The Lancet:"Ne pas aborder l'accès à l'insuline serait un échec moral catastrophique"

Pauline Londeix, co-fondatrice d'OTMeds co-signe cet article publié par The Lancet sur l'accès à l'insuline. La transparence, le recours à la production locale et aux flexibilités de l'accord ADPIC lorsque nécessaires sont autant d'éléments essentiels pour permettre, 100 ans après sa découverte, l'accès pour tous ceux qui en ont besoin à l'insuline.

 

capture-d-e-cran-2021-03-04-a-08-08-55

Traduction de cet article publié dans The Lancet le 3 mars 2021

[Traduction EMED]

Ne pas aborder l'accès à l'insuline au cours de son centenaire serait un échec moral catastrophique

* David Beran, Stephen Colagiuri, Nathalie Ernoult, Margaret Ewen, Cynthia Fleury, Molly Lepeska, Pauline Londeix, Elizabeth Pfiester, John S Yudkin, Stéphane Besançon

«Je dois être franc: le monde est au bord d'un échec moral catastrophique - et le prix de cet échec sera payé par des vies et des moyens de survie dans les pays les plus pauvres du monde.» 1 Cette déclaration, du Directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, prononcé lors de l'ouverture de la réunion annuelle du Conseil exécutif de l'OMS en janvier 2021, concernait l'accès insuffisant aux vaccins COVID-19 pour les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire (PRFI) .1 Mais le même libellé - celui de l'échec moral - pourrait également s'appliquer à l'absence d'action concrète sur l'accès à l'insuline en 2021.

2021 marque le centenaire de la découverte de l'insuline.2 Environ 70 millions de personnes dans le monde ont besoin d'insuline pour survivre ou mieux gérer leur diabète. Cependant, la disponibilité et l'aptitude de l'insuline restent faibles dans de nombreux contextes en raison de divers facteurs mondiaux et nationaux.3 Comme l'a noté l'ancienne Directrice générale de l'OMS, Margaret Chan, «Les personnes atteintes de diabète qui dépendent d'une insuline vitale paient le prix ultime lorsque l'accès à une insuline ordable fait défaut. »4

Lors de la réunion du Conseil exécutif de l'OMS en 2021, un projet de décision5 a mis l'accent sur le diabète en tant que défi sanitaire mondial. Bien qu'il soit important de souligner l'importance du diabète de cette manière, le document n'a fourni aucune recommandation sur la question de l'accès à l'insuline. À cet égard, la seule partie pertinente du texte était une déclaration concernant l'encouragement des «États Membres et du Secrétariat à reconnaître et à célébrer en 2021, selon qu'il conviendra, y compris en marge de la Soixante-Quatorzième Assemblée mondiale de la Santé, le centenaire de la découverte de l'insuline ».5

Un centenaire peut être un moment de fête. Bien que l'insuline ait changé la vie d'innombrables personnes atteintes de diabète (de type 1 et de type 2), l'heure des célébrations n'est pas encore arrivée. Au lieu de cela, ce centenaire devrait être l'occasion de s'attaquer aux problèmes sous-jacents qui empêchent bon nombre des personnes qui ont le plus besoin d'insuline d'y accéder. La communauté mondiale doit s'aligner sur l'esprit de Frederick Banting, Charles Best et James B Collip, qui ont vendu les droits de brevet sur l'insuline à l'Université de Toronto pour 1 $ US chacun, Banting disant: «L'insuline appartient au monde, pas à moi. »6. Certaines mesures importantes ont été prises au cours des deux dernières années, notamment l’ajout de l’insuline au programme de préqualification de l’OMS et le lancement du Pacte mondial sur le diabète de l’OMS. Les gouvernements du monde entier fournissent des soins du diabète et de l'insuline, à des degrés divers, en fonction des ressources disponibles, des capacités du système de santé et de la volonté politique. Des organisations non gouvernementales et de la société civile et des groupes universitaires ont lancé des campagnes, effectué des recherches, fourni des soins et géré des programmes de dons. Même le secteur privé a lancé diverses initiatives, allant de la tarification différentielle aux dons.

Cependant, en 2021, il faut un nouvel ensemble d'actions mondiales et nationales ambitieuses, s'appuyant sur des engagements antérieurs tels que: le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels; la Déclaration politique de la troisième Réunion de haut niveau de l'Assemblée générale sur la prévention et la maîtrise des maladies non transmissibles; les objectifs de développement durable; et les objectifs du triple milliard de l’OMS. Pour réaffirmer ces engagements et résoudre les problèmes complexes qui entravent l'accès à l'insuline dans le monde, des actions concrètes pour améliorer l'accès à l'insuline pour l'OMS, ses États membres et la communauté mondiale doivent être présentées à l'Assemblée mondiale de la Santé 2021 (24 mai au 1er juin) dans le projet de décision actuel sur le diabète ou dans une résolution spécifique sur l'insuline (panel).

Ces actions doivent s'attaquer aux facteurs à la fois mondiaux et nationaux. À l'échelle mondiale, le marché de l'insuline est dominé par trois sociétés multinationales, ce qui a une incidence sur la disponibilité nationale et la facilité.7 Les prix élevés doivent être abordés en améliorant la transparence des prix et des coûts de production; promouvoir la production locale le cas échéant; promouvoir la production locale le cas échéant; l'augmentation de l'adoption des insulines biosimilaires grâce au renforcement des processus de réglementation; développer des mécanismes d'achat groupés; et donner une impulsion à des mécanismes de tarification différentiels. Le secteur privé a un rôle central à jouer pour s'aligner sur ces actions. Un nouveau modèle commercial devrait être une priorité pour tous les PRFI, y compris une tarification dfférentielle, une transparence totale des prix et un contrôle indépendant. La plus forte augmentation de la prévalence du diabète à l'avenir se produira dans les PRFI, offrant ainsi un marché à grand volume, mais ce marché est actuellement considéré comme ayant une faible valeur monétaire. Les entreprises d'autres secteurs ont capitalisé sur ce défi de gros volumes et de faible valeur.8

Les systèmes de santé doivent garantir l'accès à des soins de qualité pour les personnes atteintes de diabète de type 1 et de type 2, ce qui nécessite des investissements de la part des gouvernements et des donateurs. Les spécificités d'accès à l'insuline et aux soins du diabète dans les situations d'urgence humanitaire doivent également être incluses dans l'agenda mondial du diabète.9 Les programmes nationaux de lutte contre le diabète, élaborés en consultation avec les personnes atteintes de diabète, devraient être inclus dans une stratégie globale sur les maladies non transmissibles qui incorpore l'accès à l'insuline, à d'autres médicaments, aux dispositifs d'administration, au matériel d'autosurveillance et aux soins conformément au programme de couverture sanitaire universelle. Les pays doivent également améliorer la gestion de la chaîne d'approvisionnement de l'insuline, depuis sa sélection, son approvisionnement, sa distribution et sa prescription jusqu'à son utilisation. Pour garantir un prix abordable aux particuliers, non seulement les achats doivent être renforcés, mais les majorations au sein de la chaîne d'approvisionnement doivent être supprimées dans le secteur public et réglementées dans le secteur privé.

L'innovation peut être un moteur pour améliorer les soins du diabète.

Toutes les innovations doivent avoir à l'esprit l'individu diabétique et l'accès doit être considéré comme faisant partie intégrante du développement de nouveaux médicaments, traitements et équipements d'autosurveillance. Le cas échéant, des exibilités en matière de propriété intellectuelle devraient être utilisées pour éviter des obstacles indus à l'accès. L'innovation devrait englober non seulement de nouvelles insulines ou du matériel d'autosurveillance, mais aussi de nouvelles façons de fournir des soins du diabète. La société civile et le monde universitaire font partie de cet écosystème d'innovation.

En outre, la société civile a un rôle crucial en tant que voix indépendante; libre de conflits d'intérêt et guidé par les perspectives et les besoins des personnes atteintes de diabète, la société civile est en mesure de demander des comptes à l'OMS, aux gouvernements et au secteur privé.

En 1925, Robert D. Lawrence décrivait le pronostic du diabète de type 1 dans son livre The Diabetic Life en déclarant: «Aujourd'hui, les découvertes modernes, en particulier l'insuline, ont complètement changé les perspectives.» 10 Bien que cette affirmation semble vraie pour de nombreuses personnes atteintes de diabète de type 1 dans les milieux à revenu élevé, leurs pairs des PRFI sont toujours confrontés à une situation désespérée dans la mesure où, le plus souvent, cette découverte centenaire ne leur est ni disponible ni accessible. Nous devons être francs: une action urgente est nécessaire pour améliorer l'accès à l'insuline et éviter un autre échec moral catastrophique en 2021.

 

* David Beran, Stephen Colagiuri, Nathalie Ernoult, Margaret Ewen, Cynthia Fleury, Molly Lepeska, Pauline Londeix, Elizabeth P ester, John S Yudkin, Stéphane Besançon

DB est membre du conseil d'administration de Santé Diabète Mali, a été conseiller du conseil d'administration de l'International Insulin Foundation (les deux postes non rémunérés) et travaille actuellement en tant que consultant pour l'OMS sur l'accès à l'insuline. JSY est un ancien président de l'International Insulin Foundation. Tous les autres auteurs ne déclarent aucun intérêt concurrent.

Division de médecine tropicale et humanitaire, Université de Genève, Genève 1211, Suisse (DB); Hôpitaux universitaires de Genève, Genève, Suisse (DB); Collaboration Boden, Charles Perkins Centre, Faculté de médecine et de santé, Université de Sydney, Sydney, SNW, Australie (SC); Campagne Accès MSF, Médecins Sans Frontières, Paris, France (NE); Health Action International, Amsterdam, Pays-Bas (ME, ML); Conservatoire National des Arts et Métiers, Paris, France (CF); ONG Santé Diabète, Grenoble, France (PL); Observatoire de la Transparence dans les Politiques du Médicament, Paris, France (PL); T1International, Cheltenham, Royaume-Uni (EP); Institut des sciences cardiovasculaires, Division de médecine, University College London, Londres, Royaume-Uni (JSY); ONG Santé Diabète, Bamako, Mali (SB)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.