Billet de blog 4 oct. 2021

Vaccins/3ème dose/pandémie: les questions sans réponse de l’EMA

L'EMA a publié aujourd'hui un communiqué de recommandations autour d'une troisième dose des vaccins Pfizer ou Moderna contre le COVID-19. Nous appelons médias et responsables politiques à aborder cet enjeu avec précision et rigueur, en ayant en tête les enjeux éthiques décisifs, la dimension mondiale de la crise et les questions que l’EMA laisse sans réponse ou n’a pas posé.

PaulineLondeix
Access to medicines advocate - Movies - Work in progress
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 Communiqué de presse - Observatoire de la transparence dans les politiques du médicament (OTMeds) - Lundi 4 octobre 2021

 L'Agence Européenne du Médicament (EMA) a publié ce lundi 4 octobre un communiqué de recommandations autour d'une troisième dose des vaccins Pfizer ou Moderna contre le COVID-19. Nous appelons médias et responsables politiques à aborder ce sujet avec précision et rigueur, en ayant en tête les enjeux éthiques décisifs et les questions que l’EMA laisse sans réponse, ou n’a même pas posé :

- Dans ce communiqué, l’EMA ne prend jamais en compte les enjeux mondiaux de la pandémie et de la vaccination. C’est pourtant bien l’inégal accès à la vaccination dans le monde (moins de 4 % des personnes en Afrique bénéficient d’un schéma complet de vaccination contre le COVID-19, par exemple) qui avait amené début août l'Organisation Mondiale de la Santé à demander aux pays riches un moratoire sur la troisième dose et les boosters. Comment se fait-il que ces instances se contredisent à quelques mois de distance alors que l’urgence mondiale impose une réponse coordonnée ?

- L’inégal accès aux vaccins dans le monde, le refus d’autoriser les pays pauvres à produire des vaccins depuis plus d’un an, les stocks de doses gaspillés dans les pays riches, compromettent la vie de centaines de milliers de personnes dans les pays du sud. Cela favorise aussi l’émergence de variants, dont certains pourraient devenir résistants aux vaccins existants. Dans ce cadre contraint, il est donc indispensable de se demander, y compris si on s’en tient de façon égoïste au seul intérêt des pays riches, s’il vaut mieux consacrer les doses existantes à vacciner dans les pays pauvres plutôt qu’à les dédier à une troisième dose. Pourquoi l’EMA ne s'est-elle pas posée cette question ?

- Le communiqué de l’EMA évoque d’une part la situation des personnes avec un système immunitaire affaiblie. Dans ce cas, l’agence ouvre la voie à une troisième dose 28 jours après la première. Elle reconnaît cependant que « aucune preuve directe que la capacité de produire des anticorps chez ces patients protégés contre COVID-19, il est prévu que la dose supplémentaire augmenterait la protection au moins chez certains patients. » no direct evidence that the ability to produce antibodies in these patients protected against COVID-19, it is expected that the extra dose would increase protection at least in some patients. »]. L’EMA distingue ensuite la population générale de plus de 18 ans, pour qui une troisième dose 6 mois après la première serait possible. Elle renvoie aux agences nationales l’émission de recommandations et rappelle que la surveillance d’effets indésirables rares reste de mise. Elle ne cite aucune étude pour appuyer cette recommandation. Ce faible niveau de preuve rend encore plus essentielles que des réponses soient apportées aux questions posées ci-dessus. 

Il est désormais indispensable que les agences nationales prennent en compte ces questions, que la stratégie vaccinale s’appuie sur des éléments rationnels et que la dimension mondiale de la crise et les enjeux éthiques soient pris en compte.

-

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
« La harraga ne s’arrêtera jamais » : un passeur algérien raconte son « business » florissant
En 2021, de nombreuses personnes ont tenté de quitter l’Algérie et rejoindre l’Europe par la mer, débarquant à Almeria, Carthagène ou aux Baléares. Dans le sud de l’Espagne, Mediapart s’est s’entretenu longuement avec un de ces « guides » qui déposent les « harraga » (exilés) en un aller-retour. 
par Nejma Brahim
Journal — Logement
À Lyon, une école occupée pour aider une famille sans logement
Le collectif citoyen « Jamais sans toit » a commencé l’occupation de l’école Michel-Servet, dans le 1er arrondissement, pour témoigner son soutien à deux enfants scolarisés ici sans logement avec leurs parents. À l’heure actuelle, dans la métropole lyonnaise,  110 enfants et leurs familles sont à la rue.
par Faïza Zerouala
Journal — Énergies
Régulation de l’énergie : la politique du pire
En excluant la période de spéculation débridée fin décembre sur le marché de gros de l’électricité, la commission de régulation de l’énergie aurait pu limiter la hausse des tarifs régulés à 20 % au lieu de 44 %. Elle a préféré faire les poches d’EDF et transférer l’addition aux consommateurs après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
L’action des policiers a causé la mort de Cédric Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Agir pour faire reconnaître le génocide ouïghour. Interview d'Alim Omer
[Rediffusion] l’Assemblée Nationale pourrait voter la reconnaissance du caractère génocidaire des violences exercées sur les ouïghour.es par la Chine. Alim Omer, président de l’Association des Ouïghours de France, réfugié en France, revient sur les aspects industriels, sanitaires, culturels et environnementaux de ce génocide.
par Jeanne Guien
Billet de blog
La cynique et dangereuse instrumentalisation du mot « génocide »
La répression des Ouïghours existe au Xinjiang. Elle relève très probablement de la qualification juridique de « crimes contre l’Humanité ». Mais ce sont les chercheurs et les juristes qui doivent déterminer et les faits et leurs qualifications juridiques, et ce le plus indépendamment possible, c’est à dire à l’écart des pressions américaines ou chinoises.
par Bringuenarilles
Billet de blog
« Violences génocidaires » et « risque sérieux de génocide »
La reconnaissance des violences génocidaires contre les populations ouïghoures a fait l’objet d’une résolution parlementaire historique ce 20 janvier. C'était un très grand moment. Or, il n'y a pas une mais deux résolutions condamnant les crimes perpétrés par l’État chinois. Derrière des objets relativement similaires, se trouve une certaine dissemblance juridique. Explications.
par Cloé Drieu
Billet de blog
Stratégies de désinformation et de diversion de Pékin sur la question ouïghoure
[Rediffusion] Alors que de nombreux universitaires sonnent l’alarme quant au risque génocidaire en cours dans la région ouïghoure, Pékin s’évertue à disqualifier tout discours alternatif et n’hésite pas à mobiliser ses réseaux informels en Europe pour diviser les opinions et couper court à tout débat sur la question ouïghoure. Une stratégie de diversion négationniste bien familière. Par Vanessa Frangville.
par Carta Academica