Billet de blog 6 sept. 2011

Au sortir du labyrinthe : Lessen, entre tendresse et dénonciation

Ainsi donc s'achève ce Roman du réseau qui aura tenu ses lecteurs en haleine durant un trop bref été. Et voici venu le temps où chacun d'entre eux, au sortir d'un texte savamment labyrinthique, réfléchit, s'interroge.De tous ces fils enchevêtrés, quelles images, quels visages, quelles histoires émergent et pourquoi ?

jeannine guichardet
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© Béatrice Turquand d'Auzay

Ainsi donc s'achève ce Roman du réseau qui aura tenu ses lecteurs en haleine durant un trop bref été. Et voici venu le temps où chacun d'entre eux, au sortir d'un texte savamment labyrinthique, réfléchit, s'interroge.

De tous ces fils enchevêtrés, quelles images, quels visages, quelles histoires émergent et pourquoi ?

Pour moi, nul doute : c'est le personnage de Lessen qui tient autour de lui l'ordre/désordre des années et des mondes réels ou virtuels de tous ceux qui gravitent autour de Névo. Mieux que cet énigmatique Maître du Jeu il a sa place au sommet d'un triangle (hommage au mathématicien !) symbole des trois âges de la vie. À la base, Ida en sa maturité, Névo en son déclin et tout en haut, lui, Lessen, en sa séduisante jeunesse. Et bien sûr, au centre, tel celui de Dieu le Père, l'œil de la toute-puissante romancière dont le subtil ouvrage nous invite à contempler la destinée humaine, « l'Amour, la Mort, la Vie », à travers le prisme d'imaginaires vies de rechange qui pourraient être les nôtres.

Or, parmi tous ces faux-semblants, Lessen apparaît en son exigence de vérité, comme une sorte d'archange terrassant tous les dragons du mensonge.

Plus que tous les autres personnages qui participent à son initiation, il oblige le lecteur à sortir d'un certain confort intellectuel. Son pouvoir de dénonciation d'une société aliénatrice où règne le prêt-à-penser invite à bien des remises en perspective. Refusant la prédestination sociale et les identités d'emprunt, les jeux de rôle pervers, il est celui qui déstabilise. Jusqu'à Névo qui s'est cru maître d'un jeu qui, en fin de compte, lui échappe.

Et puis, et ce n'est pas négligeable, on lui doit les rares moments de bonheur et de tendresse qui ponctuent le roman : évocation d'un heureux souvenir d'enfance entre ses parents, envol à deux lors d'un voyage vers de lointains horizons, main de Névo paternellement, amoureusement posée sur la sienne, autant d'images dont la troublante grâce émeut.

Lessen appartient à la race de ceux qui, à l'instar du poète, rêvent de « changer la vie » et l'on aimerait le voir à l'œuvre, auréolé de tous ses prestiges dans un futur roman, prolongement de celui-ci. Roman-miroir de toute Vanité. Alors, chère Véronique Taquin, à votre plume !

Jeannine Guichardet

[note de L. Loty : Jeannine Guichardet a développé son point de vue dans une vidéo de rencontre avec l'auteure, « À propos d'un roman du réseau » (8 mn), vidéo intégrée à cette édition participative (ici)].

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal — Éducation
« On veut comprendre pourquoi le collège n’a rien fait »
Près d’un mois après le suicide de Dinah, 14 ans, ses parents ont déposé plainte pour « harcèlement » et accusent le collège de non-assistance à personne en danger. Plusieurs témoins dénoncent la passivité de l’établissement. La direction dément tout dysfonctionnement.
par David Perrotin
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat ou leur candidate à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal
Étudiants précaires : une petite prime et des bugs
Plutôt que de réformer le système des bourses, le gouvernement a décidé d’accorder une prime inflation de 100 euros aux étudiants boursiers. Les serveurs du Crous n’ont pas tenu le choc, les bugs se sont multipliés et nombre d’étudiants n’ont pas pu faire leur demande dans les délais.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau
Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.
Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss
Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo