Billet de blog 30 avr. 2021

Teva/Vaccins COVID: les multinationales limitent l'accès et le droit à la santé

"L'exemple de Teva le prouve: la capacité de production est là, mais elle ne peut être mise à contribution du fait des barrières posées par les brevets, de logiques dogmatiques alors qu'il faudrait faire preuve de pragmatisme pour répondre au mieux à la pandémie. Il s'agit de notre santé, de notre argent ; ce sont nos vaccins."

PaulineLondeix
Access to medicines advocate - Movies - Work in progress
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Communiqué de presse – 30 avril 2021

Observatoire de la transparence dans les politiques du médicament (OTMeds) 

Un des plus grands producteurs de génériques, le laboratoire Teva, dispose de capacités pour finaliser la production de vaccins contre le COVID-19, une étape nécessitant une lourde logistique. Pourtant, selon son chef exécutif interrogé le 28 avril par le Financial Times, les laboratoires qui détiennent les brevets ont refusé un accord de sous-traitance avec ce producteur de génériques alors même que la contribution de celui-ci permettrait d'augmenter massivement les quantités de vaccins disponibles.

Le droit à la santé est un droit universel qui doit être effectif. La pénurie mondiale de vaccins et l'inégale répartition des doses entre pays riches et pays pauvres compromettent toute réponse globale à la pandémie, contribuent à sacrifier des vies qui pourraient être sauvées et favorisent les mutations du virus sous des formes qui pourraient devenir résistantes aux vaccins.  Pourtant, les dirigeants politiques des pays riches refusent de tout faire pour augmenter la capacité de production. L'exemple de Teva le prouve : la capacité de production est là, mais elle ne peut être mise à contribution du fait des barrières posées par les brevets, de logiques dogmatiques alors qu'il faudrait faire preuve de pragmatisme pour répondre au mieux à la pandémie. La légitimité de ces brevets est pourtant plus que questionnable puisque ces vaccins doivent tout à la recherche et l'argent publics et aux risques financiers pris par les États. Il s'agit de notre santé, de notre argent ; ce sont nos vaccins.

Depuis 8 mois, les pays riches s'opposent à l'exercice d'un droit inscrit dans le cadre des accords de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) sur la propriété intellectuelle : la levée des brevets, demandée notamment par l'Inde et l'Afrique du sud. Une telle mesure permettrait pourtant aux technologies de circuler plus rapidement et aux laboratoires qui ont la capacité de production, comme Teva, d'apporter leur contribution pour surmonter la pénurie mondiale, permettre l'exercice du droit à la santé et sauver des vies. Elle permettrait aussi de réduire les prix des vaccins.

Il est vraisemblable que ces entreprises de princeps aient refusé la proposition de Teva par peur qu'un accès aux technologies permette à ce génériqueur de leur faire concurrence sur tous les vaccins à ARN messagers dans les prochaines années. Alors qu'il faudrait prendre des décisions fortes en matière de santé publique, plutôt que de sauver des vies, les dirigeant-es des pays riches laissent les multinationales entretenir une pénurie mondiale pour des raisons de stratégies commerciales. La levée des brevets permettrait que l'urgence sanitaire, le droit à la santé et sauver des vies passent avant ces calculs financiers. Limiter l'accès aux vaccins, alors que leur recherche et leur développement ont été financés par l'argent public des Etats est profondément inéthique, et irresponsable en matière de réponse à la pandémie. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Politique
À l’approche de « l’élection reine », le vote bousculé
Au fil des scrutins, il semble de plus en plus difficile d’y voir clair dans les comportements électoraux. Deux ouvrages s’attaquent au problème sur des bases simples : comprendre et réhabiliter les absents des urnes et ajouter la loupe des histoires individuelles.
par Mathilde Goanec
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française