L’Observatoire décerne deux prix de la transparence pour 2019

Les Prix de la transparence dans les politiques du médicament sont décernés en reconnaissance d'actions qui ont contribué à la mise en œuvre de la transparence dans les politiques du médicament et des produits de santé. Les prix pour 2019 ont été attribués à deux personnes pour leur contribution exceptionnelle à l'échelle française nationale et à l'échelle internationale.

transparency-award-logo

L’Observatoire (OTMeds) décerne deux prix de la transparence dans les politiques du médicament pour 2019

Communiqué de presse -  Pour diffusion immédiate - mercredi 26 février 2020


Les Prix de la transparence dans les politiques du médicament sont décernés en reconnaissance d'actions qui ont contribué à la mise en œuvre de la transparence dans les politiques du médicament et des produits de santé, en particulier celle liée aux questions des prix et du financement de la recherche et du développement (R&D). Les prix pour 2019 ont été attribués à deux personnes pour leur contribution exceptionnelle à l'échelle française nationale et à l'échelle internationale.


Pourquoi la transparence dans les politiques du médicament est-elle essentielle?

La transparence est primordiale pour garantir l'accès aux médicaments essentiels, et pour la pérennité des systèmes de santé. Elle est particulièrement importante pour permettre une prise de décisions réfléchie et éclairée qui garantisse l'accès aux médicaments pour tous, un droit humain fondamental. La communauté scientifique et médicale s'est accordée lors de la dernière Assemblée mondiale de la santé (AMS) pour reconnaitre qu'il existait de nombreux manques dans les informations disponibles sur l'ensemble du circuit du médicament, de la recherche et développement (R&D), aux dépenses et résultats des essais cliniques, des contributions publiques en activités de R&D, jusqu'aux éléments qui définissent le prix final des produits de santé. Même les informations sur les prix réels facturés pour un même produit dans différents pays demeure inconnu du public et des payeurs institutionnels, ce qui existe seulement dans le secteur pharmaceutique.

De plus, on constate que les prix des derniers traitements mis sur le marché par les firmes pharmaceutiques s'envolent, excédant parfois les millions d'euros par traitement. Ces prix très élevés constituent des entraves à l'accès aux médicaments et menacent des systèmes de santé solidaires comme en France.

En France, depuis plus d'un an, les professionnels de santé dans les hôpitaux et les services d'urgences sont mobilisés pour dénoncer leurs conditions de travail : manque de personnel, fermetures d'hôpitaux publics dans tout le pays, manque d'équipement et de matériel de base pour réaliser les soins ou même simplement pour garantir la sécurité des personnes. Parallèlement, des centaines de millions d'euros sont rabotés dans le budget des hôpitaux. Mais la légitimité des prix des médicaments n'est, elle, jamais remise en question.

Il est ainsi vital que les autorités publiques disposent de toutes les informations possibles pour déterminer quels acteurs ont contribué à quelle hauteur à la recherche et au développement (R&D) des produits de santé de façon à en évaluer la légitimité, à assurer la pérennité de systèmes de santé solidaires et assurer l'accès aux soins à travers le monde.

Les personnes récompensées

Nous décernons le prix 2019 de la transparence « international » à Luca Li Bassi, ancien directeur général de l’agence italienne du médicament (AIFA), pour avoir présidé les négociations de la résolution historique sur « la transparence des marchés de médicaments, de vaccins et d’autres produits sanitaires» lors de la soixante-douzième Assemblée mondiale de la santé en mai dernier.

Luca Li Bassi a par ailleurs contribué à l’élaboration d’un décret pour améliorer la transparence en Italie depuis, déjà signé par les ministres concernés (ministre de la santé et ministre des finances), et qui n’attend plus que d’être publié dans la gazette nationale officielle. Cela fera de l’Italie l’un des premiers pays à mettre en œuvre la résolution qu’elle a portée à l’AMS 72, aux côtés de quelques autres pays  « co-sponsors ». Retrouvez notre vidéo sur Luca Li Bassi à ce lien.

Nous remettons le prix 2019 de la transparence pour la France à Caroline Fiat, députée de la France Insoumise, qui a défendu avec d’autres députés et sénateurs des amendements sur la transparence dans le cadre du projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2020, et dont l’un des amendements proposés a été adopté.

Caroline Fiat continue de mener ce combat depuis que le Conseil constitutionnel a annulé la mesure, notamment par des questions publiques posées aux ministres de la santé. Son engagement autour de ces amendements, portés dans le cadre de ce projet de loi et l’adoption de l’un d’entre eux, portant sur le sujet essentiel du montant des contributions publiques à la recherche, est un exemple unique au monde, à ce jour, de la mise en œuvre de la résolution de l’AMS 72 dans un cadre législatif dans un pays. Retrouvez notre vidéo sur Caroline Fiat à ce lien.

img-5824

img-5934

Pourquoi des Prix ?

Les avancées majeures des politiques de santé ne peuvent uniquement être attribuées à des individus isolés. Mais il nous paraît essentiel de saluer des actions individuelles courageuses, dans un contexte mondial où la démocratie est mise à mal par le pouvoir de plus en plus grand des multinationales et d’un secteur privé déconnecté de l’intérêt général et de plus en plus puissant. Il nous semble tout aussi nécessaire de valoriser les personnes occupant des postes institutionnels et à l’origine d’initiatives essentielles.

Les actions de Luca Li Bassi et de Caroline Fiat montrent qu’il est possible d’agir à différents niveaux. Membres de la société civile, députés ou haut fonctionnaires, des actions politiques essentielles peuvent être menées à différents niveaux et par de très nombreux et différents acteurs. La vie démocratique a besoin de telles actions fortes, courageuses et concrètes de la part de divers acteurs, et ne peut se contenter de prises de position tièdes. Les urgences sanitaires, climatiques, environnementales, sociales que nous traversons, montrent que les actions ne peuvent être constamment repoussées et qu’elles peuvent et doivent être mises en œuvre le plus tôt possible.

Nous saluons le fait que ces deux personnalités n’ont cessé de penser au sens de leur engagement en faveur de la transparence. M. Li Bassi, en faveur notamment de l’accès aux traitements dans les pays du Sud, et également en Italie où il est l’un des auteurs du décret de mise en œuvre de la résolution en août 2019. Mme Caroline Fiat pour avoir fait notamment le lien avec le combat en faveur des personnels soignants et pour la sauvegarde de l’hôpital public, et pour que les laboratoires responsables dans le scandale de la Dépakine rendent des comptes.

Nous tenons à saluer, pour le volet international, l’ensemble des pays co-sponsors de la résolution sur « la transparence des marchés de médicaments, de vaccins et d’autres produits sanitaires dans le but d’élargir l’accès » qui ont fait face pendant plusieurs semaines à la pression de différents pays dont les gouvernements se sont farouchement opposés à la transparence. Aux côtés de Luca Li Bassi, nous saluons Lenias Hwenda, représentante du Zimbabwe et vice-présidente du groupe de négociation.  

Pour la France, nous saluons également le soutien appuyé des députés François Ruffin (La France insoumise) et Adrien Quatennens (La France insoumise), ainsi que Pierre Dharréville (groupe de la gauche démocrate et républicaine), Caroline Janvier (La République en Marche), ainsi que de la sénatrice Laurence Cohen (groupe communiste Républicain Citoyen et Écologiste). S’ajoutent à la liste, entre autres, Ugo Bernalicis (la France insoumise), Jean-Hugues Ratenon (La France insoumise), Josiane Corneloup (Les Républicains) et M. Joël Aviragnet (Groupe des socialistes et apparentés).

Nous aurions souhaité remettre un prix à l’actuel ministre de la santé Olivier Véran (La République en Marche) pour avoir été le co-auteur d’un amendement sur la transparence avec Caroline Janvier et Caroline Fiat, mais son rejet de l’ensemble des amendements portant sur la transparence en première lecture a amené le Conseil constitutionnel à censurer l’amendement qu’il avait co-écrit. Depuis, l’actuel ministre de la santé n’a jamais plus communiqué pour réaffirmer son soutien au texte censuré. Mais nous espérons pouvoir lui remettre ce prix à l’avenir.



Prix de la Transparence dans les Politiques du Médicament 2019 international

À : M. Luca Li Bassi

Ancien Directeur général de l’agence italienne du médicament (AIFA) et président du groupe de négociations de la résolution sur la transparence à l’AMS 72

vis-llb-eg


Nous décernons le prix 2019 de la transparence « international » à Luca Li Bassi, ancien directeur général de l’agence italienne du médicament (AIFA), pour avoir présidé les négociations de la résolution historique sur « la transparence des marchés de médicaments, de vaccins et d’autres produits sanitaires» lors de la soixante-douzième Assemblée mondiale de la santé en mai dernier. Depuis, Luca Li Bassi a par ailleurs contribué à l’élaboration d’un décret pour améliorer la transparence en Italie, déjà signé par les ministres concernés (ministre de la santé et ministre des finances), et qui n’attend plus que d’être publié dans la gazette nationale officielle. Cela fera de l’Italie l’un des premiers pays à mettre en œuvre la résolution qu’elle a portée à l’AMS 72, aux côtés de quelques autres pays « co-sponsors ».

Médecin de formation, Luca Li Bassi travaille dans le domaine de la santé publique depuis 25 ans, notamment en Australie, Asie, Europe et Afrique, et a occupé différents postes dans les secteurs publics et privés, a travaillé pour différents gouvernements, organisations internationales et multilatérales, des ONG et des institutions de recherches et académiques. Il a notamment travaillé à l’agence de gestion pharmaceutique en Nouvelle-Zélande, au Fonds Mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, à l’agence internationale de l’énergie atomique, et plus récemment comme directeur général de l’Agence italienne du médicament (AIFA).

Transparency Award 2019 - Luca Li Bassi © Observatoire Transparence Médicaments


Prix de la Transparence dans les Politiques du Médicament 2019 France

À : Mme Caroline Fiat

Députée française (La France insoumise)

vis-cf-fr


Nous remettons le prix 2019 de la transparence à un niveau national à Caroline Fiat, députée de la France Insoumise, qui a défendu avec d’autres députés et sénateurs des amendements sur la transparence dans le cadre du projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2020, et dont l’un des amendements proposés a été adopté, et qui poursuit ce combat depuis que le Conseil constitutionnel a annulé la mesure. La bataille autour de ces amendements, portés dans le cadre de ce projet de l’adoption et l’adoption de l’un d’entre eux, est un exemple unique au monde, à ce jour, de la mise en œuvre de la résolution de l’AMS 72 dans un cadre législatif.


Députée de Meurthe et Moselle depuis 2017, Caroline Fiat est députée de La France insoumise, adhérente à la Gauche Républicaine et Socialiste et et anciennement membre du Parti communiste français. Avant son élection, elle travaillait de nuit, en vacation dans des EHPAD (établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes). Première aide-soignante à entrer à l’Assemblée, elle siège à la commission des Affaires sociales. Ses combats portent prioritairement sur les thématiques de santé que ce soit dans l’Hémicycle ou sur le terrain comme en témoignent ses nombreuses interventions et les rapports parlementaires qu’elle a rendus sur la situation dans les EHPADs, la psychiatrie, l’AME (aide médicale d’Etat), le scandale de la Dépakine, ou encore sa proposition de loi sur l’euthanasie et la fin de vie.

Transparency Award / Prix transparence 2019 - Caroline Fiat © Observatoire Transparence Médicaments

----

A propos du Prix de la transparence dans les politiques du médicament: Ce prix sera décerné chaque année, à partir de 2019, par l’Observatoire de la transparence dans les politiques du médicament. Si vous souhaitez rapporter une action menée dans votre pays sur la transparence, envoyez-nous des informations à l’adresse : awards [at] transparencemedicaments.net


 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.