La Cimade
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Traversées

Suivi par 13 abonnés

Billet de blog 15 nov. 2012

« Nous les militants sommes empêtrés dans notre présent, dans notre réalité, l’artiste lui, nous emmène ailleurs… »

La Cimade
Association de solidarité active avec les migrants
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Rencontre avec Marie Mortier, coordinatrice du festival migrant’scène.

  • Vous avez lancé l’édition 2012 du festival migrant’scène, lundi 12 novembre, par une soirée intitulée « les nouveaux guerriers de l’imaginaire », pourquoi ce titre ?

Le festival migrant’scène est organisé par La Cimade depuis cinq ans dans toute la France et depuis 1999 dans le Sud Ouest. L’idée de cette soirée était un peu, pour nous, d’interroger cette expérience et d’en débattre avec le public. Comment La Cimade, une association de solidarité avec les personnes migrantes, qui utilise essentiellement l’arme juridique depuis les années 80, peut travailler avec des artistes pour faire bouger les lignes politiques de nos imaginaires, pour faire évoluer profondément les représentations ? Je suis convaincue, que nous militants, nous avons besoin des artistes qui inventent de nouvelles visions, de nouvelles représentations, que nous devons batailler ensemble. 

  • Justement, vous avez présenté le roman de Laurent Gaudé, Eldorado, comme une source d’inspiration pour l’édition 2012 du festival qui a pour thème les traversées. Vous n’avez pas assez de la réalité des permanences de La Cimade pour vous inspirer ? 

Oui. C’est une bonne question. En fait, un roman comme Eldorado nous sort de l’immédiateté de notre combat. Nous militants, sommes collés à la réalité, empêtrés dans le présent. Or ce roman nous emmène ailleurs, touche le sensible, l’imaginaire. On voit alors les migrants différemment, avec leurs désirs, leurs rêves, leurs peurs…on écoute différemment le récit de leurs traversées. En fait, je crois, et Laurent Gaudé l’a souligné aussi lors de ce débat, que ce qui peut réunir l’artiste et le militant c’est une certaine responsabilité face au monde. Chacun agit parcequ’il se sent responsable de dire ou de dénoncer. Mais quand le militant agit dans un temps court, pour faire évoluer une situation, ici et maintenant, l’artiste, lui, travaille dans une temporalité longue. Il déplie des sens et des représentations sans savoir ce qui va se passer, le temps que cela va mettre…

  • Comment avez-vous choisi la programmation de cette édition 2012 ?

D’abord, le public a besoin d’informations. On entend beaucoup parler d’immigration, mais finalement on sait peu de choses, qu’est ce que l’exil, quel rôle joue l’Union européenne, qu’est ce qui se passe à Mayotte ? Surtout avec le festival, on cherche à dépasser les stéréotypes, or sur les traversées des migrants, il y a en tant ! Pourquoi par exemple aujourd’hui on ne parle plus de boat-people mais de clandestins ? Pour réfléchir à tout cela, on a choisi de raconter ce qui se passe en Méditerranée, frontière maritime nord-sud par excellence mais aussi par exemple ce qui se passe dans le canal du Mozambique entre les Comores et Mayotte, département français. 

Et pour ça, nous avons travaillé avec des artistes au langage différents. Il y a eu des créations plastiques, photographiques, de spectacle vivant…L’idée est de présenter des œuvres artistiques originales qui ont été créées en dialogue avec La Cimade. 

Enfin, nous présentons une programmation cinématographique très riche. Car ces dernières années, le cinéma s’est emparé de ce thème des traversées. C’est en effet un thème très fort, l’imaginaire de la mer, du voyage, de la liberté, les questions universelles de la solidarité en mer, de l’homme face aux éléments etc. 

La soirée de lancement du festival en photos sur facebook
Toute la programmation, ville par ville, sur le site du festival

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait
Journal — Asie
« Une grande purge est en cours »
Le militant hongkongais Au Loong-Yu réside temporairement à Londres, alors que sa ville, région semi-autonome de la Chine, subit une vaste répression. Auteur de « Hong Kong en révolte », un ouvrage sur les mobilisations démocratiques de 2019, cet auteur marxiste est sévère avec ceux qui célèbrent le régime totalitaire de Pékin. 
par François Bougon
Journal — France
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
Face à Mediapart : Fabien Roussel, candidat du PCF à la présidentielle
Ce soir, un invité face à la rédaction de Mediapart : Fabien Roussel, candidat du Parti communiste français à la présidentielle. Et le reportage de Sarah Brethes et Nassim Gomri auprès de proches des personnes disparues lors du naufrage au large de Calais.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa
Billet de blog
1er décembre 1984 -1er décembre 2021 : un retour en arrière
Il y a 37 ans, le drapeau Kanaky, symbole du peuple kanak et de sa lutte, était levé par Jean-Marie Tjibaou pour la première fois avec la constitution du gouvernement provisoire du FLNKS. Aujourd'hui, par l'entêtement du gouvernement français, un référendum sans le peuple premier et les indépendantistes va se tenir le 12 décembre…
par Aisdpk Kanaky
Billet de blog
Pourquoi ne veulent-ils pas lâcher la Kanaky - Nouvelle Calédonie ?
Dans quelques jours aura lieu, malgré la non-participation du peuple kanak, de la plupart des membres des autres communautés océaniennes et même d'une partie des caldoches. le référendum de sortie des accords de Nouméa. Autant dire que ce référendum n'a aucun sens et qu'il sera nul et non avenu.
par alaincastan
Billet de blog
Lettre ouverte à Sébastien Lecornu, Ministre des Outre mer
La Nouvelle-Calédonie connaît depuis le 6 septembre une dissémination très rapide du virus qui a provoqué, à ce jour, plus de 270 décès dont une majorité océanienne et en particulier kanak. Dans ce contexte le FLNKS demande le report de la consultation référendaire sur l'accession à la pleine souveraineté, fixée par le gouvernement au 12 décembre 2021.
par ISABELLE MERLE