Billet de blog 28 avr. 2021

Le ciel est bleu, les oiseaux chantent, et des lycéens et lycéennes sont à la rue

Le 31 mars dernier, Macron annonce la fermeture des établissements scolaires. Parmi ces établissements, il y a Angela Davis, le lycée de la Plaine à Saint-Denis, qui est également un internat accueillant des élèves de toute la Seine-Saint-Denis. Pour la plupart des élèves y étant accueilli-es, l’internat n’est pas une question de proximité mais de précarité.

Edith Hood
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce mercredi 31 mars, certain·es élèves se sont réuni·es dans une des salles communes pour regarder l’allocution présidentielle. A ce moment là, nous sommes encore dans l’incertitude quant à la fermeture de l’internat. Nous n’aurons la confirmation que le lendemain. Les annonces laissent place à la sidération. Une vague d’inquiétude semble traverser les internes présent·es dans la salle. Petit à petit, nous comprenons l’objet de leur préoccupation : la plupart ne savent pas où iels vont dormir pendant un mois. Avec les collègues présent·es, nous relevons le nom des lycéen·nes dans cette situation, les encourageons à en avertir le CPE responsable de l’internat le lendemain soir, à qui nous transmettons la liste des élèves. Le jeudi soir, celleux·ci sont renvoyé·es vers les assistantes sociales de leurs établissements respectifs (alors que de nombreux établissements n'ont pas d'assistante sociale depuis septembre). Faute d’une réponse de l’institution, nous relevons les numéros de téléphone des internes sans solution d’hébergement. Nous finissons par trouver des chambres et des canapés libres ça et là. Des lycéen·nes se retrouvent donc du jour au lendemain à devoir rassembler leurs affaires et emménager chez des inconnu·es pour un temps indéterminé, sans aucun suivi de la part de l’institution. La situation précaire de ces élèves est tant bien que mal prise en charge par des réseaux de solidarités informels, avec peu de moyens. Telle est la situation des internes du lycée Angela Davis de Saint-Denis, mais combien d’élèves l’éducation nationale a-t-elle laissé sans solution d’hébergement, et à fortiori de conditions de vie et d’apprentissages correctes ?

Les protocoles sanitaires successifs mis en place depuis le début de l’année scolaire n’ont pas permis de limiter la propagation du Covid-19 dans les établissements scolaires. Inapplicables, surchargeant de travail le personnel en bas de l’échelle de l’éducation nationale pour peu de résultats, ils ont fini par mener collèges et lycées vers une fermeture inévitable ; et pourtant peu anticipée. En effet, la situation décrite ci-dessus en est un exemple dramatique, mais les conditions d’apprentissages de tous·tes les élèves du secondaire sont mises à l’épreuve par ce confinement scolaire. L’espace de travail en ligne a dès le premier jour montré des dysfonctionnements liés à la trop haute fréquentation par les usager·es, le prêt de matériel informatique (parfois en mauvais état) s’est fait dans l’urgence et de manière incomplète… À cela viennent s’ajouter la clôture des candidatures ParcourSup le 8 avril, les demandes de bourses étudiantes qui approchent à grands pas ; et nous ne sommes pas tous·tes égaux·ales face aux demandes administratives, notamment en ligne. De nombreux enseignements des élèves en filière professionelle ne peuvent pas se faire à distance. Comment l'éducation nationale ose-t-elle parler de "continuité pédagogique" quand des élèves n'ont pas de quoi étudier, voire manger ou dormir ?

De fait, les élèves et le personnel de l’éducation nationale sont obligé·es de s’organiser pour palier les manquements du service public. Ici à Saint-Denis, l’hébergement des internes du lycée Angela Davis et l'accompagnement aux démarches d'orientation et au travail scolaire ont été assurés en partie par un réseau de solidarité animé par des précaires de l'éducation (Assistant·es d'Education et Assistant·es Pédagogiques). L’État et ses hauts fonctionnaires sont-ils incapables de remplir leur fonction de base ? Ou bien laissent ils volontairement les jeunes de quartiers populaires dans une situation qu’ils trouveraient indigne pour leurs propres enfants ? Peu importe, nous les laisserons répondre de leurs actes en temps venu. 

La crise sanitaire accentue les inégalités déjà présentes. Aucune adaptation au calendrier scolaire imposé aux élèves n'a été permise. L'éducation nationale continue à mettre une pression considérable aux élèves qui a des impacts sur leur santé mentale ; notamment avec les candidatures ParcourSup, dispositif aux yeux duquel les élèves de Seine-Saint-Denis sont insignifiant·es, alors que le contexte de la crise sanitaire et les mesures autoritaires qui l'accompagnent nous laissent sans espoir d'un avenir matériel acceptable.

En tant qu'Assistant·es d'Education et Assitant·es Pédagogiques, nous partageons - en partie - ces conditions de vie précaires. Nous sommes aussi, pour certain·es, étudiant·es, vivons également l'isolement et le mépris institutionnel depuis le début de cette "crise sanitaire". Nous ne pouvons qu'être allié·es des collégien·nes et lycéen·nes du 93. 

Nous faisons acte de solidarité car elle est pour nous une nécessité sociale et politique. Nous, qui travaillons au quotidien avec les élèves, nous ne pouvons pas laisser durer une situation aussi mortifère. Face au désinvestissement de l’État, et face à la violence du quotidien, la solidarité est notre arme.

Vous nous laissez crever, on va vous désintégrer.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin
Journal
Franquisme : des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean
Journal — Amériques
Le jeu dangereux du Parti des travailleurs avec les militaires
Créé par Lula en pleine dictature, le PT, une fois au pouvoir, a malgré tout entretenu des relations cordiales avec l’armée brésilienne. Puis des tensions sont apparues, jusqu’à faire revenir officiers et généraux dans l’arène politique, en faveur de Jair Bolsonaro.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·e·s, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis