Billet de blog 28 juil. 2011

L’extrême droite norvégienne, numéro un chez les jeunes

Avec à peine 3 000 adhérents, la section jeune du Parti du progrès (FpU) arrive pourtant en tête des élections scolaires en Norvège. Politique fiscale et immigration sont les deux dadas de ce parti classé extrême-droite.

Trans-Europe-Extrêmes
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Avec à peine 3 000 adhérents, la section jeune du Parti du progrès (FpU) arrive pourtant en tête des élections scolaires en Norvège. Politique fiscale et immigration sont les deux dadas de ce parti classé extrême-droite.

Torbjørn Weisæth, leader de la section jeune du FpU © A. Rougerie

«On est le seul parti d’opposition crédible en Norvège, les jeunes l’ont compris», constate fièrement Torbjørn Weisæth, le leader du FpU à Oslo. Encore minoritaire il y dix ans, le parti récolte, depuis 2003, les meilleurs scores aux élections scolaires. Organisées tous les deux ans dans les collèges et lycées, elles sont une sorte de sondage avant les scrutins locaux et nationaux.

«Les jeunes veulent plus de libertés. Ils en ont marre que le gouvernement norvégien décide de tout pour eux», explique Torbjørn Weisæth. Et c’est avec des arguments plus qu’austères que le FpU séduit les jeunes électeurs norvégiens : libéralisme politique et économique, privatisations, fiscalité…

Voir un extrait vidéo de l'entretien ici.

Chocolat, automobile mais surtout, alcool et tabac, les taxes dépassent souvent 20% en Norvège. La promesse de réduire ces charges qui pèsent quotidiennement sur le budget attire les 15-25 ans. « Les jeunes voyagent et voient ce qui est mieux ailleurs. Ils ne veulent plus payer chez eux des taxes abominables sur ces produits », argumente Torbjørn Weisæth.

Autre mesure très populaire auprès des jeunes électeurs : alléger les impôts sur les jobs étudiants. Tout jeune travailleur est imposable lorsqu’il gagne plus de 5 000€ par an. Et avec un salaire minimum norvégien fixé à 17€/heure, les 5 000€ sont vite atteints. Ce que dénonce Torbjørn Weisæth.

Voir un autre extrait vidéo de l'entretien ici.

Lars Martin Kjos, 21 ans, rejette ce qu’il appelle l’« État nounou » Il a toujours soutenu le FpU lors des élections scolaires et vote pour le Parti du progrès depuis sa majorité. C’est avant tout leur politique fiscale qui l’a convaincu : « Je n’aime pas la façon dont le gouvernement norvégien veut décider pour moi. Si je suis malade, je ne peux pas choisir l’hôpital dans lequel je veux être soigné, je dois aller dans l’hôpital de mon secteur ».

Opposé à la forte nationalisation des services norvégiens, il se plaint également de leur coût pour une qualité qui laisse à désirer. « Je n’ai pas honte de dire que je vote pour le FpU, précise-t-il. Je n’ai pas l’impression de voter pour l’extrême droite ». Le FpU propose pourtant une politique très restrictive envers les étrangers. Au programme : conditions d’immigration strictes (avoir un travail, parler le norvégien…) et interdiction totale du regroupement familial.

L’afflux conséquent d’étrangers en Norvège, depuis les dix dernières années, explique en partie l’essor du parti d’extrême droite. À Oslo, 30% de la population est d’origine étrangère, contre à peine 5%, il y a 30 ans. « Les jeunes ne se sentent pas chez eux. Il y a trop d’étrangers sur les bancs de l’école », explique Torbjørn Weisæth.

Mais si le parti a gagné la bataille des urnes, il doit encore travailler son image. 3 000 adhérents seulement, contre 10 000 pour les jeunes travaillistes (AUF). Pas facile pour les 15-25 ans d’avouer un vote décomplexé pour l’extrême-droite.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Didier Raoult éreinté par son propre maître à penser
Didier Raoult défend un traitement inefficace et dangereux contre la tuberculose prescrit sans autorisation au sein de son institut, depuis au moins 2017. Le professeur Jacques Grosset, qu’il considère comme son « maître et numéro un mondial du traitement de la tuberculose », désapprouve lui-même ce traitement qui va « à l’encontre de l’éthique et de la morale médicale ». Interviewé par Mediapart, Jacques Grosset estime qu’il est « intolérable de traiter ainsi des patients ».
par Pascale Pascariello
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI
Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85
Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl