Billet de blog 4 mai 2011

1er mai du FN : peu de skinheads mais une casquette SS

Reportages et décryptages des extrêmes sous toutes leurs formes en Europe. A lire sur Trans-Europe-Extrêmes, le site des étudiants de la 86e promotion de l'ESJ Lille.Dimanche 1er mai, le Front national a défilé comme tous les ans à la même date en l'honneur de Jeanne d'Arc. L'occasion pour Marine Le Pen, célébrée par les sondages, de tester sa virtuelle côte de popularité sur le terrain et de montrer que son parti peut manifester « sans crânes rasés ». Ou presque.

Trans-Europe-Extrêmes
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Reportages et décryptages des extrêmes sous toutes leurs formes en Europe. A lire sur Trans-Europe-Extrêmes, le site des étudiants de la 86e promotion de l'ESJ Lille.

Dimanche 1er mai, le Front national a défilé comme tous les ans à la même date en l'honneur de Jeanne d'Arc. L'occasion pour Marine Le Pen, célébrée par les sondages, de tester sa virtuelle côte de popularité sur le terrain et de montrer que son parti peut manifester « sans crânes rasés ». Ou presque.

Marine Le Pen, qui a à cœur de lisser l'image de son parti, voulait un 1er mai sans « crânes rasés ». Voeu plus ou moins exaucé. Aucun attroupement de skinheads n'a été remarqué, et seules quelques têtes glabres ont timidement défilé, laissant parfois coquettement dépasser quelques tatouages skin, un bout de ranger...

Des militants peu fréquentables présents mais « habillés », selon le mot de Sylvain Crepon, sociologue chercheur spécialisé dans le Front national. Et lorsqu'ils ont voulu entamer un « Islam hors d'Europe », le slogan a rapidement été remplacé par un couplet plus soft.

Globalement, les consignes de la patronne ont donc bien été respectées. Mais un détail pour le moins gênant est passé entre les mailles du service d'ordre : un manifestant arborait fièrement une casquette SS. En pleine opération de dédiabolisation, la photo fait tache.

Un militant du FN arbore une casquette SS

Côté affluence, rien d'exceptionnel. « Je m'attendais àvoir plus de monde, note Sylvain Crepon. Mais c'est vrai qu'il y a quand même beaucoup de jeunes ». Et pour cause, le Front national de la jeunesse est un soutien de poids pour Marine Le Pen. Durant le défilé, ce sont eux, armés de mégaphones, banderoles et drapeaux, qui se sont chargés de l'animation, à l'image d'Antoine Mellies, membre de la direction nationale du FNJ.

Antoine Mellies, membre de la direction nationale du FNJ

Groupés pour être plus visibles, les adhérents du FNJ entonnent tour à tour des classiques du genre comme « Bleu blanc rouge la France aux Français », ou le plus étonnant « Sarko t'es foutu, la jeunesse est dans la rue », habituellement déclamé lors de manifestations étudiantes.

Militants ou simples encartés, les jeunes étaient nombreux à battre le pavé. À 19 ans, Sébastien a adhéré au FN en novembre 2010 : « J'étais d'accord avec les idées de Marine, elle pointe des vrais problèmes, comme avec l'affaire des prières de rue ». Il est persuadé « qu'elle peut aller très loin, en 2012 ou après ».

Le défilé a réuni 3 200 personnes selon la police. 20 000 d'après le FN.

Après le défilé, c'est un discours au goût de meeting de campagne qu'a prononcé la présidente du Front National. Un monologue pendant lequel elle a longuement fustigé « l'Europe des élites autoproclamées » et la mondialisation (« destruction programmée des peuples »), avant d'en appeler à « la liberté collective des Français, c'est-à-dire leur souveraineté ». « Mes chers compatriotes nous quittons bientôt les ténèbres, le peuple est de retour ! », s'est emportée Marine Le Pen, avant d'assurer vouloir « briser les chaines du peuple français ».

Avec sa rhétorique bien huilée de dénonciation de la classe politique en place, la leader frontiste souhaite encore et toujours apparaitre comme le seul recours face au « système UMPS » qu'elle dit éculé.

Le 1er mai du FN en images.

De notre envoyé spécial Quentin Laurent.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, le calvaire des exilés
Dans notre émission ce soir, reportage aux portes de l'Union européenne, où des migrants et des migrantes sont toujours retenus dans des conditions inhumaines. En plateau : Anaïs Vogel, qui a fait cinq semaines de grève de la faim pour dénoncer le traitement des exilés à Calais, et Catherine Wihtol de Wenden, directrice de recherche émérite au CNRS. 
par à l’air libre
Journal — France
La candidature de Zemmour prend une mauvaise tournure
L’ancien éditorialiste de CNews et du Figaro a officialisé, mardi, sa candidature à l’élection présidentielle dans un clip reprenant toutes ses obsessions identitaires. Sur le terrain, sa campagne est devenue particulièrement compliquée.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Pour Pécresse et Bertrand, une campagne aux airs de pénitence
Après avoir claqué la porte du parti Les Républicains, ils ont repris leur carte pour obtenir l’investiture présidentielle. Pendant des mois, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand ont remis les mains dans le cambouis partisan et arpenté les routes de France pour convaincre.
par Ilyes Ramdani
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
La nullité pollue
Il y a peu, vautré devant un énième naufrage filmique d’une plateforme de streaming, j'ai réalisé que ces plateformes avaient entrainé une multiplication délirante des navets qui tachent à gros budget. Fort bien. Mais quand va-t-on enfin parler de l’empreinte écologique démente de ce cinéma, cet impensé dont on ne parle jamais ? Ne peut-on imaginer des films plus sobres -tels ceux de Carpenter ?
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
La beauté fragile d'un combat
« Nous ne combattons pas le réchauffement climatique, nous nous battons pour que le scénario ne soit pas mortel. » Parfois, par la grâce du documentaire, un film trouve le chemin de l’unisson entre éthique et esthétique. C’est ainsi qu’il faut saluer « L’hypothèse de Zimov  », western climatique, du cinéaste Denis Sneguirev, à voir absolument sur Arte.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Les Œillades d'Albi : « Retour à Reims (fragments) » de Jean-Gabriel Périot
Autour de l’adaptation du livre autobiographique du sociologue Didier Éribon « Retour à Reims », Jean-Gabriel Périot avec l’appui de nombreuses archives audiovisuelles retrace l’histoire de la classe ouvrière de 1950 à nos jours.
par Cédric Lépine