

C'est le général De Gaulle qui a parlé le premier de ceux que l'on appelait alors lesréfugiés palestiniens.C'est Valéry Giscard d'Estaing qui a été à l'initiative de la Déclaration de Venise.C'est François Mitterrand qui a officiellement reconnu l'Organisation deLibération de la Palestine, l'OLP.C'est Jacques Chirac qui a été bousculé à Jérusalem parce qu'il voulait parler auxPalestiniens.

Il y a trois ans, on nous a parlé de rupture. Or, cette rupture, nous voyons qu'elleest profondément négative et qu'elle est profondément choquante.Il est simpliste de poursuivre ceux qui ont appelé au boycott de produits qui,venus des territoires occupés, ne devraient pas entrer en Europe, sans tenir compte ducontexte.

Il est malhonnête, comme l'a fait l'an dernier François Fillon au dîner du Crif, deprétendre que ce boycott ne concernait pas des produits exportés par Israël, mais lesproduits kascher, au risque de déplacer ce débat sur le terrain redoutable desaffrontements communautaires.

J'ai adressé une question écrite à François Fillon, je n'aijamais eu de réponse et pour cause.Le vrai problème est celui de l'accord commercial entre l'Union européenne etIsraël. Cet accord n'a été accepté à la fin des années 90, par le Parlement français, qu'à lacondition d'engagements pris en faveur des droits des Palestiniens. Le même débat s'estreproduit lors du renouvellement de la convention.Mais cette convention exclut, conformément aux conventions de Genève, que l'onpuisse importer des produits en provenance des territoires occupés, et à plus forteraison, des colonies implantées dans ces territoires.

Alors, pourquoi les autorités françaises n'assurent-elles pas un meilleur contrôlede l'application de cette convention ? Pourquoi les autorités françaises ne poursuivent-elles pas ceux qui introduisent sur notre marché des produits provenant des territoiresoccupés ou des colonies israéliennes ? Il y a, c'est manifeste, deux poids et deux mesures.

On a voulu nous réduire au silence. On a voulu nous fermer l'ENS. On nous aouvert la place du Panthéon. Et nous sommes suffisamment nombreux pour la remplirtoute entière.Depuis des années, nous avons combattu pour la paix au Proche-Orient et pourque les droits de tous soient reconnus. Nous nous sommes réjouis des Accords d'Oslo.Nous avons été atterrés par l'assassinat d'Yitzhak Rabin parce que nous savions qu'ilsignifiait la fin de ce processus.Mais ce combat, nous y croyons encore et nous continuerons à le mener sans répitparce que c'est un combat juste et indispensable.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal
2022 : contrer les vents mauvais
« À l’air libre » spécial ce soir : d’abord, nous recevrons la rappeuse Casey pour un grand entretien. Puis Chloé Gerbier, Romain Coussin, et « Max », activistes et syndicalistes en lutte seront sur notre plateau. Enfin, nous accueillerons les représentants de trois candidats de gauche à l'élection présidentielle : Manuel Bompard, Sophie Taillé-Polian et Cédric van Styvendael.
par à l’air libre
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat ou leur candidate à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : l’ancien ministre Jean-Vincent Placé visé par une plainte
Selon les informations de Mediapart et de l’AFP, le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire après la plainte pour harcèlement sexuel d’une ancienne collaboratrice. D’après notre enquête, plusieurs femmes ont souffert du comportement de l’ancien sénateur écolo, devenu secrétaire d’État sous François Hollande.
par Lénaïg Bredoux

La sélection du Club

Billet de blog
Ne lâchons pas le travail !
Alors qu'il craque de tous côtés, le travail risque d'être le grand absent de la campagne présidentielle. Le 15 janvier prochain, se tiendra dans la grande salle de la Bourse du travail de Paris une assemblée citoyenne pour la démocratie au travail. Son objectif : faire entendre la cause du travail vivant dans le débat politique. Inscriptions ouvertes.
par Ateliers travail et démocratie
Billet de blog
« Nous, abstentionnistes » par Yves Raynaud (3)
Voter est un droit acquis de haute lutte et souvent à l'issue d'affrontements sanglants ; c'est aussi un devoir citoyen dans la mesure où la démocratie fonctionne normalement en respectant les divergences et les minorités. Mais voter devient un casse-tête lorsque le système tout entier est perverti et faussé par des règles iniques...
par Vingtras
Billet d’édition
2022, ma première fois électorale
Voter ou ne pas voter, telle est la déraison.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
Le bocal de la mélancolie
Eric Zemmour prétend s’adresser à vous, à moi, ses compatriotes, à travers son clip de candidat. Vraiment ? Je lui réponds avec ses mots, ses phrases, un lien vidéo, et quelques ajouts de mon cru.
par Claire Ze