Billet de blog 18 janv. 2021

«Passeports vaccination»: pourquoi c'est une fausse bonne idée

L'idée de passeports vaccination contre le COVID-19 fait débat. Elle permettrait selon ses promoteurs de soutenir le secteur du tourisme ou de la culture, en grande difficulté, et de faciliter l'adhésion au vaccin. Nous pensons que cette proposition est en l'état actuel inefficace, voire dangereuse.

PaulineLondeix
Access to medicines advocate - Movies - Work in progress
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Communiqué de presse - Observatoire de la transparence dans les politiques du médicament (OTMeds) - Lundi 18 janvier 2021

- Les vaccins aujourd'hui homologués protègent contre des formes graves du COVID-19 mais il n'est pas prouvé qu'ils empêchent une contamination. De plus, on en sait encore trop peu sur la durée de protection qu'ils accordent. Dès lors, les informations fournies aujourd'hui par un éventuel passeport vaccination ne garantiraient aucunement la sécurité sanitaire à l'égard d'une contamination. Les secteurs du tourisme ou de la culture doivent être soutenus, mais par des mesures fondées scientifiquement.

- La campagne de vaccination en France a démarré très lentement. Des pénuries de doses menacent son extension à moyen terme, y compris dans des pays où le démarrage a été plus rapide. Les protocoles définis dans les essais risquent de ne pas être respectés pour faire face à ces pénuries. Conditionner la circulation à un passeport vaccination alors que celle-ci n'est pas disponible n'est pas éthique. L'urgence doit être dans l'extension de la vaccination, pas dans des débats sur des mesures de prévention imaginaire.

- L'adhésion à la vaccination ne peut être créée par des mesures coercitives comme ces passeports. Elle se créée grâce la transparence autour des vaccins : accès public, dès le lancement des recherches, aux contrats passés avec les industriels, au montant des subventions publiques accordées, aux dépenses réelles des laboratoires, aux protocoles, aux résultats intermédiaires, etc. Elle se créée aussi en incluant tous les acteurs, notamment les experts en santé publique, dans l'élaboration des stratégies. Elle se renforce par la pédagogie, totalement absente en France. A l'inverse, des mesures coercitives vont renforcer la méfiance à l'égard des vaccins et les discours complotistes, et peuvent susciter des stratégies d'évitement

- A l'échelle mondiale, une telle mesure ne peut que renforcer les inégalités déjà criantes. Le 9 décembre, Amnesty International estimait que dans les pays pauvres, 9 personnes sur 10 n’auront pas accès aux vaccins du COVID-19 en 2021[1]. Les pays riches organisent la pénurie dans les pays pauvres. Représentant 14 % de la population mondiale, ils ont acheté 96% des doses de vaccins de Pfizer et BioNTech, et réservé 54% des vaccins les plus prometteurs[2]. Alors même que le droit à la santé est refusé aux habitants des pays pauvres, des passeports vaccinations imposeraient une entrave à la liberté de circulation aussi injuste qu'inefficace sur le plan sanitaire.

- Microsoft semble intéressé pour centraliser les données produites par une telle mesure. Alors que la CNIL et le Conseil d'État demandent déjà à la France de récupérer les Big Data en santé qu'elle a imprudemment hébergées chez cette entreprise (le fameux health data hub), il serait incompréhensible que des données personnelles produites par un dispositif par ailleurs non pertinent soient abritées par Microsoft.

[1] https://www.amnesty.org/fr/latest/news/2020/12/campaigners-warn-that-9-out-of-10-people-in-poor-countries-are-set-to-miss-out-on-covid-19-vaccine-next-year/

[2] Comme l'a rappelé le 9 décembre la coalition d’ONGs People’s Vaccine Alliance, la totalité des doses du vaccin Moderna et 96 % de celles de Pfizer BioNTech ont été acquises par les pays riches

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
par Bésot
Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis
Billet de blog
Destruction du soin psychique (2) : fugue
Comment déliter efficacement un service public de soins ? Rien de plus simple : grâce à l'utilisation intensive de techniques managériales, grâce à l'imposition d'un langage disruptif et de procédures conformes, vous pourrez rapidement sacrifier, dépecer, puis privatiser les parties rentables pour le plus grand bonheur de vos amis à but lucratif. En avant toute pour le profit !
par Dr BB
Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire