Billet de blog 15 avr. 2021

La communauté internationale doit prendre des engagements pour l'accès à l’insuline

A l’occasion du lancement du «Global Diabetes Compact» par l’OMS, Santé Diabète, Médecins Sans Frontières (MSF) et OTMeds appellent la communauté internationale à agir pour assurer un accès à l’insuline pour tous. L’initiative de l’OMS doit être une opportunité pour aller au-delà des déclarations de principe et adopter des mesures concrètes.

PaulineLondeix
Access to medicines advocate - Movies - Work in progress
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Communiqué de presse mercredi 14 avril 2021

OTMeds - Santé Diabète - Médecins sans frontières (MSF - France)

A l’occasion du lancement du « Global Diabetes Compact » par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) le 14 avril, Santé Diabète, Médecins Sans Frontières (MSF) et OTMeds appellent la France et la communauté internationale à agir pour assurer un accès à l’insuline pour tous. L’initiative de l’OMS est un pas dans la bonne direction, mais elle doit être une opportunité pour aller au-delà des déclarations de principe et adopter des mesures concrètes. Car cent ans après sa découverte l’insuline reste hors d’accès pour au moins la moitié des personnes qui en auraient besoin dans le monde.

L’insuline est un traitement vital pour des millions de personnes atteintes de diabète à travers le monde. Ce nombre est en forte progression et les besoins en insuline humaine vont continuer à augmenter dans les prochaines années. La Fédération internationale du diabète estime que d’ici 2045, le nombre de personnes atteintes de cette maladie chronique aura augmenté de 51%.  L’accès à des traitements abordables est absolument crucial pour la survie des patients mais aussi un pré-requis pour permettre notamment aux pays en développement de définir et déployer des stratégies nationales.  

Mais à ce jour, l’accès à ces traitements est loin d’être une réalité pour tous. Les capacités de production mondiale restent concentrées entre les mains de trois producteurs, Sanofi, Novo Nordisk et Eli Lilly, ce qui empêche toute compétition et entraîne des répercussions sur l’approvisionnement et les prix de l’insuline dans les pays en développement, mais aussi dans certains pays riches comme les Etats-Unis. Au Mali, le prix d’un flacon d’insuline avoisine les 7 euros alors que le salaire minimum dépasse à peine les 50 euros. Une étude menée dans le pays a montré qu’une année d’approvisionnement en insuline absorbait plus 17% des revenus d’une famille[1].  

Ces prix élevés représentent un obstacle majeur à l’accès à l’insuline. Ceci est d’autant plus inacceptable que les prix de production sont estimés à moins de 72 dollars par an et par personne[2], et d’autant plus paradoxal que les inventeurs de l’insuline en avaient cédé les brevets pour un dollar symbolique, en 1923.

L’obstacle du prix s’ajoute à d’autres contraintes que nos associations constatent lors de la prise en charge de patients sur le terrain, comme l’accès aux meilleurs outils d’administration (seringue, stylos…), ainsi que le besoin de conserver l’insuline à une température comprise entre 2 et 8 degrés – recommandation qu’une récente étude co-menée par MSF[3] pourrait permettre de faire évoluer.

La communauté internationale, et la France, doivent prendre des engagements concrets pour contribuer à résoudre les questions d’accès à l’insuline :  

  • En assurant la transparence sur les prix de vente, les marges des intermédiaires, et les coûts réels de production, pour rééquilibrer le marché de l’insuline et permettre l’accès de tous à ces traitements, en les rendant accessibles pour les budgets des systèmes de santé des pays les plus pauvres. L’urgence de mettre en place de telles mesures a été reconnue par les Etats membres de l’OMS dans le cadre de la résolution sur la transparence sur les marchés pharmaceutiques adoptée par l’Assemblée Mondiale de la Santé en mai 2019.

  • En appuyant l’augmentation du nombre de laboratoires produisant une insuline de qualité dans les régions en soutenant plus fortement les initiatives de production locale, notamment à travers le programme de préqualification de l’OMS sur l’insuline humaine.

[1] Besancon. S. Sachs. J. Almost 100 years after it was discovered, let’s make access to insulin a reality in Africa ! https://ideas4development.org/en/almost-100-years-after-it-was-discovered-lets-make-access-to-insulin-a-reality-in-africa

[2]Gotham D, Barber MJ, Hill A Production costs and potential prices for biosimilars of human insulin and insulin analogues BMJ Global

Health 2018;3:e000850.https://gh.bmj.com/content/3/5/e000850

[3] Kaufmann B, Boulle P, Berthou F, Fournier M, Beran D, Ciglenecki I, et al. (2021) Heat-stability study of various insulin types in tropical temperature conditions: New insights towards improving diabetes care. PLoS ONE 16(2): e0245372. https://doi.org/10.1371/journal.pone.0245372

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Extrême droite
Les « VIP » de Villepinte : l’extrême droite et la droite dure en rangs serrés
Parmi les invités du meeting de Villepinte, des responsables identitaires, des anciens d’Ordre nouveau et du Gud et des royalistes côtoient les cathos tradis de La Manif pour tous et les transfuges du RN et de LR. La mouvance identitaire s’apprête à jouer un rôle majeur dans la campagne.
par Karl Laske et Jacques Massey
Journal
Verlaine Djeni, le drôle d’« ami » de Marine Le Pen et Rachel Khan
La candidate du RN et l’écrivaine macroniste ont déjeuné ensemble au domicile de la première, en avril 2021. Les deux femmes ont été mises en relation par ce blogueur d’extrême droite, ancien militant LR, condamné pour détournement de fonds publics.
par Michel Deléan
Journal — Migrations
Un passeur algérien raconte son « business » florissant
En 2021, de nombreuses personnes ont tenté de quitter l’Algérie et rejoindre l’Europe par la mer, débarquant à Almeria, Carthagène ou aux Baléares. Dans le sud de l’Espagne, Mediapart s’est s’entretenu longuement avec un de ces « guides » qui déposent les « harraga » (exilés) en un aller-retour. 
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Et si nous avions des débats constructifs ?
La journée internationale de l'éducation de l'UNESCO, le 24 janvier, est l'occasion de rappeler que les savoirs et expertises de toutes et de tous sont essentiels pour nourrir les conversations démocratiques.
par marie-cecile naves
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
Le convivialisme, une force méta-politique
Vu d'ailleurs le convivialisme peut sembler chose bien étrange et hautement improbable. Parmi ses sympathisants, certains s'apprêtent à voter Mélenchon, d'autres Jadot, Taubira ou Hidalgo, d'autres encore Macron... Ce pluralisme atypique peut être interprété de bien des manières différentes. Les idées circulent, le convivialisme joue donc un rôle méta-politique. Par Alain Caillé.
par Les convivialistes
Billet de blog
Présidentielle : ouvrir la voie à une refondation de la République
La revendication d’une réforme institutionnelle s’est installée, de la droite à la gauche. Celle d’une 6° République est devenue un totem de presque toutes les formations de gauche à l’exception du PS. Ce qu’en a dit samedi Arnaud Montebourg rebat les cartes.
par Paul Alliès