Billet de blog 4 mai 2011

Trans-Europe-Extrêmes
Abonné·e de Mediapart

1er mai du FN : peu de skinheads mais une casquette SS

Reportages et décryptages des extrêmes sous toutes leurs formes en Europe. A lire sur Trans-Europe-Extrêmes, le site des étudiants de la 86e promotion de l'ESJ Lille.Dimanche 1er mai, le Front national a défilé comme tous les ans à la même date en l'honneur de Jeanne d'Arc. L'occasion pour Marine Le Pen, célébrée par les sondages, de tester sa virtuelle côte de popularité sur le terrain et de montrer que son parti peut manifester « sans crânes rasés ». Ou presque.

Trans-Europe-Extrêmes
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Reportages et décryptages des extrêmes sous toutes leurs formes en Europe. A lire sur Trans-Europe-Extrêmes, le site des étudiants de la 86e promotion de l'ESJ Lille.

Dimanche 1er mai, le Front national a défilé comme tous les ans à la même date en l'honneur de Jeanne d'Arc. L'occasion pour Marine Le Pen, célébrée par les sondages, de tester sa virtuelle côte de popularité sur le terrain et de montrer que son parti peut manifester « sans crânes rasés ». Ou presque.

Marine Le Pen, qui a à cœur de lisser l'image de son parti, voulait un 1er mai sans « crânes rasés ». Voeu plus ou moins exaucé. Aucun attroupement de skinheads n'a été remarqué, et seules quelques têtes glabres ont timidement défilé, laissant parfois coquettement dépasser quelques tatouages skin, un bout de ranger...

Des militants peu fréquentables présents mais « habillés », selon le mot de Sylvain Crepon, sociologue chercheur spécialisé dans le Front national. Et lorsqu'ils ont voulu entamer un « Islam hors d'Europe », le slogan a rapidement été remplacé par un couplet plus soft.

Globalement, les consignes de la patronne ont donc bien été respectées. Mais un détail pour le moins gênant est passé entre les mailles du service d'ordre : un manifestant arborait fièrement une casquette SS. En pleine opération de dédiabolisation, la photo fait tache.

Un militant du FN arbore une casquette SS

Côté affluence, rien d'exceptionnel. « Je m'attendais àvoir plus de monde, note Sylvain Crepon. Mais c'est vrai qu'il y a quand même beaucoup de jeunes ». Et pour cause, le Front national de la jeunesse est un soutien de poids pour Marine Le Pen. Durant le défilé, ce sont eux, armés de mégaphones, banderoles et drapeaux, qui se sont chargés de l'animation, à l'image d'Antoine Mellies, membre de la direction nationale du FNJ.

Antoine Mellies, membre de la direction nationale du FNJ

Groupés pour être plus visibles, les adhérents du FNJ entonnent tour à tour des classiques du genre comme « Bleu blanc rouge la France aux Français », ou le plus étonnant « Sarko t'es foutu, la jeunesse est dans la rue », habituellement déclamé lors de manifestations étudiantes.

Militants ou simples encartés, les jeunes étaient nombreux à battre le pavé. À 19 ans, Sébastien a adhéré au FN en novembre 2010 : « J'étais d'accord avec les idées de Marine, elle pointe des vrais problèmes, comme avec l'affaire des prières de rue ». Il est persuadé « qu'elle peut aller très loin, en 2012 ou après ».

Le défilé a réuni 3 200 personnes selon la police. 20 000 d'après le FN.

Après le défilé, c'est un discours au goût de meeting de campagne qu'a prononcé la présidente du Front National. Un monologue pendant lequel elle a longuement fustigé « l'Europe des élites autoproclamées » et la mondialisation (« destruction programmée des peuples »), avant d'en appeler à « la liberté collective des Français, c'est-à-dire leur souveraineté ». « Mes chers compatriotes nous quittons bientôt les ténèbres, le peuple est de retour ! », s'est emportée Marine Le Pen, avant d'assurer vouloir « briser les chaines du peuple français ».

Avec sa rhétorique bien huilée de dénonciation de la classe politique en place, la leader frontiste souhaite encore et toujours apparaitre comme le seul recours face au « système UMPS » qu'elle dit éculé.

Le 1er mai du FN en images.

De notre envoyé spécial Quentin Laurent.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La campagne pour la présidence de LR achève la radicalisation de la droite
Les 90 000 adhérents revendiqués du parti Les Républicains (LR) doivent désigner, à partir du 3 décembre, leur nouveau président. Les semaines de campagne interne ont montré le rétrécissement idéologique d’un mouvement en lutte pour sa survie.
par Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal
Affaire Perdriau : les coulisses d’une censure
Nous revenons ce soir sur les coulisses de la censure préalable d’une enquête de Mediapart : après douze jours, la justice a finalement mis fin à cette mesure inédite, mais le mal est fait.
par À l’air libre
Journal
Punir les petits délits par des amendes : l’extension du domaine de la prune
Avec la Lopmi, adoptée par le Parlement en commission mixte paritaire jeudi 1er décembre, une vingtaine de délits supplémentaires pourront faire l’objet d’une « amende forfaitaire délictuelle » infligée par les policiers et les gendarmes. Cette « condamnation express » pose de sérieux problèmes. 
par Jérôme Hourdeaux et Camille Polloni
Journal — France
Corse : l’arrestation de nationalistes complique le dialogue avec Darmanin
Un leader du mouvement indépendantiste Corsica Libera et deux autres hommes ont été arrêtés jeudi dans le cadre d’une enquête du Parquet national antiterroriste. À quelques jours d’une visite du ministre de l’intérieur, plusieurs élus insulaires évoquent un « très mauvais signe ».
par Ellen Salvi et Matthieu Suc

La sélection du Club

Billet de blog
Expérimenter, oui mais pour quoi faire et pour qui ?
A partir d’un cadre national qui garantit l’unité du système éducatif, il est toujours utile de libérer et d’encourager les initiatives locales si cela favorise la réussite de tous les élèves.
par Delahaye JP
Billet de blog
Les inégalités ethno-raciales à l'école (13/15)
Si la classe est le facteur déterminant des inégalités scolaires, des processus ethno-raciaux sont également à l'œuvre. Ce billet présente les principaux mécanismes discriminatoires qui traversent l’école, quand ce n’est pas elle qui les coproduit, afin de mieux comprendre la fragilisation des trajectoires scolaires et sociales des enfants racisés, qu’ils soient français ou immigrés.
par Marcuss
Billet de blog
Le socle commun au collège... Où en est-on ?
A-t-on réussi à créer ce « commun » dans les collèges ? Comment ce socle pourrait-il évoluer ? Pourrait-il être étendu ?
par Guillaume Co
Billet d’édition
L’indice de position sociale, révélateur de la ségrégation scolaire
À la suite d'une décision de justice, le ministère de l’Éducation nationale a publié les indices de position sociale de chaque école et collège (public + privé sous contrat). Le Comité National d’Action Laïque analyse la situation dans une note en ligne.
par Charles Conte