Billet de blog 8 nov. 2020

Covid-19: 40 000 morts et toujours la même désorganisation gouvernementale

En France, le bilan officiel vient de dépasser les 40 000 morts du Covid-19 et les décisions contradictoires, incohérentes, ou révélant simplement d’un vide de la pensée dans la réponse à la pandémie se multiplient. Depuis de longs mois maintenant, personne ne peut nier que notre pays paie le prix fort de la désorganisation gouvernementale et de l’amateurisme et l’immaturité d'Emmanuel Macron.

PaulineLondeix
Access to medicines advocate - Movies - Work in progress
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Communiqué — 8 novembre 2020

Observatoire de la transparence dans les politiques du médicament (OTMeds)

En France, le bilan officiel vient de dépasser les 40 000 morts du COVID-19 et les décisions contradictoires, incohérentes, ou révélant simplement d’un vide de la pensée et de la réflexion dans la réponse à la pandémie, se multiplient. Chaque jour est l’occasion d’une illustration de la désorganisation gouvernementale, au point où l’on en vient à se demander si au plus haut sommet de l’État, les acteurs clés sont impliqués pour prendre les décisions majeures qui s’imposent. 

Car depuis de longs mois maintenant, personne ne peut nier que notre pays paie le prix fort de l’amateurisme et de l’immaturité d’un dirigeant et de son entourage. Des pouvoirs exceptionnels leur ont été confiés et ils ne savent pas les utiliser efficacement pour nous protéger.

Après 10 mois de crise, le Président de la République doit désormais rendre des comptes sur sa gouvernance, qui, en piétinant l’ordre constitutionnel pour le copinage et le cercle restreint, en refusant toute coordination d’une action d'ampleur, fait le jeu de la pandémie et nous met tous et toutes en danger. Il nous expose aux tris dans les hôpitaux, aux urgences, aux pénuries récurrentes de matériels et de médicaments notamment.

Les preuves de la désorganisation

Le 12 mars dernier, moins de cinq heures avant que la Président de la République Emmanuel Macron n’annonce la fermeture de tous les établissements scolaires, son ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer assurait que la fermeture des établissements scolaires n'était pas envisagée. Manque de communication ? Concentration des décisions sur la seule personne du Président qui décide au dernier moment, sans consulter le ministre en charge du dossier ? Quelles qu’en soient les raisons, ce dysfonctionnement sur une mesure aussi essentielle était déjà peu acceptable en mars.   

Ces dysfonctionnements se sont perpétués au cours des mois suivants, comme l’a dénoncé un rapport confidentiel coordonné par le général Lizurey commandé par le Président de la République et remis en juin dernier, dont une partie du contenu a été révélée par le Canard Enchaîné et Mediapart. Il y est décrit les rivalités et concurrences interministérielles, l’inadaptation technique des ministères à la visioconférence qui a empêché de dialoguer entre services ou avec les préfets, la mise à l'écart des collectivités territoriales. Parmi les recommandations émises il y a 4 mois, on peut lire : « Il apparaît d’emblée indispensable de conduire un retour d’expérience (RETEX) interministériel objectivé et partagé, accompagné le cas échéant d’un ou plusieurs RETEX spécifiques, afin de préparer dans les meilleures conditions possibles une nouvelle crise de nature similaire ».

Alors que le bilan officiel vient de dépasser les 40 000 morts, la désorganisation gouvernementale continue de s’illustrer chaque jour, prouvant que ce rapport est resté lettre morte. Pour ne citer que quelques exemples : 

- Mardi 3 novembre, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal annonce la mise en place d’un couvre-feu à Paris. Il est démenti dans les minutes qui suivent par Matignon.

- Mercredi 4 novembre, le ministre de la santé reconnaît devant les député-es de la commission d’information sur la gestion de la crise du COVID-19 qu’il n’a pas été destinataire du rapport Lizurey. Depuis plus de 4 mois, alors que ses services devraient être au cœur de la réponse à la crise, il n’est donc pas informé du diagnostic sévère pointant la désorganisation de l’exécutif, ni, surtout, des recommandations pour améliorer l'action gouvernementale.

- Jeudi 5 novembre, Mediapart révèle qu’une note rédigée par la direction générale des collectivités locales dresse un bilan sévère montrant l’impuissance de l’État à faire face aux morts en mars, avril et mai: crémations imposées, funérailles empêchées, mises en bière forcées, etc. Datée de septembre, la note émet là aussi des recommandations. On y lit par exemple qu’ « une information claire et largement partagée aurait également évité les situations où la crémation a été présentée, de manière illégale, comme obligatoire ». Le ministère de la santé n’en a eu connaissance que « courant octobre », alors que la deuxième vague démarrait.

La mise en place du reconfinement, les annonces contradictoires sur les fermetures de certains magasins, puis de certains rayons de supermarché, le délai d’une semaine après la rentrée des classes, pour autoriser, en lycée seulement, les demi-groupes, les pénuries de matériels essentiels qui se profilent ou qui sont déjà sous tension (gants, oxygène…), l’incapacité pour les agences en charge, comme Santé Publique France (SpF) à produire le moindre spot de prévention notamment autour de l’utilisation des masques  – tout cela montre que 10 mois après le démarrage de la crise, les erreurs passées ne sont pas considérées, les recommandations de bon sens ne sont pas transmises, l’amateurisme règne, les décisions sont prises dans l’opacité au niveau de l’Élysée, sans concertation avec l’ensemble des ministères, des administrations, des élus locaux, sans même parler de la société civile. Pire, tous les acteurs extérieurs au gouvernement qui ont proposé leur aide sont méprisés.

Ces dysfonctionnements graves contribuent à entretenir la méfiance à l’égard des gestes barrières et des mesures restrictives indispensables et à l’acceptation d’un reconfinement devenu nécessaire compte tenu des erreurs répétées. La lutte contre le COVID-19 exige une réponse coordonnée impliquant le plus d'acteurs possibles ainsi qu’une planification reposant sur une anticipation des besoins.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Pouvoir d'achat
« Et Macron, il pense aux familles nombreuses quand tout augmente ? »
En avril 2022, selon l’Insee, les prix des produits de grande consommation vendus dans la grande distribution ont augmenté de 1,3 %. Une hausse des prix que subissent de plein fouet les plus modestes. À Roubaix, ville populaire du nord de la France, la débrouille règne.
par Faïza Zerouala
Journal
Élisabeth Borne, une négociatrice compétente et raide au service du président
Ces deux dernières années, celle qui vient de devenir première ministre était affectée au ministère du travail. Tous les responsables syndicaux reconnaissent sa capacité de travail et sa propension à les recevoir, mais ont aussi constaté l’infime marge de manœuvre qu’elle leur accordait.
par Dan Israel
Journal
Élisabeth Borne et l’écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard
Journal
Pour Matignon, le président choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena
Billet de blog
Qu’est-ce qu’un premier ministre ?
Notre pays a donc désormais un premier ministre – ou, plutôt, une première ministre. La nomination d’E. Borne aux fonctions de premier ministre par E. Macron nous incite à une réflexion sur le rôle du premier ministre dans notre pays
par Bernard Lamizet
Billet de blog
par C’est Nabum
Billet de blog
par Fred Sochard