Billet de blog 29 juin 2011

Quelques mots en introduction à la lecture d'«Un roman du réseau»

«Odds», c'est le nom qui s'impose à Névo pour baptiser son site sur Internet : à ses interlocuteurs, il propose sesservices de biographe et de faussaire pour fabriquer des vies de rechange.

Véronique Taquin
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

«Odds», c'est le nom qui s'impose à Névo pour baptiser son site sur Internet : à ses interlocuteurs, il propose sesservices de biographe et de faussaire pour fabriquer des vies de rechange. Ceux qui viennent parler avec lui letemps d'une soirée savent bien qu'on ne réinvente pas la vie comme on le veut, mais ce n'est pas ce qu'ilscherchent: peut-être plutôt une aventure d'une nuit ou même l'espoir d'une liaison durable, peut-être seulementune conversation bizarre, peut-être aussi ces quelques pages de «biographie corrigée» que Névo leur enverra plustard pour prix de leurs confidences. Lorsque le roman commence, il y a déjà un certain temps que Névo s'est pris àce jeu qui tourne à la manie: à chaque rencontre, un bout de fiction, et les bouts dépareillés s'accumulent, unecollection sans ordre ni sens pour le dépositaire des vains secrets d'autant de vies sans rime ni raison.

C'est un jeune homme qui arrache Névo à cette fascination, un tout jeune homme d'une vingtaine d'annéesqui étudie les mathématiques. D'ordinaire, les partenaires de Névo ne voient dans sa proposition qu'un prétextecommode, sans plus, mais Lessen, lui, a un autre sens du jeu, des conventions et de tout ce qui peut s'ensuivre. Lavie qu'il raconte lors de la première nuit, cette vie qu'il imagine comme son pire avenir possible, il entend bien qu'on la réinvente, réellement. Et puisque Névo a tant promis dans l'espoir de le séduire, puisqu'il a su le fairementir toute la nuit et l'amener ainsi à se livrer de manière si éhontée, puisqu'il a su si bien le mettre en face de sondésir - eh bien qu'il aille donc jusqu'au bout de son bluff, qu'il invente, mais qu'il invente vraiment la vie de rechange qui les sauverait tous les deux. Une fois de plus Shéhérazade raconte dans la peur d'en finir.

Ici donc, pas de mentor chargé de faire perdre à son élève les illusions qui l'attacheraient encore àl'enfance: Un roman du réseau est l'histoire d'un maître en illusions mis en demeure par un élève trop intelligent de réinventer la vie, de le faire réellement et non pas de l'amener à accepter le monde tel qu'il est. En cela, Unroman du réseau est un roman d'apprentissage comme on peut le concevoir aujourd'hui, c'est-à-dire à rebours, et pour l'élève et pour le maître. Cependant, même inversé, le roman de formation suit les deux composantestraditionnelles d'un début dans la vie: d'abord les Écoles et l'avenir social –car Lessen fait des mathématiques et ilne veut pas de son avenir de polytechnicien ; puis l'éducation sentimentale et l'Amour, le véritable amour, ou ceque l'on pourrait bien mettre derrière ce genre de mots. Mais au fil des récits de Lessen, c'est dans la relation avecNévo que s'invente l'essentiel, qui n'est peut-être pas l'amour mais se paie en tout cas comme lui, au prix fort.

Dès le début, la relation repose sur des conventions restrictives et inégalitaires, acceptées de plein gré.Pour commencer : Article 1, jamais Névo ne pourra lui-même joindre Lessen, qui seul a l'initiative des rendez-vous et dispose des coordonnées de Névo. Jamais le jeune homme ne donnera son identité véritable : Lessen n'est qu'un pseudonyme, comme les noms de fantaisie du tout premier dialogue (Weierstrass, Galois). Article 2, nul ne s'autorisera à intervenir dans la vie ordinaire de l'autre, la relation rigoureusement isolée ne doit tenir qu'au désir etse soutiendra de ses seules forces.

*

Le premier narrateur de ce roman, Névo, est la voix née à la fin de mon livre précédent, Vous pouvezmentir. En ce sens, il s'agit d'une suite.Vous pouvez mentir et Un roman du réseau appartiennent à une trilogie qui s'intitulera La machine à récit.Dans le premier volume, le média matriciel est la radio (émission interactive de Pseudo), dans le deuxième, c'est Internet (écriture collective de textes sur le site d'Odds). Dans le troisième, sur lequel je travaille actuellement, lanouvelle version d'Odds combine la composition de textes et d'images audiovisuelles, le webmaster étant un monteur de cinéma (c'est un revenant du premier volume, Lucques).

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Condamné par la justice, le ministre Alain Griset quitte le gouvernement
Le ministre délégué chargé des PME a démissionné, mercredi, après avoir été condamné à six mois de prison avec sursis et trois ans d’inéligibilité avec sursis pour avoir menti dans sa déclaration de patrimoine et d’intérêts. Emmanuel Macron lui avait maintenu sa confiance, malgré des éléments accablants. Alain Griset a fait appel de cette décision.
par Sarah Brethes et Ellen Salvi
Journal — Économie
Marchandisation du virtuel : la fuite en avant du système économique
Les NFT, ces jetons non-fongibles qui garantissent la propriété exclusive d’un objet numérique, et le métavers, sorte d’univers parallèle virtuel, sont les deux grandes tendances technologiques de 2021. Mais ce sont surtout les symptômes d’un capitalisme crépusculaire.
par Romaric Godin
Journal
Le fonds américain Carlyle émet (beaucoup) plus de CO2 qu’il ne le prétend
La société de capital-investissement, membre d’une coalition contre le changement climatique lancée par Emmanuel Macron, affiche un bilan carbone neutre. Et pour cause : il ne prend pas en compte ses actifs dans les énergies fossiles. Exemple avec l’une de ses compagnies pétrolières, implantée au Gabon, Assala Energy.
par Michael Pauron
Journal — Santé
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en erea, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi
Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille
Billet de blog
Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux
Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?
par Jean-Pierre Veran