mot de passe oublié
onze euros les trois mois

Restez informé tout l'été avec Mediapart

Profitez de notre offre d'été : 11€ pour 3 mois (soit 2 mois gratuits) + 30 jours de musique offerts ♫

Je m'abonne
Le Club de Mediapart mer. 27 juil. 2016 27/7/2016 Édition de la mi-journée

Le Tour de France, Kraftwerk et la critique-machine

Stéphane Alliès a dans la récente édition « chasse-patates » exhumé le très beau Tour de France de Kraftwerk et avancé que si Kraftwerk a produit ce morceau lancinant, c’est parce que, je cite, c’est parce que, mais je préfère citer : « parce que le Tour, c’est branché ».
Il fallait répliquer sans attendre.
Non, le Tour, c'est tout sauf branché. Car la RFA des années 70, en dépit de l'éphémère Dietrich Thurau, n'a d'yeux que pour le foot ou, localement, pour la gym ou le hockey sur glace. En France, c'est tout l'inverse : lorsque Thurau est enfile son maillot sur le Tour se joue une lutte acharnée de la FFF qui sent que Platini et les autres sont le moyen inespéré de voir le foot ravir au cyclisme la place de sport de masse. Une image symbole de cette lutte par avance perdue : les images des bouteilles Fruité (c'est plus musclé) des deux champions de l'époque, Platini et Hinault.

 


Mais revenons à Kraftwerk. La raison immédiate pour laquelle Kraftwerk bricole son obsessionnel Tour de France, c'est tout simplement que Hutter, Schneider et leurs collègues sont des cyclistes de haut vol, et partent chaque année en grupetto dans les Alpes ou les Pyrénées gravir les cols ensemble - ce qui un jour faillit coûter la vie à l'un d'entre eux, dans une descente.

 


Mais en réalité, il y a beaucoup plus qu'une simple question d'affinité du mollet et du synthé dans cette affaire. Kraftwerk, son nom l'indique (« centrale électrique »), est une contestation radicale de la modernité allemande. Radicale en ce sens que Kraftwerk réalise en sons et images l’une des modalités oniriques du nazisme : une société automatisée, aseptisée, dé-sexuée, où le désir ne se réalise jamais que dans la communion charnelle avec la machine. C’est ce qui explique la profusion de rouages et d’automates, de moteurs et de pistons, de vérins et de balanciers qui caractérise l’iconographie Kraftwerk. Autoroute, atome, mannequins muets, rails, braquets. Ils ne sont pas les seuls dans cette veine : DAF en témoigne, qui a le plus explicitement formulé le masochisme machinique comme modalité de contestation paradoxale du nazisme. Paradoxale en ce sens que l’exposition nue des vœux de l’ennemi (la société-machine) est le vecteur de la critique qu’on lui porte. Vieille affaire, très allemande, que la subversion politique par la critique de la machine, par la critique-machine.


Voyez le destin du « I am painting this way since I want to be a machine » de Warhol. Importé en Allemagne, plus exactement en RDA, cela donne le Hamletmaschine, de Heiner Müller, en 1977 : « Ich will eine Maschine sein, Arme zu greifen, Beine zu gehn, Kein Gendanke Kein Schmerz » - « Je veux être une machine, des bras pour attraper, des jambes pour marcher, pas de pensée, pas de douleur ». L’antienne est récitée par Blixa Bargeld, des Einstürzende Neubauten, RFA (monument de critique-machine que les Neubauten, dont les instruments sont les outils utilisés sur les chantiers ouest-berlinois) dans l’adaptation radiophonique qu’ils feront en 1984 de la pièce de Müller. Le grand artiste minimaliste Thomas Brinkmann scratche la phrase mécaniquement répété par Bargeld dans son morceau édité en 2000, chez Mille Plateaux. La ritournelle de la critique-machine glisse ainsi d’une époque à l’autre, d’un genre à l’autre, d’une Allemagne à l’autre. La société-machine des nazis reste le fondement spectral, et ambigu, de cette production musicale ; ambiguë en ce sens que la musique valorise, à son tour, la machine. L’épique conflit entre Love et Fuck-parade à Berlin est un témoignage récent de cette ambiguïté clivante.

Tout ceci repose la question de la vraie nature de la libido cycliste, lorsque la communion charnelle avec la machine est accrue par les essais en soufflerie et autres, et lorsque l’industrie pharmaceutique vient la parfaire –l’homme-machine accompli, c’est l’homme manipulé génétiquement et déjà humain plus trop humain, qui ne fait plus qu’un avec sa machine et son médecin, via son oreillette par laquelle son médecin lui indique le braquet qu’il doit passer, le médecin recevant en flux continu les informations sur les paramètres sanguins, hormonaux et cardiaques transmis par satellite, via les puces micro-détectrices plantées sous la peau ou des têtes d’électrodes plantées sous le cardiomètre qui ceint la poitrine du coureur. Pas de pensée, pas de douleur. La réconciliation de l’aseptie punk et de l’aphasie synthétique. Le cycliste comme sur une Autobahn.

 


Aujourd’hui, Auray/Saint-Brieuc.
Une télé, un fruité, du synthé.
Bon dimanche.

 

Le clip de "Tour de France":

© LetItBleedRevolver

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires
Très motivante analyse de Kraftwerk et de son Tour de France. Il serait intéressant de l'étendre et la confronter à d'autres groupes Krautrock : Neu! par exemple dont les pochettes d'album invoquent immédiatement celles des deux premiers Kraftwerk. Si l'on précise les choses, l'analyse de Fabien Jobard pourrait sans doute bien correspondre aux groupes de Düsseldorf. Reste à la confronter à ceux de Cologne (Can) ou Berlin (Tangerine Dream, Ash Ra Tempel, Kluster & Cluster), etc. Et penser aussi à un comparatif avec le Japon qui a connu dans les années 60 et 70, une scène rock alternative et expérimentale tout aussi intéressante qu'en Allemagne et qui, comme le Krautrock, se construisait par opposition à la génération de la Seconde Guerre Mondiale et par réaction aux scènes rock & pop américaines et anglaises. Je précise que Ralf et Florian ne sont pas seulement des amateurs éclairés de cyclisme. Ils suivent parfois à vélo le Tour de France. Je crois bien qu'ils me l'avaient confié durant la première des deux interviews faites avec eux, vers 2002. Mais je peux me tromper. Ils m'avaient aussi longuement parlé, non pas tant de l'Allemagne, mais de l'Inde : leur musique, et notamment un morceau comme Tour de France (qui a été décliné plusieurs années après sa sortie en single en un album passé plutôt inaperçu), relève essentiellement d'une volonté de reproduire avec des machines les mantras inlassables de la musique indienne.Qui se rapprochent sans doute des bruits de l'autoroute allemande ? En tout cas, j'aimerais bien connaitre leur opinion sur l'analyse qui consiste à les rapprocher d'une " des modalités oniriques du nazisme". Et les interroger à nouveau sur l'évolution de leur fascination pour les artefacts industriels : des albums comme Man Machine ou Radioactivity relevaient sans doute au moment de leur conception d'une admiration pour leur sujet. Depuis, Kraftwerk semble plus critique, notamment à l'égard du nucléaire et rejoint en cela les préoccupations écologiques de la génération rave/techno qui l'a réhabilité dans les années 90. Et pour revenir au point de départ du débat : effectivement, le Tour n'est pas branché. Mais au moment de composer sa chanson, Kraftwerk l'était indiscutablement. Eno, Bowie et Iggy ne prétendraient sans doute pas le contraire.

Cet été, Mediapart vous accompagne partout !

onze euros les trois mois

À cette occasion, profitez de notre offre d'été : 11€/3 mois (soit 2 mois gratuits) et découvrez notre application mobile.
Je m'abonne

L'édition

suivi par 32 abonnés

Synthétique

À propos de l'édition

Edition culturelle et musicale, passerelle entre hier et aujourd'hui. Ici on écoute, écrit et parle New wave, qu'elle soit Cold (wave), Post-punk ou Electro-pop; allemande (Neue Deutsche Welle), française

ou anglo-saxonne.

Mais on s'ouvre surtout à ses déclinaisons actuelles. A l'affût des concerts, événements culturels, expos et festivals! © photo: Stephen Langdon