1er mai clean, 8 mai skin

Des groupes d'extrême droite ont manifesté, dimanche 8 mai à Paris, sous la bannière de l'anti-mondialisme et pour le «retour de la France ». Un défilé martial qui s'est déroulé sans heurts.

« Une terre ! Un peuple !...Occident, en avant !... France, Nation, Révolution ! ». Petit florilège des slogans qui ont résonné dimanche 8 mai, place de la Madeleine, à Paris. Une semaine après le FN, c'était autour de l'extrême droite groupusculaire de manifester pour honorer Jeanne d'Arc et dénoncer «le mondialisme ». Renouveau français, la Nouvelle droite populaire, Groupe union défense, Terre et peuple, Front des patriotes, 3èmevoie ou encore les identitaires flamands d'Opstaan... Point commun : tous se revendiquent «nationalistes ».

Omerta « Interdiction de parler auxjournalistes », consigne criée au mégaphone par l'un des organisateurs de la manifestation. Et respectée par la grande majorité des marcheurs, certains poussant même le zèle jusqu'à chahuter verbalement quelques photographes. Côté chants, les slogans entonnés étaient en moyenne moins policés que ceux des jeunes frontistes la semaine précédente.

«Islamistes, hors d'Europe ! »

 

Au sein du cortège, la mode était au tout-noir. Bombers Lonsdale, rangers et crânes luisants se sont exhibés et défilaient les uns derrière les autres. Si les différents groupes ne se sont pas mélangés, un responsable assurait pourtant « qu'ils se connaissent et travaillent ensemble. Il y a des différences entre nous mais aussi des choses plus fortes qui nous unissent ». Après la courte marche, les leaders de plusieurs groupes se sont succédés à la tribune installée près de la place Jeanne-d'Arc. Chacun y est allé de son couplet protestataire anti-système, à l'image d'EdouardKlein, président du GUD.

« Nous allons avoir la chance de vivre la fin de ce régime. »

 

D'autres orateurs se sont également illustrés, à l'image de Robert Spieler de Nouvelle droite populaire, qui assure que «l'Europe ne sera pas africaine ». Pour clôturer la manifestation, c'est le tonitruant SergeAyoub, dirigeant du groupe 3ème voie, qui est monté sur l'estrade.

 

Un hommage a également été rendu à Sébastien Dezyeu, militant mort en 1994 après une course poursuite avec la police. Le défilé a regroupé 700 personnes selon la police et s'est déroulé sans heurts. Les CRS ont empêché un groupe de contre-manifestants de rencontrer le cortège.

Photos, sons etvidéos par Quentin Laurent

Reportages et décryptages des extrêmes sous toutes leurs formes en Europe. A lire sur Trans-Europe-Extrêmes, le site des étudiants de la 86e promotion de l'ESJ Lille.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.