GUILHAUMOU
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Un roman du réseau

Suivi par 17 abonnés

Billet de blog 18 sept. 2011

L'érotisme caché ou comment l'image donne corps aux personnages

À propos de l'image du jeu de taquin aux neuf cases remplies de Béatrice Turquand d'Auzay. En hommage à Roland Barthes

GUILHAUMOU
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© Béatrice Turquand d'Auzay

À propos de l'image du jeu de taquin aux neuf cases remplies de Béatrice Turquand d'Auzay. En hommage à Roland Barthes

J'écoute les idées, je les manipule, je les parcours, je les traverse, je les confronte disent les personnages qui circulent dans leur toile autour d'Ida. Ce pseudo-personnage incarne toujours l'idée, sa centralité en se situant de fait dans la scène du centre de l'image finale, unique et recomposée à partir des images antérieures. D'ailleurs, Ida faisant face à un trait de lumière sur un simple fonds, on se demande s'il ne s'agit pas là d'une prêtresse arboricole inspirée par la présence divine (des idées) ! De cette centralité même de Ida/l'idée, il s'impose au regard une lecture verticale des neuf cases, des neuf scènes de l'image, et de gauche à droite.

Première verticale : De Névo, ombré au centre d'une toile d'araignée - image de la manipulation des esprits - à Lessen, aussi au centre de la toile, mais lui-même bien identifiable dans sa jeunesse formatrice et entouré d'arabesques, signes de l'écriture primitive, initiatique. Et je trouve à mi-chemin des personnages étendus, donc pris dans la toile de manière erratique.

Seconde verticale : Ida bien sûr au centre de l'image, incarnation de l'idée absolue, avec Lessen bien présent sur l'image de dessus, esseulé certes, mais debout. Enfin, je vois les idées qui circulent dans la scène du bas, donc qui sont prises dans les cornets de la voix off d'emma.

Troisième verticale : D'abord la perception de la toile vide, inachevée, avec ses blancs, puis l'avancée du personnage debout dans la toile avec le réseau des fils qui commencent à se densifier mais restent de facture encore grossière, enfin la confrontation finale de soi et de l'autre, de soi et d'autrui en position debout dans la toile, et les fils qui se multiplient, s'affinent. La toile s'achève donc dans le mouvement même de l'interlocution.

Un seul signifié à vrai dire, Ida/l'idée, mais huit signifiants insérés dans une même métaphore, la toile, qui dit, dans le mouvement même, je désire. De scène en scène, l'univers shakespearien abordé dans mon commentaire du roman se reconstitue ainsi. C'est dire aussi que l'image divisée en scènes est à fois unique et diverse. On y trouve des signes reconnaissables comme existants et continus - des lignes, des arabesques, des mots - proches de l'écriture, de sa genèse et d'autres persistants et discontinus - l'identité d'un visage, d'un type de personnage - proches de l'humain, tous signes du désir. Ce roman du désir est ainsi reconnaissable, dans la structure même de l'image, d'un seul coup d'œil, avec chaque scène de l'image vive, ramassée autant dans le détail que dans le mouvement. Reste bien sûr le signe unique - Ida/l'idée - extensif à toutes les autres scènes : l'Ida erratique, l'Ida dans les mots, l'Ida face à Névo et Lessen, l'Ida absente entre Névo et Lessen, et ainsi de suite...

C'est dire que le désir ne ressortit pas d'une simple représentation, voire même d'une description, par exemple une scène d'amour, il est dans « la posture universelle, immanente à tout langage, qui ne relève ni de l'image, ni du discours, et qui est l'interlocution » (Roland Barthes, Le texte et l'image, Pavillon des arts, 1986, à propos de Histoire d'O, p. 102), ici dans la soumission aux idées qu'Ida envoie à des personnages qui ne cessent de parler entre eux, ripostant ainsi en permanence à la provocation d'Ida présente puis absente, à l'égal d'une déesse cachée. De cette manière se propage le désir dans ce roman en instaurant malgré tout un ordre sous l'apparent désordre des phrases. Un désir construit tout autant par l'auteure du roman, que par ses lecteurs pris de même dans la toile des arabesques verbales, des mots et des phrases

L'érotisme du roman, - prenons le risque de le caractériser... - et le trouble qui s'ensuit existent bien là où le personnage s'annule, ou tout du moins risque de se perdre s'il n'écoute pas les idées, n'y obéit pas en s'insérant dans la toile de l'interlocution. Mais s'agit-il seulement d'un roman où l'érotisme est simplement « l'histoire de deux sujets qui se parlent » (Barthes), donc une interlocution instaurant le R comme réalité. Ne propose-t-il pas mille postures qui nous déstabilisent de manière continue en nous déportant vers une interlocution fantasmatique, au sein même du trajet des idées à la réalité ? Ne donne-t-il pas aussi à voir, par moments, un simulacre d'idées qui, par le jeu de l'imitation, tourne au phantasme ?

Disons au moins que cette image globale qui unifie des extraits des images des neufs livraisons ne manque pas de sensualité, loin de là.

Jacques Guilhaumou

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal — Éducation
« On veut comprendre pourquoi le collège n’a rien fait »
Près d’un mois après le suicide de Dinah, 14 ans, ses parents ont déposé plainte pour « harcèlement » et accusent le collège de non-assistance à personne en danger. Plusieurs témoins dénoncent la passivité de l’établissement. La direction dément tout dysfonctionnement.
par David Perrotin
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat ou leur candidate à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal
Étudiants précaires : une petite prime et des bugs
Plutôt que de réformer le système des bourses, le gouvernement a décidé d’accorder une prime inflation de 100 euros aux étudiants boursiers. Les serveurs du Crous n’ont pas tenu le choc, les bugs se sont multipliés et nombre d’étudiants n’ont pas pu faire leur demande dans les délais.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro
Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo
Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.
Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss