COVID-19: Interpellation du gouvernement sur les risques de ruptures de médicaments

Alerté.es par plusieurs responsables de services hospitaliers parisiens, qui évoquent la diminution inquiétante des stocks de certains médicaments, nous avons interpellé hier le gouvernement, ainsi que Jean-François Delfraissy et Jérôme Salomon, pour qu'ils détaillent leur action pour anticiper de probables pénuries. Il devient crucial et urgent qu’ils nous répondent.

Communiqué de presse – Observatoire de la transparence dans les politiques du médicament –  vendredi 27 mars 2020 

Interpellation du gouvernement sur la disponibilité de médicaments et risques de ruptures et pénuries 

cp-270320

 

Nous avons été contacté-es par plusieurs responsables de services hospitaliers parisiens, qui évoquent la diminution inquiétante des stocks de certains médicaments importants dans la prise en charge des personnes en réanimation ou pour soulager des douleurs importantes. L'Organisation mondiale de la santé reçoit des alertes sur de possibles ruptures de stock dans de nombreux pays. Hier, le journal Le Monde publiait un article dans ce sens : « Des stocks de médicaments sous tension dans les services de réanimation ».

Hier, dans un courrier, nous avons interpellé le gouvernement, mais aussi le président du conseil scientifique Jean-François Delfraissy et le directeur général de la santé Jérôme Salomon, pour qu'ils détaillent l'action qui est menée pour anticiper de probables pénuries. Nous leur avons notamment demandé si des moyens sont recensés au niveau national pour voir quelle ligne de production de médicament pourrait être utilisée ou réquisitionnée pour réorienter au plus vite la production vers ces médicaments de première nécessité dont nous allons manquer. Car chaque jour compte, notamment dans la mesure où la demande mondiale pour ces médicaments est en train d’exploser.

Nous n'avons toujours pas de réponses.

Nous avions alerté dès juillet dernier et l'annonce d'un plan dédié par Mme Agnès Buzyn sur l'insuffisance des mesures proposées par le gouvernement contre les pénuries de médicaments, ainsi que sur le manque de transparence quant à l’origine de la matière première. Nous avions souligné l’importance de lister l’origine de la matière première pour anticiper ce type de rupture.

L'exemple du manque de matières premières pour les réactifs du dépistage montre que nos alertes n'ont pas été prises au sérieux, avec pour conséquence de retarder dramatiquement l'extension du dépistage recommandée par l'Organisation mondiale de la santé. De même, les manques de matériel de prévention ont révélé des dysfonctionnements majeurs dans la réponse à la crise autant que les failles des politiques de santé menées depuis vingt ans.

Nous espérons qu'il n'en sera pas de même pour cette alerte et que le silence du gouvernement à nos questions est le signe qu'il est au travail pour éviter ces pénuries. Nous l'appelons à rompre ce silence : seule une communication transparente sur ce qu'il fait peut éviter la panique face à une situation angoissante pour les patient-es et leur famille.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.