Billet de blog 12 mai 2011

Trans-Europe-Extrêmes
Abonné·e de Mediapart

Le Front de libération du cochon s'attaque à l'Islam

Trans-Europe-Extrêmes
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Masques de cochon sur le visage et faux calibres à la main. Le Front de libération du cochon lutte depuis un an contre le hallal. Et contre tout ce qui représente l'Islam. Rencontre avec le « cochon en chef » à la Maison flamande de Lambersart, près de Lille.

Le Front de libération du cochon affirme combattre « l'islamisation de la France ». (photo Maud de Carpentier) © 

Dans la Maison flamande (association d'extrême droite basée à Lambersart, près de Lille), qui accueille le Front de libération du cochon (FLC), il faut aller au fond de la première salle à gauche, monter un escalier sombre, tourner à gauche et... le cochon est là. Il attend. Assis bien droit sur une chaise, les deux pattes avant posées sur la table, il porte une veste militaire. Derrière lui, un immense drapeau noir au sigle du FLC. Et à sa droite, bien en évidence, un revolver noir. « C'est un faux bien sûr ! », lance une voix masculine, teintée d'un léger accent du Sud-Ouest. Ouf. Le cochon ne grogne pas. Après quelques prises de vues, le masque tombe. « On étouffe là-dessous ! » L'entretien peut commencer.

« L'abattage rituel musulman est un acte politique, et non religieux. »

Né il y a environ un an, le FLC se donne pour objectif de lutter contre l'Islam en France et en Europe. Mais « en faisant quelque chose de sympa, de potache », explique le cochon en chef. Il souhaite garder l'anonymat. « C'est une organisation clandestine, et armée », précise-t-il en montrant le pistolet en plastique du doigt. « On pousse le clin d'œil jusqu'au bout. »

« Nous pensons que dans la société française, il y a un vrai problème avec une islamisation de plus en plus importante. » Alors les costumes et les vidéos coups de poing, « c'est pour dédramatiser le combat », explique l'homme. Pourquoi le cochon ? « C'est devenu un symbole de lutte contre l'islam, et contre le hallal pour commencer.» C'est donc le premier cheval de bataille du FLC, qui considère l'abattage rituel musulman comme « un acte politique, et non religieux ».

« L'Islam modéré est presque plus pernicieux, plus dangereux que l'Islam radical. »

Le Front a organisé en octobre dernier une « grande fête du cochon » dans la banlieue de Lille, où une grosse centaine de participants a dégusté cochons grillés et autres dérivés de l'animal. « Nous ne sommes pas islamophobes, se défend le leader du FLC, nous sommes des islamo-résistants. » Et, selon lui, manger du cochon fait partie de ces actes de résistances.

Mais derrière des accents humoristiques, le FLC tient un discours très dur. « L'Islam est une religion de guerre et c'est un danger pour les futures populations européennes. » Selon le Front, « le hallal n'est que la partie visible de l'iceberg d'une religion qui veut tout contrôler avec les dérives qu'on connaît : lapidation, charia... » Et quand on évoque avec lui une possible distinction entre Islam modéré et Islam radical, le militant rétorque : « c'est de la poudre aux yeux tout ça, il y a juste des musulmans plus intelligents que d'autres, qui choisissent la voie du débat. Au contraire, l'Islam modéré est presque plus pernicieux, plus dangereux ».

En France, l’Etat n’a pas d’organisme chargé de lutter contre l’islamophobie. Seule une Organisation non gouvernementale s’en charge : le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF). Samy Debah, son président, déplore ce silence étatique. « Il y a des statistiques qui comptabilisent les actes racistes et antisémites, mais aucune pour l’islamophobie alors que c’est un vrai problème pour le pays. » Le CCIF tente donc, à son niveau, de collecter et recenser les actes islamophobes. Conclusion du rapport 2010 : le phénomène n’en finit pas de croître.

Et le FLC ne fait pas rire Samy Debah. « Ce genre de collectif peut prêter à sourire mais derrière ces actions clownesques, il y a un message très dangereux pour la société toute entière. » Pour lui, « on utilise délibérément la fanfaronnade, pour mieux infiltrer les esprits. »

Sur le site du CCIF, un seul slogan qui tente de sensibiliser les opinions : « l’islamophobie n’est pas une opinion, c’est un délit ».

Maud de Carpentier

Reportages et décryptages des extrêmes sous toutes leurs formes en Europe. A lire sur Trans-Europe-Extrêmes, le site des étudiants de la 86e promotion de l'Ecole Supérieure de Journalisme de Lille.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Entre les États-Unis et l’Europe, l’ombre d’une guerre commerciale
L’adoption d’un programme de 369 milliards de dollars par le gouvernement américain, destiné à attirer tous les groupes sur son territoire, fait craindre une désindustrialisation massive en Europe. Les Européens se divisent sur la façon d’y répondre. 
par Martine Orange
Journal — Services publics
« RER régionaux » : une annonce qui masque la débâcle des transports publics
En lançant soudainement l’idée de créer des réseaux de trains express dans dix métropoles françaises, Emmanuel Macron espère détourner l’attention du délabrement déjà bien avancé de la SNCF et de la RATP, et du sous-investissement chronique de l’État.
par Dan Israel et Khedidja Zerouali
Journal — Fiscalité
Le budget de la ville de Paris est-il vraiment une escroquerie ?
Le ministre des comptes publics Gabriel Attal estime que la gestion budgétaire de la mairie de Paris s’apparente à une pyramide de Ponzi. Une vision caricaturale, qui plus est venant d’un gouvernement qui creuse le déficit de l’État à coups de baisses d’impôts.  
par Mathias Thépot
Journal
La ministre Caroline Cayeux démissionne en raison d’un patrimoine « sous-évalué »
Caroline Cayeux a démissionné de son poste de ministre déléguée aux collectivités territoriales. La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique s’apprêtait à statuer sur son cas, lui reprochant des irrégularités dans sa déclaration de patrimoine.
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Révolution kurde en Iran ? Genèse d’un mouvement révolutionnaire
Retour sur la révolte en Iran et surtout au Rojhelat (Kurdistan de l’Est, Ouest de l’Iran) qui a initié le mouvement et qui est réprimé violemment par le régime iranien dernièrement (plus de 40 morts en quelques jours). Pourquoi ? Voici les faits.
par Front de Libération Décolonial
Billet de blog
Voix d'Iran : la question du mariage forcé (et du viol) en prison
Ce texte est une réponse à la question que j'ai relayée à plusieurs de mes proches, concernant les rumeurs de mariages forcés (suivis de viols) des jeunes filles condamnées à mort.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Témoignage d'une amie Iranienne sur la révolution en Iran
Témoignage brut d'une amie Iranienne avec qui j'étais lorsque la révolution a débuté en Iran. Ses mots ont été prononcés 4 jours après l'assassinat de Masha Amini, jeune femme Kurde de 22 ans tuée par la police des moeurs car elle ne portait pas bien son hijab.
par maelissma
Billet de blog
Lettre d'Iraniens aux Européens : « la solidarité doit s'accompagner de gestes concrets »
« Mesdames et messieurs, ne laissez pas échouer un soulèvement d’une telle hardiesse, légitimité et ampleur. Nous vous demandons de ne pas laisser seul, en ces temps difficiles, un peuple cultivé et épris de paix. » Dans une lettre aux dirigeants européens, un collectif d'universitaires, artistes et journalistes iraniens demandent que la solidarité de l'Europe « s'accompagne de gestes concrets, faute de quoi la République islamique risque de durcir encore plus la répression ».
par Les invités de Mediapart