Les travailleurs saisonniers en Suisse, mémoires blessées, histoire enfouie

En Suisse, il y a des trous de mémoires qui sont restés béants et des pages d’histoire qui restent à écrire.

http://www.rts.ch/archives/tv/divers/documentaires/5128347-une-vie-a-la-dure.html

En Suisse, il y a des trous de mémoires qui sont restés béants et des pages d’histoire qui restent à écrire. C’est le cas, parmi d’autres, de l’histoire de ces travailleurs saisonniers qui sont venus en Suisse après la guerre. Ils devaient retourner chez eux, chaque année, pendant trois mois. Ils étaient séparés, au nom de la loi, de leurs femmes et de leurs enfants dont la Suisse ne voulait pas assumer la charge. Ils vivaient ainsi dans des baraquements sordides une vie triste qui n’était conçue que pour leur travail. Il leur fallait attendre de longues années, et affronter toutes sortes de tracasseries administratives, avant de pouvoir éventuellement accéder à un meilleur statut.« Considérée par beaucoup comme le pilier stratégique du marché du travail suisse, la catégorie du travail saisonner offrait aux entreprises un instrument très précis de recrutement de la main d’œuvre nécessaire, et en même temps de contrôle de l’excédent du contingent d’étrangers […]. Le quota d’étrangers employés dans l’économie suisse devait leur servir de coussin d’amortissement de l’effet des crises ou des récessions toujours possibles et devait donc demeurer facilement et rapidement réductible en cas de nécessité », constate l’historien Luciano Trincia, cité par Michele Colucci (Lavoro in movimento, Rome, Donzelli, 2008, pp,. 175-176).Cette politique du coussin d’amortissement avait des conséquences humaines qui n’émouvaient guère les autorités. Et le peuple suisse (ou au moins cette minorité d’habitants de la Suisse qui a le droit de vote et l’exerce régulièrement) ne s’en est pas ému davantage. C’est ainsi qu’une initiative pour l’abolition du statut de saisonniers a encore été balayée par plus de 80% des voix au début des années quatre-vingt. Ce sont finalement les accords bilatéraux avec l’Union européenne qui ont mis fin à ce statut qui concernait pour l’essentiel des travailleurs recrutés en Europe. Alex Mayenfisch a réalisé en 2003 Statut : saisonnier (Saisonnier en Suisse: une vie à la dure), un film conçu à partir d’extraits d’archives de la TSR (ici). Un reportage de 1960 de la TSR (Télévision suisse romande) est également visible ici.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.