Marine Turchi
Journaliste à Mediapart

Billet publié dans

Édition

Synthétique

Suivi par 37 abonnés

Billet de blog 16 août 2010

Marine Turchi
Journaliste
Journaliste à Mediapart

Une heure trente en ballon à la Route du Rock

Une pluie de ballons, des uniformes de la DDE et trente millions d'amis. Dimanche, les Flaming Lips ont mis le feu (d'artifice) à la Route du Rock pour clôturer la 20e édition. Magique! 

Marine Turchi
Journaliste
Journaliste à Mediapart
The Flaming Lips dimanche. © M Turchi

Une pluie de ballons, des uniformes de la DDE et trente millions d'amis. Dimanche, les Flaming Lips ont mis le feu (d'artifice) à la Route du Rock pour clôturer la 20e édition. Magique!

=> Pour lire l'épisode précédent, «la Route du Rock, droit dans ses bottes», c'est ici.

En invitant les Flaming Lips pour fêter sa 20ème, La Route du Rock était assurée du spectacle. Show psychédélique démesuré garanti. On voulait aller les voir en 2009 pour le concert événement du nouvel an à Oklahoma City, leur ville d'origine, mais c'était moins cher d'aller à Saint-Malo en Polo verte le 15 août.
Dimanche, à une heure du mat', The National quitte la scène après avoir pris aux tripes 10.000 personnes avec Mistaken for strangers, Fake Empire et autres merveilles. Entracte type préparatifs de feu d'artifice. Les baffles cognent. Wayne Coyne, le chanteur des Flaming Lips, débarque de l'entre-jambe d'une Venus projetée sur écran géant, enfermé dans un ballon XXL transparent, et s'en va slamer comme un hamster dans une bulle de paic citron sur une vaisselle sale du mois dernier (les images ici). Pluie de cotillons, rubans et ballons géants pendant vingt minutes, c'est un peu comme la fête d'anniversaire de tes 5 ans avec le défilé du 14 Juillet dedans.

© M. Turchi

Deux consoeurs nous avaient promis une chouette surprise pour ce soir. Les voilà sur scène avec le groupe en train de se dandiner en uniformes oranges de la DDE (à moins que ce ne soit le MoDem, très implanté en Bretagne). Et il pleut toujours des ballons gros comme Beth Ditto. On se croirait dans l'espace garderie d'Ikea.

Trente millions d'amis arrivent sur scène. Wayne Coyne hurle dans un mégaphone, perché sur un gorille. La DDE se trémousse avec une grenouille géante en cravate. Les chèvres sont partout. Les canons à confettis ne s'arrêtent plus. «Le show est phallocrate», estime une camarade. Discussion hautement philosophique sur la femme objet pendant que certains à notre droite se font mettre en laisse avec les rubans qui tombent.

Wayne redescend de son gorille pour nous dire «how fucking lucky we are it's not raining». C'est vrai qu'après le Koh-Lanta d'hier, on est aux Bahamas. On a gardé les bottes et fait tomber le ciré jaune. On croirait presque que c'est l'été. D'ailleurs il allume enfin les pétards du 14 Juillet en jouant de la trompette. Il chausse des mains géantes un peu comme dans les pubs de la Société Générale et envoie des éclairs verts très Star Wars. Infatiguable. Manque plus que les claquettes et la danse du ventre.

Ensuite on repart pour un coup de balloon drop façon nouvel an à Time Square. Ca donnait à peu près ça:

2h45. Après une heure trente de ballons, on est crevés. On se dit que Wayne Coyne doit perdre six mois d'espérance de vie à chaque concert. Nous on enchaîne avec The Raptures et l'after des Magnetic Friends.

© M. Turchi
© M. Turchi

A lire, à voir, à écouter:

Les concerts diffusés sur le site d'Arte.

Notre billet sérieux du 14 août.

Notre reportage de l'édition 2009.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Sobriété : le gouvernement a un plan, mais qui pour l’appliquer ?
L’exécutif annonce de nombreuses mesures pour réduire la consommation d’énergie de 10 % d’ici à 2024. Mais presque tout est basé sur le volontariat et les moyens de mise en œuvre restent flous. 
par Jade Lindgaard
Journal
Altice obtient une censure d’articles à venir au nom du secret des affaires
Le groupe de Patrick Drahi demandait en référé, au nom du secret des affaires, la censure de trois articles publiés par le site Reflets et exploitant des documents interne mis en ligne par des hackers. Le tribunal de commerce a rejeté cette demande mais ordonne au journal de ne plus écrire sur le sujet.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Migrations
En France, « rien n’a été prévu » pour accueillir les exilés russes
Depuis le début de la guerre d’invasion russe en Ukraine, des centaines de Russes sont venus chercher refuge en France. Confrontés à un manque criant de politique d’accueil et à des obstacles en tout genre, ils ont surtout trouvé de l’aide auprès de réseaux d’entraide.
par Nejma Brahim
Journal
Procès France Télécom : une condamnation pour l’exemple ?
Le 30 septembre, les anciens dirigeants de France Télécom ont vu leur condamnation pour « harcèlement moral institutionnel » confirmée en appel. Leur politique de départs forcés, menée à partir de 2007, avait débouché sur une vague de suicides. Mais les responsables échappent à la prison ferme. Quelle portée pour ce jugement ?
par À l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Transition écologique ou rupture sociétale ?
La crise actuelle peut-elle se résoudre avec une transition vers un mode de fonctionnement meilleur ou par une rupture ? La première option tend à parier sur la technologie salvatrice quand la seconde met la politique et ses contraintes au premier plan.
par Gilles Rotillon
Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac
Billet de blog
Doudoune, col roulé et sèche-linge : la sobriété pour les Nuls
Quand les leaders de Macronie expliquent aux Français comment ils s'appliquent à eux-mêmes les injonctions de sobriété énergétique, on se prend à hésiter entre rire et saine colère.
par ugictcgt
Billet de blog
Quand les riches se mettent à partager
Quand Christophe Galtier et Kylian Mbappé ont osé faire leur sortie médiatique sur les jets privés et les chars à voile, un torrent de réactions outragées s'est abattu sur eux. Si les deux sportifs clament l'erreur communicationnelle, il se pourrait en fait que cette polémique cache en elle la volonté des dominants de partager des dettes qu'ils ont eux-mêmes contractées.
par massimo del potro