mot de passe oublié
1 euro 15 jours

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Accédez à l'intégralité du site en illimité, sur ordinateur, tablette et mobile à partir d'1€.

Je m'abonne
Le Club de Mediapart mar. 27 sept. 2016 27/9/2016 Édition de la mi-journée

Se mouiller

Pour le festival migrant'scène, l'artiste et photogrape Loutre-Barbier a réalisé l'exposition photographique Ressac pour montrer que d’une traversée physique et existentielle – comme celles que vivent les migrants et les boat-people – on ne sèche pas. L’âme reste à jamais trempée.

La démarche de ce projet est double: s'il s'agit d'un travail de production photographique, la réalisation implique le sujet, celle ou celui qui se mouille, dans une performance: une expérience unique et éphémère, insolite. L’expérience de la différence dans le lieu normé.

Des nombreux naufrages dont l'écho nous parvient sous forme de brèves, Loutre-Barbier dit que ce sont autant de douches froides. Les images de l'exposition réalisées, elle a souhaité poursuivre la performance. Dans les rues de Lyon cet été, puis sur les lieux du festival cet automne, elle a proposé à des personnes de se mouiller devant son appareil. Pour matérialiser ces douches et ralentir le processus de sêchage...

Voir l'album sur la page facebook du festival.

75252_390329251044985_162632668_n.jpg

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Les commentaires sont réservés aux abonnés.

Construisez l'indépendance de Mediapart

onze euros par mois

Souscrivez à notre offre d'abonnement à 11€/mois et téléchargez notre application mobile.
Je m'abonne

L'auteur

La Cimade

Association de solidarité active avec les migrants
Paris

L'édition

suivi par 13 abonnés

Traversées

  • 1 rédacteur
  • Rédacteur en chef : La Cimade
À propos de l'édition

Vous rappelez vous des 6, 7, 8 septembre 2012? Trois jours.Vous rappelez vous qu'en trois jours, on a compté 3 naufrages successifs d'embarcation de migrants, au large d’Izmir, de Mayotte et de Lampedusa,

et que plus de 140 personnes y ont trouvé la mort ?

Les morts migrants en mer sont devenu une triste et régulière actualité.

Pourtant, la mer, même démontée, n’est pas la responsable de ces morts, qui ces dernières années se comptent par milliers. Ce sont nos politiques d’immigration qu’il faut questionner, refonder. La Cimade, association de solidarité avec les migrants, cherche à ouvrir le combat des imaginaires. Du 15 novembre au 2 décembre 2012, migrant’scène invite chacun et chacune à baisser le son des journaux télévisés pour se plonger dans des romans, des films et des spectacles qui tissent d’autres regards sur les migrations.

Vous trouverez sur cette édition quelques sons, textes et images: un avant goût de ces deux semaines de rencontres, découvertes et débats…