Billet de blog 12 mai 2011

Le Front de libération du cochon s'attaque à l'Islam

Trans-Europe-Extrêmes
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Masques de cochon sur le visage et faux calibres à la main. Le Front de libération du cochon lutte depuis un an contre le hallal. Et contre tout ce qui représente l'Islam. Rencontre avec le « cochon en chef » à la Maison flamande de Lambersart, près de Lille.

Le Front de libération du cochon affirme combattre « l'islamisation de la France ». (photo Maud de Carpentier) © 

Dans la Maison flamande (association d'extrême droite basée à Lambersart, près de Lille), qui accueille le Front de libération du cochon (FLC), il faut aller au fond de la première salle à gauche, monter un escalier sombre, tourner à gauche et... le cochon est là. Il attend. Assis bien droit sur une chaise, les deux pattes avant posées sur la table, il porte une veste militaire. Derrière lui, un immense drapeau noir au sigle du FLC. Et à sa droite, bien en évidence, un revolver noir. « C'est un faux bien sûr ! », lance une voix masculine, teintée d'un léger accent du Sud-Ouest. Ouf. Le cochon ne grogne pas. Après quelques prises de vues, le masque tombe. « On étouffe là-dessous ! » L'entretien peut commencer.

« L'abattage rituel musulman est un acte politique, et non religieux. »

Né il y a environ un an, le FLC se donne pour objectif de lutter contre l'Islam en France et en Europe. Mais « en faisant quelque chose de sympa, de potache », explique le cochon en chef. Il souhaite garder l'anonymat. « C'est une organisation clandestine, et armée », précise-t-il en montrant le pistolet en plastique du doigt. « On pousse le clin d'œil jusqu'au bout. »

« Nous pensons que dans la société française, il y a un vrai problème avec une islamisation de plus en plus importante. » Alors les costumes et les vidéos coups de poing, « c'est pour dédramatiser le combat », explique l'homme. Pourquoi le cochon ? « C'est devenu un symbole de lutte contre l'islam, et contre le hallal pour commencer.» C'est donc le premier cheval de bataille du FLC, qui considère l'abattage rituel musulman comme « un acte politique, et non religieux ».

« L'Islam modéré est presque plus pernicieux, plus dangereux que l'Islam radical. »

Le Front a organisé en octobre dernier une « grande fête du cochon » dans la banlieue de Lille, où une grosse centaine de participants a dégusté cochons grillés et autres dérivés de l'animal. « Nous ne sommes pas islamophobes, se défend le leader du FLC, nous sommes des islamo-résistants. » Et, selon lui, manger du cochon fait partie de ces actes de résistances.

Mais derrière des accents humoristiques, le FLC tient un discours très dur. « L'Islam est une religion de guerre et c'est un danger pour les futures populations européennes. » Selon le Front, « le hallal n'est que la partie visible de l'iceberg d'une religion qui veut tout contrôler avec les dérives qu'on connaît : lapidation, charia... » Et quand on évoque avec lui une possible distinction entre Islam modéré et Islam radical, le militant rétorque : « c'est de la poudre aux yeux tout ça, il y a juste des musulmans plus intelligents que d'autres, qui choisissent la voie du débat. Au contraire, l'Islam modéré est presque plus pernicieux, plus dangereux ».

En France, l’Etat n’a pas d’organisme chargé de lutter contre l’islamophobie. Seule une Organisation non gouvernementale s’en charge : le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF). Samy Debah, son président, déplore ce silence étatique. « Il y a des statistiques qui comptabilisent les actes racistes et antisémites, mais aucune pour l’islamophobie alors que c’est un vrai problème pour le pays. » Le CCIF tente donc, à son niveau, de collecter et recenser les actes islamophobes. Conclusion du rapport 2010 : le phénomène n’en finit pas de croître.

Et le FLC ne fait pas rire Samy Debah. « Ce genre de collectif peut prêter à sourire mais derrière ces actions clownesques, il y a un message très dangereux pour la société toute entière. » Pour lui, « on utilise délibérément la fanfaronnade, pour mieux infiltrer les esprits. »

Sur le site du CCIF, un seul slogan qui tente de sensibiliser les opinions : « l’islamophobie n’est pas une opinion, c’est un délit ».

Maud de Carpentier

Reportages et décryptages des extrêmes sous toutes leurs formes en Europe. A lire sur Trans-Europe-Extrêmes, le site des étudiants de la 86e promotion de l'Ecole Supérieure de Journalisme de Lille.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Cinéma
Jean-Luc Godard, l’entretien impossible
À l’heure où les bouleversements politiques, écologistes et sociaux semblent marquer la fin d’une époque, Mediapart a eu envie de rendre visite à Jean-Luc Godard, dont les films sont des mises en abyme inégalées des beautés et des troubles du monde. Mais rien ne s’est passé comme prévu. 
par Ludovic Lamant et Jade Lindgaard
Journal — France
Procès des sondages de l’Élysée : le PNF requiert finalement l’incarcération de Claude Guéant
La réouverture des débats a opposé deux thèses, ce vendredi, au tribunal de Paris. L'ex-ministre de Sarkozy assure qu’il ne peut pas rembourser plus rapidement ce qu’il doit encore à l’État. Le Parquet national financier estime au contraire qu’il fait tout pour ne pas payer.
par Michel Deléan
Journal — Éducation
Suicide de Dinah, 14 ans : « On veut comprendre pourquoi le collège n’a rien fait »
Près d’un mois après le suicide de Dinah, 14 ans, ses parents ont déposé plainte pour « harcèlement » et accusent le collège de non-assistance à personne en danger. Plusieurs témoins dénoncent la passivité de l’établissement. La direction dément tout dysfonctionnement.
par David Perrotin
Journal — Police
Non-lieu définitif pour un policier qui avait tiré 10 fois sur un chauffeur en fuite
La Cour de cassation a confirmé le non-lieu en faveur d’un policier qui avait, en janvier 2018, blessé un conducteur en fuite, tirant à dix reprises avec son arme. Une vidéo révélait pourtant que l’agent avait menti en accusant le chauffeur d’avoir voulu le percuter.
par David Perrotin

La sélection du Club

Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau
Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo
Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.
Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss