Fabien Jobard
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Synthétique

Suivi par 37 abonnés

Billet de blog 6 juil. 2008

Le Tour de France, Kraftwerk et la critique-machine

Fabien Jobard
CNRS, Cesdip (Guyancourt)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Stéphane Alliès a dans la récente édition « chasse-patates » exhumé le très beau Tour de France de Kraftwerk et avancé que si Kraftwerk a produit ce morceau lancinant, c’est parce que, je cite, c’est parce que, mais je préfère citer : « parce que le Tour, c’est branché ».
Il fallait répliquer sans attendre.
Non, le Tour, c'est tout sauf branché. Car la RFA des années 70, en dépit de l'éphémère Dietrich Thurau, n'a d'yeux que pour le foot ou, localement, pour la gym ou le hockey sur glace. En France, c'est tout l'inverse : lorsque Thurau est enfile son maillot sur le Tour se joue une lutte acharnée de la FFF qui sent que Platini et les autres sont le moyen inespéré de voir le foot ravir au cyclisme la place de sport de masse. Une image symbole de cette lutte par avance perdue : les images des bouteilles Fruité (c'est plus musclé) des deux champions de l'époque, Platini et Hinault.

© 


Mais revenons à Kraftwerk. La raison immédiate pour laquelle Kraftwerk bricole son obsessionnel Tour de France, c'est tout simplement que Hutter, Schneider et leurs collègues sont des cyclistes de haut vol, et partent chaque année en grupetto dans les Alpes ou les Pyrénées gravir les cols ensemble - ce qui un jour faillit coûter la vie à l'un d'entre eux, dans une descente.


Mais en réalité, il y a beaucoup plus qu'une simple question d'affinité du mollet et du synthé dans cette affaire. Kraftwerk, son nom l'indique (« centrale électrique »), est une contestation radicale de la modernité allemande. Radicale en ce sens que Kraftwerk réalise en sons et images l’une des modalités oniriques du nazisme : une société automatisée, aseptisée, dé-sexuée, où le désir ne se réalise jamais que dans la communion charnelle avec la machine. C’est ce qui explique la profusion de rouages et d’automates, de moteurs et de pistons, de vérins et de balanciers qui caractérise l’iconographie Kraftwerk. Autoroute, atome, mannequins muets, rails, braquets. Ils ne sont pas les seuls dans cette veine : DAF en témoigne, qui a le plus explicitement formulé le masochisme machinique comme modalité de contestation paradoxale du nazisme. Paradoxale en ce sens que l’exposition nue des vœux de l’ennemi (la société-machine) est le vecteur de la critique qu’on lui porte. Vieille affaire, très allemande, que la subversion politique par la critique de la machine, par la critique-machine.

© 


Voyez le destin du « I am painting this way since I want to be a machine » de Warhol. Importé en Allemagne, plus exactement en RDA, cela donne le Hamletmaschine, de Heiner Müller, en 1977 : « Ich will eine Maschine sein, Arme zu greifen, Beine zu gehn, Kein Gendanke Kein Schmerz » - « Je veux être une machine, des bras pour attraper, des jambes pour marcher, pas de pensée, pas de douleur ». L’antienne est récitée par Blixa Bargeld, des Einstürzende Neubauten, RFA (monument de critique-machine que les Neubauten, dont les instruments sont les outils utilisés sur les chantiers ouest-berlinois) dans l’adaptation radiophonique qu’ils feront en 1984 de la pièce de Müller. Le grand artiste minimaliste Thomas Brinkmann scratche la phrase mécaniquement répété par Bargeld dans son morceau édité en 2000, chez Mille Plateaux. La ritournelle de la critique-machine glisse ainsi d’une époque à l’autre, d’un genre à l’autre, d’une Allemagne à l’autre. La société-machine des nazis reste le fondement spectral, et ambigu, de cette production musicale ; ambiguë en ce sens que la musique valorise, à son tour, la machine. L’épique conflit entre Love et Fuck-parade à Berlin est un témoignage récent de cette ambiguïté clivante.

© 


Tout ceci repose la question de la vraie nature de la libido cycliste, lorsque la communion charnelle avec la machine est accrue par les essais en soufflerie et autres, et lorsque l’industrie pharmaceutique vient la parfaire –l’homme-machine accompli, c’est l’homme manipulé génétiquement et déjà humain plus trop humain, qui ne fait plus qu’un avec sa machine et son médecin, via son oreillette par laquelle son médecin lui indique le braquet qu’il doit passer, le médecin recevant en flux continu les informations sur les paramètres sanguins, hormonaux et cardiaques transmis par satellite, via les puces micro-détectrices plantées sous la peau ou des têtes d’électrodes plantées sous le cardiomètre qui ceint la poitrine du coureur. Pas de pensée, pas de douleur. La réconciliation de l’aseptie punk et de l’aphasie synthétique. Le cycliste comme sur une Autobahn.


Aujourd’hui, Auray/Saint-Brieuc.
Une télé, un fruité, du synthé.
Bon dimanche.

Le clip de "Tour de France":

© LetItBleedRevolver

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi
Journal
Élisabeth Borne à Matignon : le président choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal — Genre
Mineurs trans : des groupuscules conservateurs passent à l’offensive
Après la prétendue « théorie du genre », le mariage pour tous et la PMA, c’est la transidentité des mineurs qui attise une nouvelle panique morale en France. En 2021, plusieurs collectifs se sont fédérés autour de cette question et tentent d’influencer médecins et politiques dans leurs décisions.
par Rozenn Le Carboulec
Journal
Pédocriminalité : un an après sa création, la commission inceste au milieu du gué
Installée en mars 2021 à la suite de l’émergence du mouvement #MeToo inceste, la commission indépendante sur l’inceste et les violences sexuelles faites aux enfants poursuit son recueil de la parole des victimes, tout en faisant face aux premières résistances de la société.
par Hugo Lemonier

La sélection du Club

Billet de blog
Migrations environnementales #1 : la sécheresse dans la Corne de l’Afrique
Le manque d’eau pourrait, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), concerner 40 % de la population mondiale avant 2050 et pousser à la migration jusqu’à 700 millions de personnes. Dans la Corne de l'Afrique, le réchauffement climatique entraîne déjà des déplacements de population.
par BPI - Migrants, réfugiés, exilés
Billet de blog
L'UE a dépensé plus de 340 millions d’I.A. pour le contrôle des frontières
Comme l'écrit Statewatch depuis 2007 l'UE a dépensé plus de 340 millions pour la recherche sur les technologies de l’Intelligence Artificielle (I.A.) destinée au contrôle des frontières, des demandeurs d’asile, de l’immigration, alors que la proposition de loi en la matière actuellement en discussion ne fournit pas les sauvegardes contre les emplois dommageables de ces technologies.
par salvatore palidda
Billet de blog
La Méditerranée pour tombeau, pièce journalistique n°1
Changer la compréhension du monde par le partage d’enquêtes sur le terrain. À La Commune CDN d'Aubervilliers, la pièce d'actualité n°17 est aussi la pièce journalistique n°1. Etienne Huver et Jean-Baptiste Renaud ont enquêté sur la route migratoire la plus dangereuse du monde. À l’heure de la solidarité ukrainienne, la Méditerranée n’en finit pas de tuer et nous regardons ailleurs.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Le radeau de la Méduse ou le naufrage du vieux monde
[Rediffusion] Les connivences du pouvoir politique et financier aux affaires du vieux monde témoignent chaque jour de leur mépris pour les populations et la démocratie. Partout la nostalgie impérialiste de la domination s'impose comme sauvetage de la mondialisation sauvage. Ne laissons pas le saccage et la peur nous plonger en eaux troubles et relisons plutôt Le radeau de la Méduse du génial Géricault.
par jean noviel