Billet de blog 20 mars 2008

En Suisse, une histoire critique mise à mal

heimbergch
Charles Heimberg. Historien et didacticien de l'histoire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’édition du 18 mars 2008 du quotidien Le Temps, publié en Suisse romande, célébrait en grandes pompes, et sur papier glacé, les dix premières années de son existence. Parmi les nombreuses notices qui donnaient à voir les grands événements de cette décennie, un texte sur l’affaire des fonds en déshérence rappelait l’accord du 13 août 1998 entre les grandes banques suisses et le Congrès juif mondial. Certes, l’arrogance coupable des banquiers suisses était rappelée à juste titre. Mais l’article se concluait sur la figure de cette Américaine qui avait été tout un symbole : « Toute l'affaire avait commencé par le récit qui avait tant ému le Sénat américain de ses vaines recherches pour retrouver le compte ouvert jadis par son père auprès d'une banque suisse. Le compte a été identifié en 2005 : dans une banque en Israël ».

La belle affaire ! Tout cela se résume-t-il ainsi ? Voilà en tout cas comment est présentée aujourd’hui, dans la presse dominante helvétique, une crise profonde, traversée à la fin du dernier millénaire. Pourtant, à cette occasion, la Suisse n’avait pas vu seulement ses banquiers se tirer d’affaire par l’accord financier de 1998. Elle avait aussi débattu, parfois violemment, de son passé récent, de l’attitude de ses élites face au national-socialisme ; et de ces réfugiés juifs accueillis pour les uns, refoulés au péril de leur vie pour les autres sans que rien ne le justifie. Ladite crise avait rendu possible la constitution d’une commission indépendante d’experts, présidée par Jean-François Bergier, chargé d’apporter un éclairage critique sur ces problèmes, et disposant à la fois, exceptionnellement, de moyens financiers substantiels et de sources privées inédites qu’il allait falloir restituer. Mais voilà qu’en 2002, lorsqu’elle a déposé son rapport qui confirmait des constats dressés depuis longtemps par des historiens critiques en ajoutant beaucoup d’éléments nouveaux, la commission Bergier a été remerciée du bout des lèvres. Alors que tout débat politique sur ses travaux lui était refusé.

De tout cela, visiblement, on ne parle même plus aujourd'hui. Il n’est dès lors pas étonnant d’observer actuellement, non sans inquiétude, un sursaut conservateur en matière d’histoire suisse, une volonté dominante d’en finir avec toutes les remises en question quelles qu’elles soient; comme si ce pays n’avait d’autre avenir que son Guillaume Tell, ses Trois Suisses, ses nains de jardin et ses haies de tuya cachant tout ce que son propre passé avait de problématique.

Charles Heimberg

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Regarder en face son passé colonial : quelques leçons venues de Belgique
Le Parlement belge a entamé voilà deux ans un travail historique d’ampleur sur son passé colonial. Il s’ajoute à des initiatives locales sur la décolonisation de l’espace public et à une loi sur la restitution des biens spoliés. Y a-t-il des leçons à en tirer pour la France ?
par Justine Brabant et Ludovic Lamant
Journal
Restitutions de patrimoine africain : repolitiser le débat, rendre visibles les objets oubliés
Dans un contexte de débats nourris autour de la restitution des biens spoliés durant la colonisation, la dernière livraison de la revue « Politique africaine » éclaire quelques angles morts des discussions autour de ce patrimoine, parfois oublié, souvent dépolitisé.
par Justine Brabant
Journal
Prostitution : le torchon brûle entre écologistes et associations
Depuis plusieurs jours, une querelle oppose oppose des associations LGBTQI+ et Raphaëlle Rémy-Leleu, élue EELV de Paris. Les premières reprochent vertement à la seconde ses positions sur le travail du sexe. L’écologiste dénonce un « harcèlement » injuste.
par James Gregoire
Journal — International
Être LGBT+ en Afghanistan : « Ici, on nous refuse la vie, et même la mort »
Désastre économique, humanitaire, droits humains attaqués… Un an après avoir rebasculé dans les mains des talibans, l’Afghanistan n’en finit pas de sombrer. Pour la minorité LGBT+, le retour des fondamentalistes islamistes est dévastateur.
par Rachida El Azzouzi et Mortaza Behboudi

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Oscar Rosembly (4/9)
Depuis longtemps les « céliniens » cherchaient les documents et manuscrits laissés rue Girardon par Céline en juin 1944. Beaucoup croyaient avoir trouvé la bonne personne en un certain Oscar Rosembly. Un coupable idéal.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La révélation (1/9)
Comment, par les hasards conjugués de l’Histoire et de l’amitié, je me retrouve devant un tombereau de documents laissés par Céline dans son appartement de la rue Girardon en juin 1944. Et ce qui s’ensuivit.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La piste Morandat (5/9)
Dans ses lettres, Céline accuse Yvon Morandat d’avoir « volé » ses manuscrits. Morandat ne les a pas volés, mais préservés. Contacté à son retour en France par ce grand résistant, le collaborateur et antisémite Céline ne donne pas suite. Cela écornerait sa position victimaire. Alors Morandat met tous les documents dans une malle, laquelle, des dizaines d’années plus tard, me sera confiée.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Une déflagration mondiale (3/9)
La veuve de Céline disparue, délivré de mon secret, l’heure était venue de rendre publique l’existence du trésor et d’en informer les héritiers… qui m’accusèrent de recel.
par jean-pierre thibaudat