Billet de blog 29 déc. 2011

La loi sur le génocide arménien, une instrumentalisation de l'histoire

En pénalisant la négation du génocide arménien, «la France retrouve ainsi les traditions d'ingérence européenne dans la "question d'Orient", quand les grandes puissances instrumentalisaient les frustrations nationales dans la région quitte à attiser les haines», regrette le Comité de vigilance face aux usages publics de l'histoire (CVUH).

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En pénalisant la négation du génocide arménien, «la France retrouve ainsi les traditions d'ingérence européenne dans la "question d'Orient", quand les grandes puissances instrumentalisaient les frustrations nationales dans la région quitte à attiser les haines», regrette le Comité de vigilance face aux usages publics de l'histoire (CVUH).

-------------

© 

Il est en apparence aisé de réitérer les professions de foi d'indépendance des historiens. Nous savons très bien, tous, que la liberté de l'historien est davantage menacée par les lectures officielles du passé –enfermées par exemple dans un pseudo Musée d'histoire de France– que par une quelconque loi dite «mémorielle». Si, dans le passé récent, le CVUH (Comité de vigilance face aux usages publics de l'histoire)a refusé d'entonner l'hymne de la liberté pour l'histoire, c'est que certaines de ces lois parvenaient à faire entendre l'héritage d'un passé malmené. De notre point de vue, le temps était venu de répondre aux attentes en réhabilitant la mémoire des héritiers des victimes des exactions passées auxquelles l'Etat français avait pris largement sa part. Le CVUH n'a jamais pris parti en faveur des lois dites mémorielles, il s'est seulement préoccupé de tous ceux qui, dans l'histoire, telle qu'elle avait été écrite jusque-là, ne retrouvaient pas trace des expériences douloureuses du passé. Le génocide des juifs ou la réalité de l'esclavage n'ont pas été écartés de l'histoire en tant que faits. En revanche, la participation active et/ou passive de l'Etat français à ces exactions a été déniée puis passée sous silence, ce qui a conduit à l'effacement des traces des expériences vécues par les acteurs dans le processus historique.

Si les historiens ont pour tâche d'établir et de transmettre des connaissances précises sur le passé, nous le répétons, l'histoire ne leur appartient pas. La Nation, si longtemps mobilisée pour justifier les multiples formes d'assujettissements et d'humiliations, est en droit, si elle le juge nécessaire à un moment de son histoire, de défendre par la loi des valeurs qui touchent au passé, de rendre une forme de justice d'après coup pour compenser, en quelque sorte, une responsabilité engagée dans les catastrophes passées, à condition de s'exprimer dans le respect des connaissances du moment. Nous avons toujours considéré que chacune de ces lois devait être appréhendée dans sa singularité. L'action de la loi Gayssot (juillet 1990) visait par exemple spécifiquement le négationnisme pro-nazi –négation de l'extermination industrielle des juifs d'Europe– dont les méthodes d'imitation perverse des procédures historiennes en avaient rendu nécessaire la condamnation. Ces méthodes avaient pour but et en partie pour effet de produire une confusion telle que tout travail de recherche pouvait apparaître faussé. Ni cette loi, ni la loi Taubira (mai 2001) n'ont entravé le travail de recherche historique. Seul l'article 4 de la loi du 23 février 2005 nous apparaissait inacceptable parce que, dans son injonction à porter un jugement éthique sur un fait historique, il portait atteinte à la liberté de l'historien et de l'enseignant.

Le cas du génocide arménien est encore différent. Le CVUH avait approuvé la loi déclarative de janvier 2001 sur la reconnaissance du génocide arménien, et considère toujours que la responsabilité du déni incombe d'abord à l'Etat turc. En revanche, le texte voté le 22 décembre dernier par les députés français nous paraît inopportun et politiquement contestable car, en cherchant à pénaliser toute contestation de ce génocide, il entrave plutôt qu'il ne favorise les nécessaires débats avec les intellectuels, les responsables et l'opinion turcs sur la qualification de ce crime et l'écriture de son histoire. Une première version de ce texte, rapportée par le député socialiste Didier Migaud, avait déjà été adoptée par l'Assemblée nationale le 12 octobre 2006, avant d'être finalement déclarée irrecevable par le Sénat le 4 mai 2011. Aujourd'hui, la proposition de loi de la députée UMP Véronique Boyer fait suite à la visite du Président de la République en Arménie les 6 et 7 octobre 2011. La France retrouve ainsi les traditions d'ingérence européenne dans la «question d'Orient», quand les grandes puissances instrumentalisaient les frustrations nationales dans la région quitte à attiser les haines. Le dernier acte de la tragédie arménienne s'est d'ailleurs joué loin d'Erevan, lors des traités de Sèvres (1920) et de Lausanne (1923). L'initiative actuelle, nullement justifiée par la nécessité de réagir à une forme particulière de discours raciste dans la société française, reflète des positionnements idéologiques et électoralistes qui relèvent d'une instrumentalisation de l'histoire.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
La redevance sabordée, l’information en danger
Emmanuel Macron l’a décidé presque seul : l’audiovisuel public sera privé dès cette année des 3,2 milliards d’euros que lui rapporte cette ressource prélevée depuis 1948. Au nom du « pouvoir d’achat », le gouvernement s’apprête à faire peser de lourdes menaces sur les médias publics.
par Dan Israel
Journal
Outre-Manche, la BBC dans le collimateur du gouvernement
L’exécutif britannique veut changer le mode de financement du groupe audiovisuel public pour des raisons économiques et électoralistes. En janvier dernier, la ministre de la culture, Nadine Dorries, a expliqué vouloir mettre fin à la redevance, un système de financement qu’elle juge « obsolète ».
par Marie Billon
Journal — Gauche(s)
Le conflit russo-ukrainien divise la gauche anti-guerre
La cohérence du camp anti-impérialiste, a priori uni par son rejet des blocs militaires, a été mise à l’épreuve par l’invasion de l’Ukraine. Certains refusent les livraisons d’armes, craignant l’engrenage d’un conflit interimpérialiste, tandis que d’autres estiment incontournable cette solidarité. 
par Fabien Escalona
Journal
Yaël Braun-Pivet, première femme au perchoir
La députée des Yvelines succède à Richard Ferrand au terme de deux tours de scrutin. Un poste qu’elle convoitait depuis de nombreux mois. 
par Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Quel est le lien entre l’extrême droite, l’avortement et les luttes féministes ?
La fuite du projet de décision de la Cour suprême qui supprimerait le droit à l'avortement aux Etats Unis en est l'exemple. L’extrême droite d’hier comme d’aujourd’hui désire gouverner en persécutant un groupe minoritaire sur des critères raciaux pour diviser les individus entre eux. Quant aux femmes, elles sont réduites à l’état de ventres ambulants.
par Léane Alestra
Billet de blog
Roe VS Wade, ou la nécessité de retirer le pouvoir à ceux qui nous haïssent
Comment un Etat de droit peut-il remettre en cause le droit des femmes à choisir pour elles-mêmes ? En revenant sur la décision Roe vs Wade, la Cour suprême des USA a rendu a nouveau tangible cette barrière posée entre les hommes et les femmes, et la haine qui la bâtit.
par Raphaëlle Rémy-Leleu
Billet de blog
Le combat pour l'avortement : Marie-Claire Chevalier et le procès de Bobigny (1)
[Rediffusion] Marie-Claire Chevalier est morte le 23 janvier, à 66 ans. En 1972, inculpée pour avoir avorté, elle avait accepté que Gisèle Halimi transforme son procès en plaidoyer féministe pour la liberté de disposer de son corps. Pas facile d’être une avortée médiatisée à 17 ans, à une époque où la mainmise patriarcale sur le corps des femmes n’est encore qu’à peine desserrée.
par Sylvia Duverger
Billet de blog
États-Unis : le patient militantisme anti-avortement
[Rediffusion] Le droit à l'avortement n'est plus protégé constitutionnellement aux États-Unis. Comment s'explique ce retour en arrière, et que peuvent faire les militantes des droits des femmes et les démocrates ?
par marie-cecile naves