Le « Toxic tour detox 93 » spécial Triangle de Gonesse

Le Toxic tour détox 93, un collectif d'habitant(e)s de Seine-Saint-Denis organise le 30 mai « une balade urbaine pour interroger le développement continu du transport aérien (au Bourget, à Roissy et à Orly et dans les 25 autres aéroports de la région Île de France) dans une métropole qui se densifie ». Cette initiative s’inscrit dans les 1 000 initiatives portées par la Coalition climat 21. 

Le Toxic tour détox 93, un collectif d'habitant(e)s de Seine-Saint-Denis organise le 30 mai « une balade urbaine pour interroger le développement continu du transport aérien (au Bourget, à Roissy et à Orly et dans les 25 autres aéroports de la région Île de France) dans une métropole qui se densifie ». Cette initiative s’inscrit dans les 1 000 initiatives portées par la Coalition climat 21. 


 

Cela fait un moment que nous le rappelons mais il faut encore le répéter : la COP 21 de décembre 2015 (Sommet des Nations-Unies sur le climat) est annoncée à Paris mais va en fait se dérouler au Bourget. Dans des hangars relookés pour que les images soient belles. Le Président du Conseil départemental du 93 lui-même (pourtant socialiste comme le gouvernement) est intervenu auprès des plus hautes autorités de l’État et auprès d'instances internationales pour bien faire ajouter « Seine Saint-Denis » ou « Paris-Le Bourget ». En vain. Cela peut paraître anecdotique mais après des années de demandes, les meetings sportifs, concerts ou matchs qui ont lieu au Stade de France sont annoncés à « Paris Saint-Denis ». Car c'est l'un des premiers éléments qui caractérisent nos territoires. Beaucoup voudraient en nier l'histoire, le passé, l'esprit de résistance, de rébellion. Gommer toute cette histoire, tou-te-s ses habitant-e-s (juste bons, le temps de pré campagne électorale ou de bons poncifs de certains médias à être « nettoyés au Kärcher » ou montrés sous le côté unique des trafics et de la violence). Imagine-t-on un forum mondial se déroulant à Évry ou à Neuilly-sur-Seine se nommant Paris ?

 

Au-delà de ce symbole, la question centrale de ce sommet mondial est la suivante : quel modèle de développement, de système de production/consommation permet aux humains et à la nature de vivre dans une Terre apaisée d'un point de vue climatique et énergétique ? Cette question, nous voulons la poser, non pas sous l'angle d'un point de vue théorique mais du point de vue des habitant-e-s vivant dans les territoires qui vont recevoir des dizaines de milliers de personnes à l'occasion de ce sommet. Nous voulons le faire, de manière très vivante, sous la forme de balades urbaines accessibles à tout le monde. 

 

Nous avons déjà organisé de telles balades urbaines sur 4 sujets : les autoroutes, en particulier à Saint-Denis dans un département qui subit fortement les pollutions liées aux déplacements et bat le triste record français des maladies infantiles liées aux polluants et ses incidences sur la qualité de vie des habitant-e-s ; les data centers dévoreurs d'énergie, notamment à La Courneuve et Aubervilliers dans un département où le prix des terrains implique qu'aujourd'hui le 93 « accueille » la plus forte proportion de ces sites d’hébergement de serveurs internet. Une troisième balade a porté sur la mémoire des luttes éco–citoyennes à l'Île-Saint-Denis et Saint-Denis à travers des combats sur la consommation de viandes, l'arrivée des transports en commun publics et la rénovation thermique des bâtiments. La quatrième balade s'est déroulée le long de l'aéroport du Bourget qui perturbe la vie de milliers d'habitant-e-s pour des vols de 2 passagers en moyenne par avion. Cet aéroport est-il en accord avec des objectifs de baisse drastiques des émissions de gaz à effet de serre quand son trafic devrait passer de 60 000 à 90 000 mouvements par an ? 

 

La balade du 30 mai (1) s’inscrit dans les 1 000 initiatives portées par la Coalition climat 21. Elle pose la question du développement continu du transport aérien (au Bourget, à Roissy et à Orly et dans les 25 autres aéroports de la région Île de France) dans une métropole qui se densifie. Préfère-t-on la concurrence (réussie d’un strict point de vue économique ?) ? Préfère-t-on développer fortement les transports en commun bien maillés, l'emploi local et non délocalisable, la coopération et le vivre-ensemble, les pistes cyclables, les trames vertes et bleues, les zones de travail, les espaces verts et de loisirs. Ou privilégie-t-on la concurrence, le libéralisme, le laisser-faire et les tensions qui s'exacerbent entre des populations à qui échappent les décisions, leurs retombées économiques alors même que leur cadre de vie est concerné ?   

 

Dans ce « Toxic tour detox 93 » spécial Triangle de Gonesse, on voit tout l’enjeu d’un projet « Europa city » qui relierait Le Bourget à Roissy via plus de 500 magasins de luxe, des pistes totalement artificielles de ski et un golf. Un projet qui s’étendrait sur des hectares des plus anciennes terres cultivées en France, celles qui ont donné naissance à notre pays, celles de la Plaine de France. Des terres d’une qualité rare où le maïs peut pousser avec très peu d’apport en eau. Au passage, on détruirait totalement toute l’histoire agricole, maraîchère et horticole de ces terres. Et on ferait disparaître les vestiges d’un passé industriel récent, là où travaillèrent près de 9 000 personnes à PSA. 

 

Pour notre part, sans nostalgie ni refus de changer d’ère (et d'air, trop pollué aujourd'hui), nous voulons redire que la dégradation du climat est encore plus palpable dans ces territoires où les injustices environnementales (le bruit, la pollution, la dégradation des sols et de la nappe phréatique,… ) s’ajoutent aux injustices sociales. Un autre modèle de développement est possible. Le 30 mai, parmi les 1 000 initiatives portées par la Coalition Climat 21, comme tout au long de l’année 2015 jusqu’à la COP 21, nous le dirons avec nos pieds ! 

 

(1) Rendez-vous à 11h à la station RER B "Parc des expositions". Plus d'informations sur toxictourdetox93.wordpress.com ou pour nous contacter toxictour93@gmail.com

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.