Billet de blog 21 mars 2020

COVID-19/dépistage: réaction aux annonces du ministre de la santé

Le report d'un dépistage massif à la levée du confinement est irresponsable, alors que des solutions existent pour sa mise en place à court terme. Par son incompétence, le gouvernement a pris un retard incompréhensible et entend encore retarder la mise en place des recommandations de l'OMS. Les errements du gouvernement Philippe nous mettent en danger.

PaulineLondeix
Access to medicines advocate - Movies - Work in progress
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le report d'un dépistage massif à la levée du confinement est irresponsable, alors que des solutions existent pour sa mise en place à court terme. Par son incompétence, le gouvernement a pris un retard incompréhensible et entend encore retarder la mise en place des recommandations de l'OMS. L'exemple de l'Etat de New York, de la Corée du Sud ou de l'Allemagne montre que le dépistage massif est possible, maintenant, et efficace. Les errements du gouvernement Philippe nous mettent en danger.

 Un retard incompréhensible

Depuis la première annonce présidentielle, le jeudi 12 mars, et alors même qu'une offre de dépistage massive et variée aurait pu et dû être mise en place un mois plus tôt, nous n'avons eu de cesse d'alerter le gouvernement, et Olivier Véran en particulier, sur la nécessité d'un dépistage étendu.

Pendant 10 jours, le gouvernement a refusé de nous écouter. Un conseiller d'Olivier Véran nous traitait le week-end dernier d'irresponsables. Jeudi 19 mars encore, le premier ministre déroulait une "doctrine" qui ne s'appuyait sur aucune source scientifique, consistant à nier l'intérêt d'un dépistage étendu.

En réalité, le gouvernement a cherché à faire passer pour une "doctrine" médicale ce qui n'est qu'un choix contraint par la capacité réduite de dépister[1]. Or, cette restriction n'a rien de fatal, et nous ne cessons de rappeler que des mesures d'urgence pour étendre cette capacité sont possibles, pour peu qu'on se pose les bonnes questions[2].

 Un changement que l'on doit à l'intervention militante

 Nous prenons acte que la "doctrine" présentée jeudi par le chef du gouvernement change enfin et s'appuie sur les propos du directeur général de l'OMS que nous ne cessons de citer depuis lundi dernier. C'est la preuve que ce gouvernement ne peut rien faire de correct sans la société civile et les militants. 

© deputee_obono



Il serait donc irresponsable de ne pas les inclure dans les consultations et décisions liées à l'état d'urgence sanitaire et au combat contre la pandémie. C'est pourtant précisément ce que viennent de faire la majorité et le gouvernement en s'opposant à des amendements sur le sujet.

Un nouveau report irresponsable

 Il est incompréhensible que le dépistage ne soit étendu que dans quelques semaines, à la levée du confinement. Dès maintenant, les personnes qui ne peuvent télé-travailler en ont besoin : les soignants, bien sûr, qui ne sont pas toujours dépistés[3], l'ensemble du personnel travaillant dans les hôpitaux, notamment pour le ménage, mais aussi les éboueurs, les caissières, les aides à domicile, les livreurs, les postiers, les commerçants ouverts, les membres de la réserve sanitaire, les enseignants volontaires, etc.

Et même pour les personnes confinées, le dépistage est indispensable, pour une prise en charge précoce, pour renforcer l'isolement au sein d'un foyer d'une personne ayant le virus, sans symptôme. 

Des exemples probants

 Un dépistage étendu semble être lié à un contrôle de l'épidémie ou une réduction de la mortalité liée au virus. La Corée du Sud ou l'Allemagne le montre. Le gouverneur de l'état de New York annonce un plan ambitieux de dépistage :

© nygovcuomo

Pour quelles raisons, ce gouvernement n'arriverait-il pas à faire de même ? Maintenant.

[1]Les restrictions actuelles du dépistage semblent avant tout liées au manque de personnel, aux manques de plateformes ouvertes, à l'absence de production locale publique de réactifs et matière première de réactifs, depuis de nombreuses années, à une domination du marché par trois géants pharmaceutiques que les gouvernements n'ont jamais tenté de réguler, à un manque de transparence sur les prix et sur les produits de santé et diagnostics utilisés.

[2]* Pourquoi l'Allemagne a-t-elle elle pu pratiquer un dépistage massif si elle aussi dépendait des États-Unis et de la Chine ? C'est bien qu'il existe des sources d'approvisionnement (qui permettent de n’importer aucun composant de Chine et des Etats-Unis), notamment en Europe, ce que nous indique des producteurs de réactifs français que nous avons contactés.

      * S’il se révélait impossible de produire ces composants sur le sol français, alors pourquoi ne les importons-nous pas d'Allemagne ou des autres pays européens producteurs ?

      * La France a sur son territoire un des leaders du secteur, Biomérieux. Il semble improbable que Biomérieux n’ait pas les capacités de production nécessaires, y compris pour obtenir ces composants. Pourquoi ne pas réquisitionner les moyens de production existants en France pour produire ces composants ?

      * Concernant le manque de personnel, pourquoi ne pas répondre au syndicat des biologistes, regroupant les professionnels libéraux, qui proposent ses services

[3]Selon sa "doctrine" présentée jeudi, le premier ministre recommandaient de ne dépister que les soignants présentant des symptômes. Laissant les autres, éventuellement infectés mais sans symptômes, représenter un risque de contamination pour tous les malades hospitalisés...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
Affaire Darty : cinq mises en examen pour blanchiment et association de malfaiteurs
En juillet 2021, Mediapart révélait un système d’encaissement illégal d’argent liquide au sein du groupe Fnac-Darty. Depuis, quatre directeurs de magasins Darty et un directeur régional ont été mis en examen. Selon de nouveaux documents et témoignages, de nombreux cadres dirigeants du groupe auraient eu connaissance de ces opérations réalisées dans toute la France, au-dessus des seuils légaux. 
par Nicolas Vescovacci
Journal — Maghreb
En Libye, l’impasse politique provoque la colère sociale
Un an et demi après le cessez-le-feu, le pays est bloqué, à nouveau divisé entre le camp du maréchal Haftar, à l’est, et le gouvernement reconnu par l’ONU, à l’ouest. À l’instabilité politique s’ajoute une crise sociale alarmante.
par Ariane Lavrilleux
Journal — Éducation
Au Burundi, un proviseur français accusé de harcèlement reste en poste
Accusé de harcèlement, de sexisme et de recours à la prostitution, le proviseur de l’école française de Bujumbura est toujours en poste, malgré de nombreuses alertes à l’ambassade de France et au ministère des affaires étrangères.
par Justine Brabant
Journal — Europe
L’Ukraine profite de la guerre pour accélérer les réformes ultralibérales
Quatre mois après le début de l’invasion, l’économie ukrainienne est en ruine. Ce qui n’empêche pas le gouvernement de procéder à une destruction méthodique du code du travail.
par Laurent Geslin

La sélection du Club

Billet d’édition
Le purgatoire de grand-père
Dès les premiers instants au camp de Saint-Maurice-l’ardoise, grand-père s’isola. Près des barbelés, les yeux rivés vers l’horizon. Il se rappelait l’enfer. La barbarie dont il avait été témoin. Il avait vu le pire grand-père. La mort qui l’avait frôlé de si peu. Ils avaient tous survécu. Ses enfants, son épouse et lui étaient vivants. Ils étaient ensemble, réunis. C’était déjà un miracle.
par Sophia petite-fille de Harkis
Billet d’édition
La révolution, le martyr et l’avenir
Comme toute chose périssable, une Révolution peut-elle vieillir ? Au rendez-vous des célébrations décennales, elle est convoquée au gré des humeurs présentes. La Révolution se met à la table des incertitudes du moment, quand elle n’est pas mobilisée en morphine mémorielle afin d’endormir les espérances d’émancipation encore vivaces.
par Amine K.
Billet de blog
Abd el Kader au Mucem : une vision coloniale de l'Émir
La grande exposition de l'été du Mucem est consacrée à Abd el Kader, grand résistant algérien à l’invasion coloniale. On pourrait y voir le signe d'une avancée dans la reconnaissance du caractère illégitime de l'entreprise coloniale. Il n'en est rien. Derrière une beauté formelle se dissimule la même vision coloniale du « bon » rebelle Algérien, à l'opposé des « mauvais fellaghas » de 1954.
par Pierre Daum
Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
[Rediffusion] Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison